N’est pas indomptable contre l’Argentine qui veut!!!

"La
sagesse" bien de chez nous veut que, "un tigre ne clame pas sa
tigritude"…du moins tant qu’il n’a pas neutralisé  et digéré sa
proie.




L’éléphant ivoirien Didier DROGBA,
bien que talentueux, a oublié de mentionner que le 7éme match du sacre
mondial vient nécessairement après le 1er Match du Premier Tour qui a
bien souvent été fatal aux équipes africaines.




Les élephants ivoiriens n’en feront
pas exception. Ils ont fait pâle figure face à une équipe argentine
très expérimentée et efficace.




La coupe du monde de football a visiblement horreur de la prétention.


Les éléphantaux de Côte d’Ivoire ne feront jamais mieux que Les Lions indomptables, voire le Sénégal.



Je vous remercie

L’Argentine tient le choc face aux Eléphants de Côte d’Ivoire

LEMONDE.FR | 10.06.06 | 23h20  •  Mis à jour le 10.06.06 | 23h23

remier
choc de cette Coupe du monde, la rencontre entre l’Argentine et la Côte
d’Ivoire est celle de deux potentiels offensifs impressionnants.

L’Argentine tient le choc face aux Eléphants de Côte d’Ivoire
LEMONDE.FR | 10.06.06 | 23h20  •  Mis à jour le 10.06.06 | 23h23

remier
choc de cette Coupe du monde, la rencontre entre l’Argentine et la Côte
d’Ivoire est celle de deux potentiels offensifs impressionnants. Didier
Drogba, Bonaventure Kalou pour les Eléphants ivoiriens, Hernan Crespo,
Javier Saviola, ou le jeune prodige Leo Messi pour les Argentins,
l’affiche promet du spectacle en ouverture du groupe C, le plus relevé
du premier tour de la compétition.

A l’heure d’ouvrir leur campagne mondiale
contre une équipe africaine novice à ce niveau, les Argentins de
Pekerman ont du se remémorer le souvenir de leur défaite surprise face
au Cameroun de François Omam-Biyik en 1990 lors du mondial italien. Et
si l’expérience ne sera pas le point fort des Ivoiriens, malgré les
cinq Coupes du monde disputées par leur entraîneur Henri Michel, les
partenaires de Drogba se sont promis de jouer leurs chances à fond pour
aller au bout.

Le début de match donne l’occasion aux
Ivoiriens de faire montre de cette volonté. Et dès le premier choc
entre Drogba et l’Argentin Ayala, l’épreuve de force est engagée.
Associé en défense centrale à Heinze, qui revient à peine de blessure,
Ayala s’impose d’emblée comme le patron en contrant un premier tir de
Drogba à la 11e minute.

A la vivacité des Africains,
les "Albiceleste" opposent leur jeu court et précis, alternant à
merveille le rythme pour surprendre. Sur une transversale parfaite du
meneur de jeu Riquelme, Maxi Rodriguez centre au premier poteau pour
Crespo, qui est contré par Touré et ne peut ajuster le gardien Tizié (13e
minute). Sur le corner qui suit, Ayala est encore là pour reprendre le
cuir d’un coup de tête puissant aux 6 mètres et l’expédier dans les
bras du portier ivoirien. Le match est intense, notamment au milieu de
terrain. Riquelme semble aspirer les ballons tandis que les
jaillissements du stéphanois Didier Zokora alertent l’arrière garde
argentine. Le numéro 5 des Eléphants déboule dans la surface adverse
après avoir éliminé trois argentins, mais se fait reprendre in extremis
par l’inévitable Ayala (19e minute).

L’OFFRANDE FAITE A CRESPO
Les deux équipes se répondent au coup par coup, le jeu est vif et
tourné vers l’avant et le ballon vole d’un but à l’autre. L’équipe
d’Henri Michel presse haut mais manque de justesse dans ses derniers
gestes. Face à un adversaire du calibre de l’Argentine, dominer sans
marquer peut s’avérer dangereux. La Côte d’Ivoire en fait la cruelle
expérience sur un coup franc légèrement excentré de Riquelme. Le numéro
10 sud-américain dépose le ballon au point de penalty, et le malheureux
Drogba venu défendre rate son dégagement. L’offrande est trop belle
pour Crespo, son partenaire de club à Chelsea, qui ajuste Tizié à bout
portant (1-0, 23e minute).

Le coup est dur pour la
Côte d’Ivoire, et il faut attendre le réveil de Kalou pour voir les
Eléphants repasser à l’offensive. Le meneur parisien sollicite le une
deux avec Kader Keita, mais frappe à côté (29e minute). Kalou manque encore de précision sur un caviar en retrait de Yaya Touré (33e
minute). Même cause, même conséquence pour les Africains : à leur
maladresse devant le but va répondre une nouvelle preuve du réalisme
argentin. Sur une remarquable passe en profondeur de Riquelme, Saviola
surprend la défense ivoirienne et bat Tizié d’un pointu efficace (2-0,
37e minute).
Le petit attaquant argentin est récompensé pour son influence et ses initiatives. " El Cornejito ",
le petit lapin, son surnom en Argentine, est omniprésent dans les
relances de son équipe, notamment en revenant chercher les ballons très
bas.
La première mi-temps s’achève sur ce score sévère pour la
Côte d’Ivoire, qui découvre le réalisme du haut niveau : 3 tirs cadrés
pour l’Argentine pour 2 buts.

La seconde période reprend sur
un rythme moins intense, et l’"Albiceleste" gère son avantage. Les
appels de Drogba sont souvent dans le vide, ses coéquipiers ne
parviennent pas à hausser véritablement leur niveau de jeu. Henri
Michel lance ses dernières cartouches offensives avec Dindane et Bakary
Koné, mais c’est à nouveau Crespo qui manque d’aggraver la marque en
décroisant trop sa tête sur un coup franc de Riquelme (54e minute).

DROGBA RECOMPENSÉ
Bakary Koné apporte sa vitesse pour semer la zizanie dans la défense
argentine, mais il envoie sa frappe dans les nuages après un bon
travail de Drogba. La puissance du capitaine ivoirien n’y fait rien, et
l’avant-centre voit encore le cadre se dérober sur une reprise dans la
surface (71e minute). Pas plus de réussite pour Bakary Koné qui enlève trop sa frappe (79e minute).

Désormais jouée sur un faux rythme, la partie ne semble plus pouvoir
échapper à des Argentins qui jouent à merveille de leur expérience pour
faire tourner le ballon. C’est évidemment ce moment que choisit Drogba
pour enfin concrétiser l’esprit offensif de son équipe. Après un
premier raté de la tête sur un centre de Koné, le capitaine ivoirien
reprend victorieusement un nouveau centre pour battre Abbondazieri
(2-1, 82e minute).

Le match s’emballe : sur une
frappe de Riquelme, Tizié relâche le ballon dans les pieds de Maxi
Rodriguez qui marque… un but refusé par l’arbitre pour un hors jeu de
l’Argentin. Les Ivoiriens repartent à l’assaut : Dindane déboule à
gauche, Eboué à droite, Drogba essaie de bouger la charnière
centrale… En vain.

La remarquable défense "Albiceleste" ne
lâche rien, et offre à son entraîneur José Pekerman les trois points de
la victoire pour ce premier match du groupe C. Malgré une bonne
prestation et beaucoup d’envie, les Ivoiriens s’inclinent et devront se
montrer plus adroits devant le but pour espérer une qualification en
huitièmes de finale.

Erwan Le Duc

, Bonaventure Kalou pour les Eléphants ivoiriens, Hernan Crespo,
Javier Saviola, ou le jeune prodige Leo Messi pour les Argentins,
l’affiche promet du spectacle en ouverture du groupe C, le plus relevé
du premier tour de la compétition.

A l’heure d’ouvrir leur campagne mondiale
contre une équipe africaine novice à ce niveau, les Argentins de
Pekerman ont du se remémorer le souvenir de leur défaite surprise face
au Cameroun de François Omam-Biyik en 1990 lors du mondial italien. Et
si l’expérience ne sera pas le point fort des Ivoiriens, malgré les
cinq Coupes du monde disputées par leur entraîneur Henri Michel, les
partenaires de Drogba se sont promis de jouer leurs chances à fond pour
aller au bout.

Le début de match donne l’occasion aux
Ivoiriens de faire montre de cette volonté. Et dès le premier choc
entre Drogba et l’Argentin Ayala, l’épreuve de force est engagée.
Associé en défense centrale à Heinze, qui revient à peine de blessure,
Ayala s’impose d’emblée comme le patron en contrant un premier tir de
Drogba à la 11e minute.

A la vivacité des Africains,
les "Albiceleste" opposent leur jeu court et précis, alternant à
merveille le rythme pour surprendre. Sur une transversale parfaite du
meneur de jeu Riquelme, Maxi Rodriguez centre au premier poteau pour
Crespo, qui est contré par Touré et ne peut ajuster le gardien Tizié (13e
minute). Sur le corner qui suit, Ayala est encore là pour reprendre le
cuir d’un coup de tête puissant aux 6 mètres et l’expédier dans les
bras du portier ivoirien. Le match est intense, notamment au milieu de
terrain. Riquelme semble aspirer les ballons tandis que les
jaillissements du stéphanois Didier Zokora alertent l’arrière garde
argentine. Le numéro 5 des Eléphants déboule dans la surface adverse
après avoir éliminé trois argentins, mais se fait reprendre in extremis
par l’inévitable Ayala (19e minute).

L’OFFRANDE FAITE A CRESPO


Les deux équipes se répondent au coup par coup, le jeu est vif et
tourné vers l’avant et le ballon vole d’un but à l’autre. L’équipe
d’Henri Michel presse haut mais manque de justesse dans ses derniers
gestes. Face à un adversaire du calibre de l’Argentine, dominer sans
marquer peut s’avérer dangereux. La Côte d’Ivoire en fait la cruelle
expérience sur un coup franc légèrement excentré de Riquelme. Le numéro
10 sud-américain dépose le ballon au point de penalty, et le malheureux
Drogba venu défendre rate son dégagement. L’offrande est trop belle
pour Crespo, son partenaire de club à Chelsea, qui ajuste Tizié à bout
portant (1-0, 23e minute).

Le coup est dur pour la
Côte d’Ivoire, et il faut attendre le réveil de Kalou pour voir les
Eléphants repasser à l’offensive. Le meneur parisien sollicite le une
deux avec Kader Keita, mais frappe à côté (29e minute). Kalou manque encore de précision sur un caviar en retrait de Yaya Touré (33e
minute). Même cause, même conséquence pour les Africains : à leur
maladresse devant le but va répondre une nouvelle preuve du réalisme
argentin. Sur une remarquable passe en profondeur de Riquelme, Saviola
surprend la défense ivoirienne et bat Tizié d’un pointu efficace (2-0,
37e minute).

Le petit attaquant argentin est récompensé pour son influence et ses initiatives. " El Cornejito ",
le petit lapin, son surnom en Argentine, est omniprésent dans les
relances de son équipe, notamment en revenant chercher les ballons très
bas.
La première mi-temps s’achève sur ce score sévère pour la
Côte d’Ivoire, qui découvre le réalisme du haut niveau : 3 tirs cadrés
pour l’Argentine pour 2 buts.

La seconde période reprend sur
un rythme moins intense, et l’"Albiceleste" gère son avantage. Les
appels de Drogba sont souvent dans le vide, ses coéquipiers ne
parviennent pas à hausser véritablement leur niveau de jeu. Henri
Michel lance ses dernières cartouches offensives avec Dindane et Bakary
Koné, mais c’est à nouveau Crespo qui manque d’aggraver la marque en
décroisant trop sa tête sur un coup franc de Riquelme (54e minute).

DROGBA RECOMPENSÉ


Bakary Koné apporte sa vitesse pour semer la zizanie dans la défense
argentine, mais il envoie sa frappe dans les nuages après un bon
travail de Drogba. La puissance du capitaine ivoirien n’y fait rien, et
l’avant-centre voit encore le cadre se dérober sur une reprise dans la
surface (71e minute). Pas plus de réussite pour Bakary Koné qui enlève trop sa frappe (79e minute).

Désormais jouée sur un faux rythme, la partie ne semble plus pouvoir
échapper à des Argentins qui jouent à merveille de leur expérience pour
faire tourner le ballon. C’est évidemment ce moment que choisit Drogba
pour enfin concrétiser l’esprit offensif de son équipe. Après un
premier raté de la tête sur un centre de Koné, le capitaine ivoirien
reprend victorieusement un nouveau centre pour battre Abbondazieri
(2-1, 82e minute).

Le match s’emballe : sur une
frappe de Riquelme, Tizié relâche le ballon dans les pieds de Maxi
Rodriguez qui marque… un but refusé par l’arbitre pour un hors jeu de
l’Argentin. Les Ivoiriens repartent à l’assaut : Dindane déboule à
gauche, Eboué à droite, Drogba essaie de bouger la charnière
centrale… En vain.

La remarquable défense "Albiceleste" ne
lâche rien, et offre à son entraîneur José Pekerman les trois points de
la victoire pour ce premier match du groupe C. Malgré une bonne
prestation et beaucoup d’envie, les Ivoiriens s’inclinent et devront se
montrer plus adroits devant le but pour espérer une qualification en
huitièmes de finale.

Erwan Le Duc
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s