Kofi Annan et son lot d’injures des « frères » africains….

Kofi Annan et son lot d’injures des "frères" africains….

"L’amertume" et les injures des "frères" africains, notamment certains Chefs d’Etat, à l’égard de Kofi ANNAN masquent simplement leur incurie collective. Car personne dans le (reste du) monde ne peut soutenir qu’Annan n’ait pas été le valeureux et digne Sécrétaire Général des Nations-Unies qui a fait honneur à l’Afrique pendant dix années.

Sur ce plan il a certainement été "meilleur que tout autre Noir" africain, bien plus en tout cas que tous ces "Oncle Tom, bons et vieux Nègres de salon" qui déshonorent l’Afrique au quotidien.

En définitive, c’est l’ingratitude et la mesquinerie des "frères africains" qui est à plaindre.

Je vous remercie

» Quotidienmutations
VOUS | 18 Oct 2006 ONU :

 Au revoir la Suède… bonjour l’Asie… et à quand l’Afrique ?

A la veille de son départ, les jugements portés par des diplomates africains sur les dix années passées par Kofi Annan à la tête de l’ONU sont pleins d’amertume

Par Gidéon Ekilah Ban Ki-Moon a donc été, sans surprise, élu, par acclamations, au poste de Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies. Il sera le huitième patron de l’Organisation. "Humble", "modeste", "effacé", "sans charisme", sont les qualificatifs que collent au diplomate coréen de 62 ans les observateurs non avertis ou ceux qui, convaincus de connaître le monde, en voient les différentes composantes raciales et ethniques à travers de solides préjugés hérités des littératures coloniales qui ont dépeint tout ce qui n’était pas européen ou judéo-chrétien en termes péjoratifs et exotiques. On a ainsi entendu, vendredi le 12 octobre, des diplomates occidentaux se vanter d’"avoir une bonne connaissance de l’Asie et des Asiatiques", qui seraient de "bons exécutants" mais "pas des décideurs", et encore moins des leaders. Ban Ki Moon serait donc destiné à être un bon "Secrétaire", mais pas un "Général", ce qui comblerait d’aise les Européens et les Américains qui, ces cinq dernières années se sont irrités des "velléités d’indépendance" de Kofi Annan.

Ce qui a cependant le plus choqué les Africains prenant part à la cérémonie d’élection du nouveau Secrétaire général vendredi dernier, c’est d’entendre le représentant permanent d’un pays déclarer avec emphase au correspondant à l’ONU du journal "Le Monde": "Nous avons soutenu le candidat coréen, parce que parmi les sept candidats dont nous avons eu à examiner les dossiers, il connaît le mieux l’Afrique"… Si cette phrase était sortie de la bouche de l’un des représentants africains au Conseil de sécurité, comme elle aurait comblé de joie les Africains! Mais non ! C’était le cri de victoire – ou la tentative de manipulation, diront certains – du représentant d’un membre permanent du Conseil de sécurité, "grand ami de l’Afrique", qui, depuis l’indépendance de nos pays, s’est toujours arrogé le droit de parler au nom des gouvernements et des peuples de ses ex-colonies. Quoi de mieux que la France pour parler au "nom des francophones"?

Bernard Kouchner, candidat au poste de Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé ne vient-il pas de déclarer qu’il est "le plus africain de tous les candidats, celui dont l’action répondrait le mieux aux besoins des Africains?". A l’ONU, l’Afrique est le strapontin dont se servent les autres, pour obtenir ce qu’ils veulent, au nom des Africains. De peur de se mouiller les pieds, le maître ne traverse-t-il le gué juché sur les épaules de son esclave?

Kofi Annan, qui le 31 décembre quitte la suite du 38ème étage du Palais de verre de Manhattan, aura été le premier Secrétaire général "Africain" des Nations Unies. Car selon les personnels en poste à New York ou à Genève, "Boutros Boutros-Ghali, est peut-être né sur le sol d’Afrique, mais c’était avant tout un haut fonctionnaire arabe". "Boutros", comme l’appellent encore ses anciens collaborateurs, aura toujours été perçu, au cours des cinq années de mandat qu’il reçut, avant de subir les foudres de Madeleine Albright et de l’administration Clinton, comme "le Secrétaire général arabe", c’est-à-dire du Moyen-Orient… Sa chute ne viendra d’ailleurs pas d’un problème lié à l’Afrique, mais de l’"affaire de Cana"…

(…) L’homme dont les Africains ont célébré pendant une décennie la présence au poste de Secrétaire général va cependant laisser, pour ceux qui le connaissent, un bilan en clair-obscur. Kofi Annan n’a pas en effet toujours été le héros et le chevalier sans peur qu’imaginent les masses populaires. "Kofi", comme aiment l’appeler ses détracteurs, aura mené le bateau ONU non pas à la boussole, mais au pif. Le respect des principes n’aura pas été le trait le plus marquant de sa gouvernance. Bien qu’elle ait eut ses grands moments sa gouvernance aura été floue, tatillonne, faite de reculs et d’esquives stratégiques qui n’ont pas été compensée par des avancées spectaculaires dans les domaines essentiels (…)

Kofi Annan et l’Afrique

Les rapports du Secrétaire général avec son continent d’origine ont été compliqués, freudiens, et méritent parfois des dissections qui tiennent de la psychanalyse. Concernant l’Afrique, ses actions et ses prises de décision se sont caractérisées par un certain idéalisme et une volonté d’appliquer aux pays africains des standards éthiques et légaux élevés certes, mais parfois irréalistes, vu le désastre généralisé imposé au continent par sa paupérisation et sa marginalisation. Mais, concernant les Africains, ceux qui ont côtoyé le Secrétaire général auront remarqué sa profonde méfiance envers leurs dirigeants et parfois, un mépris refoulé, l’homme étant, dans son for intérieur, trop policé pour montrer ses vrais sentiments.

Ainsi, quand il prend la parole à la tribune de l’Assemblée en septembre 1999 pour promouvoir "le droit d’ingérence humanitaire", il accable, à mots couverts, et par des allusions à la limite de la mise en accusation, les Chefs d’Etat des pays en développement, en mettant un accent particulier sur les dirigeants africains qui se "cachent derrière le principe de souveraineté pour abuser de leurs peuples". Critique acerbe de la gouvernance des leaders africains, Annan recevra de la part de certains d’entre eux, son lot d’injures. "Il se croit meilleur que tout autre Noir, mais les Oncle Tom et les nègres de salon, il y en a eu beaucoup avant lui", dira un jour un Chef d’Etat d’Afrique australe sortant, furieux, d’une rencontre avec le Secrétaire général.

Tout en accusant les Africains de mal gestion, Kofi Annan, sans doute tourmenté et culpabilisé par les démons du génocide rwandais, vanta en 1999 devant l’Assemblée générale l’ingérence "humanitaire" qui devait, aux yeux de ses conseillers, se faire même sans l’accord du pays concerné. Ceci explique peut-être aujourd’hui l’attitude du Soudan sur la question du Darfour. Ce fameux jour de septembre 1999, dans le grand hall de l’Assemblée générale, les vétérans du tiers-mondisme et des luttes de libération se demandèrent de quelle planète tombait cet Ashanti, pourtant fils du pays de Kwame N’Krumah. Etait-ce tout ce qu’il avait à offrir?

Abdelaziz Bouteflika, qui préside alors la défunte OUA, fit aussitôt modifier le contenu de l’allocution qu’il allait prononcer ce jour là, pour rappeler que les pays qui, souvent par la lutte armée, avaient durement gagné leurs indépendances, ne laisseraient certainement pas des troupes occidentales, même sous Casques bleus, venir dicter la résolution des luttes politiques internes nées de la démocratisation post-Union soviétique en imposant, sous couvert de l’ONU, des solutions et des dirigeants choisis par les anciens maîtres coloniaux. Ce fut le premier choc entre Kofi Annan et les siens. La suite de la durée de ses deux mandats a été parsemée d’incidents du même genre.

Je t’aime , moi non plus !

Si Kofi Atta Annan a accepté sans rechigner les tapes dans le dos paternalistes de Jacques Chirac (que beaucoup de Chefs d’Etat africains francophones ont aussi eu à souffrir en silence…), et le sobriquet de "Kofi" dont l’ont affublé George W. Bush et la classe politique US, il n’a jamais, par contre, permis que son prestige fut écornée par des Africains, fussent-ils Chefs d’Etat. Laurent Gbagbo, Robert Mugabe, Issayas Afewerki, et quelques autres, l’auront appris à leurs dépends. Susceptible, le Secrétaire général l’a été, face à la moindre critique et au moindre doute exprimés à son égard par un dirigeant du continent noir…

Pour les observateurs avertis, le traitement de la crise ivoirienne en a pâti. Obligé de Jacques Chirac, M. Annan a laissé faire l’inacceptable. Il a cautionné sans rechigner tous les faits accomplis, tirant par exemple une douloureuse épine du pied de l’Elysée quand il a manœuvré pour faire passer une opération française unilatérale, le déploiement de la Force Licorne, pour la faire couvrir par une opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Onuci) sans pour autant touché à sa structure de commandement.

Les résolutions sur la Côte d’Ivoire ont, de A à Z, été rédigées par la cellule africaine de l’Elysée et la délégation française auprès de l’ONU, et l’Onuci a été placée sous les ordres de Pierre Schori, "le plus francophile des Suédois", comme l’appellent, pinces sans rires, les cadres du Département des opérations de maintien de la paix en charge du dossier. Ces derniers savent qu’ils n’ont pas besoin de prendre des gants quand ils préparent des lettres ou des déclarations dénonçant Laurent Gbagbo, son parti, ou les Jeunes Patriotes.
De même, le Secrétaire général s’est muré dans un silence embarrassé (complice selon certains…), pour ne jamais faire de déclaration ni sur les responsabilités françaises dans le génocide rwandais, ni sur celles de la Belgique, qui retira ses troupes à la veille des massacres, et encore sur celles des Etats-Unis, qui refusèrent tout emploi du mot "génocide" au Conseil de sécurité pour n’avoir pas à intervenir comme l’exige le droit international. L’allergie ou la peur de M. Annan envers les siens ont pour leur part été tellement fortes qu’il n’en a pas recruté dans son premier cercle d’intimes et de conseillers. Une blague des personnels africains dit que le lundi matin est un jour d’Apartheid au 38ème étage du Siège de l’ONU. Pourquoi? "Parce que le beau-frère des Suédois y tient sa grande réunion hebdomadaire, sans les Noirs!". Ceci pour relever qu’effectivement, tout observateur averti aura noté la rareté ou l’absence totale d’Africains dans ces réunions au sommet…

(…) C’est l’Afrique du Sud, en tant que chef du Groupe des 77 et de la Chine, qui a appelé à la révolte contre les propositions avancées par le Secrétaire général. Si elles avaient été adoptées, les mesures de réforme proposées par le Ghanéen auraient enlevé à l’Assemblée générale, donc aux pays du Sud, le seul pouvoir qu’ils ont encore dans le fonctionnement de l’Organisation. Ce pouvoir, c’est celui de contrôler l’agenda des différents comités, commissions, et agences. Ceci leur donne un droit de regard et de décision sur les budgets, leur estimation et leur répartition, qui eux-mêmes permettent d’orienter l’exécution des politiques et des programmes et par là, les recrutements de personnels.
En juin 2006, la "majorité automatique" qu’a le puissant Groupe des 77 et de la Chine a, par un vote négatif, renvoyé aux calendes grecques l’adoption de la réforme concoctée par les Etats-Unis, le Japon et les Européens, et présentée par le Secrétaire général. N’ayant reçu aucune compensation en cas de perte de leurs prérogatives au sein de l’Assemblée, du fait du blocage par les "grands pays" de la réforme du Conseil de sécurité, et aujourd’hui du Conseil économique et social, les groupes africains, latino américain et asiatique (sauf Japon), ont fait bloc pour rejeter les aspects de la réforme qui les auraient infantilisé.

L’ONU dont hérite Ban Ki Moon est donc un outil ankylosé, sclérosé, paralysé par "l’égoïsme des pays nantis" -dixit Ahmadou Ahidjo-. Malgré cela, elle reste une organisation indispensable. La seule qui offre à tout Etat, qu’il soit une superpuissance, un pays en développement ou un micro-Etat (Tuvalu, Kiribati, Nauru, Niue…savez-vous où les trouver sur une carte ?), une voix sur la scène internationale.

Après la crise iraquienne, l’ONU a plus que jamais besoin de démocratie, ce qui lui donnerait plus de légitimité, de transparence et d’équité. Face aux institutions de Bretton Woods, dont elle est pourtant censée être "la maison-mère", et à l’OMC, dont les règles, la fixation des mécanismes de fonctionnement, et la supervision des activités ont été placées loin de sa portée, elle a besoin que son rôle de leader et de seule organisation universelle soit réaffirmé. Et elle a besoin de capacités opérationnelles et de diversité. Car, malgré les présences de l’Africain qui vient de la diriger ces dix dernières années, et de l’Asiatique qui va en prendre la barre le 1er janvier prochain, l’ONU reste encore beaucoup trop un outil de contrôle occidental, un "machin".

(…) Et, comme si cela ne suffisait pas, on parle aujourd’hui de créer une "Coalition des démocraties", i.e. une espèce de G-8 dédié à la célébration de l’héritage gréco-judéo-chrétien dont la culture est le fondement de ce que nous appelons aujourd’hui "l’Occident", mais qui, selon les mots de Tan Sri Mahathir Mohammed, ancien Premier Ministre de Malaisie, ne serait que "la sphère d’expansion et de contrôle du monde créée par l’homme européen depuis qu’il découvrit la poudre à canon en Chine et la navigation de haute mer, préludes à la soumission des autres peuples".

N’est-ce pas une insulte que la proposition de réforme la plus prise au sérieux au sein de ce même Conseil ait été celle qui prétendait y inclure quatre nouveaux membres permanents, dont un nouvel européen ? (Allemagne). Et que les exigences africaines et latino-américaines y aient été traitées, en réalité, "comme ce folklore d’aéroport que déploient les Présidents africains pour accueillir leur ex-colonisateur", selon la boutade d’un ambassadeur d’Europe de l’Est?

Bakassi, le trophée du chef

Annan parti, les Africains auront sans doute les coudées plus franches et pourront mieux faire entendre leur voix. Car en réalité, la présence du Ghanéen aura en grande partie muselé les pays du continent qui, par solidarité avec "l’un des leurs", ont préféré au cours de la décennie écoulée souvent silencieusement endosser ses recommandations en espérant que le Secrétaire général pensait toujours à leurs intérêts. Annan aura été sincère avec les siens en ce qui concerne la nécessité de promouvoir la résolution des conflits.
Mais il l’aura beaucoup moins été quand il s’est agi, dans de nombreux cas, de peser sur les acteurs internationaux afin de résoudre ces conflits au profit des Africains. Quatre années d’immobilisme auront ainsi fait plus de trois millions de morts, le temps que ceux qui, hier, étaient les parrains de Mobutu ou ceux de Habiarymana, s’entendent sur la feuille de route à adopter, sur les prétendants "acceptables" au trône et sur la préservation de leurs intérêts, pour que le "SG" bouge.

C’est au lendemain de la guerre contre l’Irak que, rejeté par l’administration républicaine et les néo-conservateurs de George Bush, Annan se découvre une âme de pèlerin de la paix sur son continent d’origine. Ceci nous donne Bakassi, dont le processus d’application de l’Arrêt de la Cour internationale de justice est devenu aujourd’hui le trophée de victoire du 7ème Secrétaire général des Nations Unies, son autre victoire, le Timor-Leste s’étant évanoui en fumée aux mois de mai et de juin 2006. Après dix années, le bilan est donc bien maigre, et à la veille du départ de M. Annan du Palais de verre de Manhattan, l’amour ne règne pas vraiment entre lui et ses "frères". Au lendemain de la désignation de Ban Ki Moon, certains disent, broyant leur humour noir: "Au revoir la Suède… Et bonjour l’Asie, en espérant que le tour de l’Afrique viendra un jour!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s