Pourvu que ça dure!!! La lune de miel « Royal »…avec les socialistes européens.

"L’idée que vous aurez une présidente Royal, ça convient bien au style monarchique de la Ve République."…Et Vlan!!!

Au congrès du PSE, la candidate française a critiqué l’indépendance de la Banque centrale européenne

Royal, symbole de renouveau pour les socialistes européens
LE MONDE | 08.12.06 | 14h23  •  Mis à jour le 08.12.06 | 14h23
PORTO (Portugal) ENVOYÉE SPÉCIALE

nvité
pour la première fois au congrès du Parti des socialistes européens
(PSE), qui s’est ouvert jeudi 7 décembre à Porto, le président du Parti
démocrate américain, Howard Dean, s’est vu ravir la vedette par
Ségolène Royal.

"C’est une vraie rock star !", s’est
exclamé M. Dean en patientant devant la salle où la Française recevait,
les uns après les autres, des dirigeants socialistes et
sociaux-démocrates européens : le premier ministre bulgare, Sergueï
Stanichev, l’Allemand Martin Schulz, président du groupe socialiste au
Parlement de Strasbourg, le futur chancelier autrichien Alfred
Gusenbauer.

<A
TARGET="_blank"
HREF="http://ad.fr.doubleclick.net/click%3Bh=v8/34b7/17/c4/%2a/z%3B62170123%3B0-0%3B0%3B15053974%3B237-250/250%3B19295245/19313139/1%3B%3B%7Esscs%3D%3fhttp://pubs.lemonde.fr/RealMedia/ads/click_lx.ads/FRANCE-LEMONDE/index_france/exclu/sponsor/1536991818/Middle1/OasDefault/lm_laposte_rg_dec_middle1/banque250.html/35323763326233613434346238343130?https://www.particuliers.labanquepostale.fr/index/cartecadeau.html"><IMG
SRC="http://m.fr.2mdn.net/1009773/120406_Unicef_250x250.gif"
BORDER=0></A>


Click Here

Chacun a eu droit à sa poignée de main devant une forêt de caméras avant de s’entretenir quelques instants avec Mme Royal. "Elle a une très forte présence, elle va donner du fil à retordre à Nicolas Sarkozy", confiait M. Dean avant de poser à côté d’elle.

"LA FIDÉLITÉ, PAS LA RÉPÉTITION"

"Nous sommes tous derrière toi Ségolène, a déclaré à la tribune le premier ministre portugais, José Socrates. Ne
te fâche pas quand on dit que tu n’es pas de gauche, j’ai moi aussi
entendu la même chose, tout comme Mitterrand, Blair, Gonzalez, Soares,
tous ces socialistes qui ont fait la fierté de la gauche européenne. Ne
te laisse pas impressionner
(…). Nous avons besoin d’une nouvelle voix en France et tu es cette nouvelle voix."

En l’absence de MM. Blair et Zapatero, Mme
Royal a occupé tout l’espace. Invitée à prononcer le discours
d’introduction du congrès, elle s’est présentée comme le chef de file
d’une nouvelle génération, après un hommage à François Mitterrand et à
Jacques Delors, présent. "C’est à nous, socialistes du XXIe siècle, d’affronter les questions nouvelles, a-t-elle affirmé. La vraie fidélité n’est pas la répétition."

Devant les parlementaires et délégations des vingt-cinq pays de l’Union européenne, Mme Royal a plaidé pour une "Europe des gens", soucieuse de lutter "contre la vie chère" et la précarité : "Je veux, si je suis élue, remettre l’Europe en mouvement."

La
Française a proposé la création de pôles de compétitivité européens et
insisté sur le développement de la recherche qui serait sortie des
critères de Maastricht. Elle s’est attirée les applaudissements de la
salle en critiquant la Banque centrale européenne qui devrait être "soumise à des décisions politiques" : "Ce n’est plus à M. Trichet son gouverneur de commander l’économie de nos pays !"

Au sujet du traité constitutionnel européen, rejeté en France et aux Pays-Bas, mais ratifié par seize pays, Mme Royal a fixé un objectif : "Nous devons nous remettre à la tâche, je souhaite que nous puissions déboucher sous la présidence française", en 2008.

Beaucoup de congressistes ont paru conquis, comme en témoignait leur ovation debout à la fin de son discours. "Ça donne un nouveau souffle", jugeait l’Allemand Martin Schulz. "Elle est très proche de la ligne de travail que nous développons avec Zapatero", estimait José Blanco, numéro deux du Parti socialiste espagnol.

Pour l’eurodéputé britannique Richard Corbett, Mme Royal est "représentative d’une nouvelle génération". "Je sens qu’elle a impressionné, son approche est rafraîchissante, ouverte", appréciait-il, avant d’ajouter, pince-sans-rire : "L’idée que vous aurez une présidente Royal, ça convient bien au style monarchique de la Ve République." La députée italienne Donata Gottardi vantait la "simplicité" de Mme Royal : "Chez nous, beaucoup de femmes sont très contentes de sa candidature."

Le
premier secrétaire du PS, François Hollande, venu à la tête d’une
délégation d’une vingtaine de Français, commentait en restant à
l’extérieur du bureau de la candidate : "Beaucoup ne la
connaissaient pas et la découvrent. L’Europe est sans leadership,
Ségolène, elle, incarne un changement de méthode, de génération, de
langage."

Isabelle Mandraud

MISSIONS

"NOUVELLE RÉPUBLIQUE".

Ségolène Royal a confié aux présidents des groupes parlementaires
socialistes la mission de préparer pour fin janvier 2007 des pistes de
réforme d’une "nouvelle République". Jean-Marc Ayrault (Assemblée) se
consacrera à la démocratie sociale et au "syndicalisme de masse",
Jean-Pierre Bel (Sénat) aux institutions.

ETATS-UNIS.

Elle a chargé le président du Parti démocrate américain, Howard Dean,
de préparer son déplacement aux Etats-Unis, en janvier, sur le thème de
la recherche universitaire et privée.

Article paru dans l’édition du 09.12.06
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s