« Le mépris »…Mauvais conseiller en Politique

Azouz Begag est peut-être "gaffeur", parce que novice en politique, mais il a le mérite de ses convictions égalitaires et républicaines. Il faut plutôt plaindre ceux de ses détracteurs, notamment ses collègies du gouvernement, qui le méprisent…car ce mépris cache une profonde intolérance vis-à-vis de tous ceux qui ne font pas allégeance à SARKOZY. Rien que pour cela Azouz Begag a tout mon Respect…

Politiques

Gaffeur et hostile à Sarkozy, il se présente en solo à la mairie de Lyon.
Azouz Begag, ministre à la promotion de sa chance

REUTERS
Par Vanessa SCHNEIDER
QUOTIDIEN : mercredi 1 novembre 2006
Il est à part dans ce gouvernement composé il y a un an et demi
par Dominique de Villepin. Une sorte d’ovni. Azouz Begag, écrivain
et sociologue d’origine algérienne, aujourd’hui ministre délégué à
la Promotion de l’égalité des chances, joue les empêcheurs de
tourner en rond. Yeux écarquillés, regard pensif et sourire au coin
des lèvres, il suscite par son franc-parler interrogations et
agacements. Certains de ses collègues du gouvernement le disent
«bizarre, un peu spécial». Son adversaire le plus farouche,
Nicolas Sarkozy, l’appelle
«vidéo-Begag» en raison de ses gaffes. La dernière en date :
l’annonce tonitruante de son intention de se présenter à Lyon, sa
ville de naissance, détenue par le socialiste Gérard Collomb et
briguée par le ministre UMP des Transports, Dominique Perben.

En 2001, Azouz Begag avait déjà manifesté son intérêt pour la
politique lyonnaise et avait pris langue à l’époque avec la gauche
et Gérard Collomb.
«Je serai candidat aux élections municipales à Lyon et aux
législatives sans étiquette», 
a-t-il annoncé, dimanche, dans
le Progrès. La nouvelle a pris tout le monde de court au sein
du gouvernement. Il n’avait alerté personne de sa décision, ni
Dominique Perben (soutenu par Nicolas Sarkozy) ni même Dominique de
Villepin, auquel son ministère est directement rattaché.

Fantaisie. Le Premier ministre, qui a déjà assez à
faire avec la rivalité entre ses deux ministres Renaud Dutreil
(PME) et Catherine Vautrin (Cohésion sociale) pour la mairie de
Reims, se serait bien passé de cette déclaration. Mais ne l’a pas
désavoué.

«Ça c’est du Azouz, lâche un de ses proches, résigné.
Il a voulu faire un coup pour montrer qu’il peut peser, il joue
sa carte.» 
En clair : il fera peut-être équipe au final avec
Dominique Perben. L’entourage de ce dernier, qui a décidé de ne pas
réagir, reste perplexe :
«C’est un homme surprenant.» Le ministre des Transports
estime qu’avoir Azouz Begag ­ qui a grandi dans le quartier
populaire de la Duchère à Lyon ­ avec lui serait un
«atout» pour sa campagne. A plusieurs reprises, il lui a
proposé d’être tête de liste dans un arrondissement. Le ministre
délégué n’a jamais répondu.
«Il n’a pas les codes de la vie politique», estime une source
gouvernementale. Avec la fantaisie qui le caractérise, Begag a
précisé qu’il donnerait sa décision le 5 février, le jour de son
anniversaire :
«J’aurai alors 50 ans.»

Mépris. Les sarkozystes ont traité son intention de
se lancer à Lyon avec mépris. Lundi, Luc Chatel, porte-parole de
l’UMP, a ironisé sur sa candidature, estimant qu’elle est
«de nature à faire déplacer une voix, la sienne». En ce qui
concerne les législatives, le parti de Sarkozy fait remarquer que
«toutes les investitures ont déjà été attribuées dans le
Rhône» 
et que Begag n’a toujours pas sa carte à l’UMP. Le
ministre de l’Intérieur ne peut plus souffrir le ministre délégué à
la Promotion de l’égalité des chances depuis que ce dernier lui
avait reproché son vocabulaire
(«racailles», «Kärcher») pendant les émeutes en banlieue
l’année dernière. Il ne lui adresse plus la parole. Azouz Begag
s’en contrefiche (
«Je suis content quand Sarkozy me demande de fermer ma gueule,
ça prouve que, lorsque je l’ouvre, ça marque», 
explique-t-il au
Progrès )
 et continue à dire tout le mal qu’il pense de son
tout-puissant collègue. Il ne s’est ainsi pas gêné pour qualifier
d’
«inacceptables» les propos tenus par Doc Gyneco à
l’université d’été de l’UMP, où le rappeur, nouveau chouchou du
ministre d’Etat, avait traité de
«clowns» les banlieusards.

Begag prépare, en outre, un livre,
«qui raconte l’épopée d’un chercheur au CNRS écrivain, débarqué
en politique sans le code de la route», 
sorte de chronique à
l’adresse de tous ceux qui le prennent pour
«l’Arabe de service». Une petite bombe, laisse-t-il entendre,
qui devrait sortir en avril, juste avant la présidentielle. Si
certains doutent de son efficacité en tant que ministre, il ne
lâche pas ses chevaux de bataille, expliquant par exemple que
«l’immigration ne doit pas être au centre du débat pour
2007» 
ou en prônant l’inscription des jeunes des quartiers sur
les listes électorales.

«Apprécié». Ennemi de Sarkozy, il a un allié de
poids, Villepin.
«Azouz est très apprécié dans les banlieues, veut croire
Matignon.
Médiatiquement, il a bien percé, maintenant tout le monde parle
d’égalité des chances. Ses participations à des émissions font
monter les audiences.» 
Le ministre délégué est reconnaissant à celui qui l’a fait
entrer sous les ors de la République.
«[En 2007], je voterai pour Dominique de Villepin même s’il
n’est pas candidat», 
a-t-il juré dimanche à Canal +.
«Ça c’est du Azouz…» 
© Libération

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s