Non à la société ultra-libérale et à sa consoeur blairiste

Non
à la société ultra-libérale et à
sa consoeur blairiste

Il
est courant de dire que les actes valent mieux que les paroles,
surtout en politique. Pourtant les actes politiques ne sont éphémères
qu’en apparence car leurs conséquences peuvent se prolonger
pendant plusieurs décades. En ce domaine plus qu’ailleurs, la
vie du présent tisse celle de l’avenir et le bilan que la
droite léguera à la France est déjà très
mauvais: augmentation de la pauvreté, recul des solidarités,
affaiblissement de l’autorité de l’Etat, démocratie
abîmée.

Face
à un tel bilan, Nous Socialistes, devons faire le choix d’une
option politique:

  1. Soit
    dire oui à une société ultra-libérale ou
    à sa consoeur blairiste avec pour unique option l’adaptation
    à sa dure réalité fondée sur un système
    de santé défaillant, une éducation à
    deux vitesses, une assurance-maladie individualisée, des
    services publics privatisés, des syndicats marginalisés,
    des classes moyennes paupérisées, des travailleurs
    précarisés ou clochardisés par les
    délocalisations, une politique étrangère
    vassalisée à l’Amérique de BUSH…

  1. Soit
    dire non à la société ultra-libérale et
    à sa consoeur blairiste en choisissant un projet de gauche,
    une solution clairement de gauche pour la France car, à
    l’évidence, nous ne pouvons camper indéfiniment sur
    le(s) désir(s) pour bâtir l’avenir de la France. Nous
    bâtissons la France de l’avenir dès aujourd’hui, à
    partir d’ un choix de société clairement à
    gauche, d’une ligne politique authentiquement de gauche et surtout,
    des mesures concrètement de gauche.

    Cela
    signifie:

  1. Concernant
    le pouvoir d’achat, devons-nous nous résigner à
    contractualiser avec le patronnat la hausse du smic et/ou des bas
    salaires
    ? NON.

C’est
pourquoi Laurent FABIUS propose, en conformité avec le Projet
Socialiste: la
hausse du SMIC à 1.500 euros bruts dès que possible
d’ici 2012, avec augmentation immédiate dès le
printemps 2007 de 100 euros (+ 8 %); la hausse des petits salaires à
la suite d’une conférence salariale nationale pour régler
les modalités de la diffusion de la hausse du SMIC; et la
hausse des petites pensions avec la mise en place d’une retraite
minimum équivalente à 85% du SMIC

  1. Concernant
    le logement, devons-nous nous résigner à la crise du
    logement, baisser les bras devant les difficultés d’une
    partie grandissante de la population à obtenir un logement
    décent dans le parc locatif social
    ?
    NON.

Pour
cela Laurent FABIUS propose la construction de 120 000 logements
locatifs sociaux par an, la mobilisation du foncier disponible de
l’Etat et la généralisation des agences foncières
régionales pour dégager suffisamment de terrains à
construire; l’obligation aux programmes immobiliers privés de
consacrer un quart des opérations à la production de
logements sociaux sur les territoires déficitaires en
logements sociaux; le plafonnement à 25 % maximum de la part
du budget des ménages modestes consacrée au logement
dans le parc social et le parc privé conventionné («
bouclier logement »); la garantie mutuelle locative, la
revalorisation annuelle des APL, et la suppression des avantages
fiscaux sans contrepartie sociale (de Robien); enfin la substitution
d’office des maires défaillants par les Préfets dans
les communes ne respectant pas le minimum prévu de 20 % de
logements sociaux.

  1. Concernant
    l’éducation, devons-nous accepter le désengagement
    criant de l’Etat à tous les échelons de l’education
    nationale?
    NON, trois fois
    NON, car l’éducation a toujours été un des fers
    de lance de l’identité socialiste.

Pour
cela Laurent FABIUS propose: l’accroissement des moyens pour aider
les enfants qui en ont le plus besoin, notamment dans les ZEP; la
diminution du nombre d’élèves dans les classes; la
création d’un droit au soutien scolaire après la classe
pour tous les enfants; la garantie d’un accès aux formations
en classes préparatoires aux meilleurs élèves de
tous les lycées;
l’amélioration
de la mixité sociale grace à la carte scolaire en
privilégieant l’implantation d’options dans les
établissements sensibles, la gestion transparente des
dérogations, et la négociation avec le secteur privé
sous contrat pour qu’il joue son rôle dans la prise en charge
des enfants de tous les milieux sociaux; l’engagement d’une
négociation avec les enseignants portant sur les missions et
sur l’évolution de leurs carrières; le renforcement
de l’encadrement des étudiants en premier cycle
universitaire, l’augmentation du budget de la recherche avec une
programmation pluri-annuelle des emplois scientifiques,
l’encouragement des rapprochements entre universités, grandes
écoles et organismes de recherche.

  1. Concernant
    l’emploi, devons-nous accepter la précarisation et la
    fléxibilité du travail comme unique solution au
    chômage
    ? NON

    Pour
    Laurent FABIUS, il est urgent de sécuriser les parcours
    professionnels ou la sécurité sociale professionnelle
    afin d’éviter les traumatismes dûs aux mutations du
    travail. C’est pourquoi il faut placer la relance de l’emploi
    durable et la lutte contre la précarité au cœur du
    projet socialiste grace au soutien de la demande des ménages
    et à la dynamisation des entreprises. Cela implique:

  • Pour
    les grandes entreprises, une remise en cause des avantages fiscaux
    et des exonérations sociales inutiles. Les ressources
    dégagées iront financer, s
    ans
    reporter la charge sur les générations future :

  1. les
    emplois jeunes (
    un
    tiers),

  2. la
    recherche scientifique et l’enseignement supérieur
    (un
    tiers),

  3. le
    soutien aux investissements et à la croissance des petites et
    moyennes entreprises
    (un
    tiers).

  • Pour
    les salariés:

    La
    création de la Couverture Professionnelle Universelle (CPU)
    qui permettra une meilleure transition professionnelle par:

  1. Un
    accès à la formation professionnelle permanente

  2. Des
    droits sociaux garantis

  3. Dans
    le même esprit, l’abrogation du CNE.

5.Concernant
les politiques de santé, devons-nous être fatalistes et
accepter les inégalités dans l’accés aux soins
?
NON

Pour
Laurent FABIUS, la politique de santé constitue un enjeu
majeur de nos sociétés et le changement est nécessaire
afin de corriger les inégalités inacceptables résultant
des déremboursements massifs et autres plans financiers des
gouvernements de droite. Pour cela, Laurent FABIUS propose :

  • Une
    couverture à 100 % de la population , par une extension de la
    CMU ou par la création d’une «allocation-santé»

  • Des
    incitations pour
    l’installation des médecins
    libéraux et pour les personnels hospitaliers et ce, pour
    corriger les inégalités territoriales.

  • Des
    aides pour favoriser la mobilité géographique et les
    réseaux de soins

  • La
    suppression du jour férié non payé (Lundi
    Pentecôte/Raffarin)

  • Un
    financement équitable et pérenne afin de compléter
    ce dispositif avec, notamment l’établissement d’une
    cotisation sur la valeur ajoutée, à taux faible , se
    substituant aux actuelles cotisations sociales patronales.

Camarades,
voilà comment, par un choix de société
clairement à gauche, une ligne politique authentiquement de
gauche, et surtout des mesures concrètement de gauche, la
France peut retrouver
sa place: celle d’une France juste et solidaire, d’une France forte
parce que solidaire.

Il
n’appartient qu’à vous de le vouloir en votant Laurent FABIUS.

Fabienne
Debarge Engo

Joël
Didier Engo

Militants
Section Paris 11ème.


Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s