Ni Bayrou, Ni Sarkozy, l’adversaire de ROYAL ….

C’est Ségolène ROYAL elle-même. Et tant qu’elle ne comprendra pas que l’on gagne une élection présidetiellle en réunissant son camp, la Gauche Française et le Parti Socialiste, il est fort à parier qu’elle court le risque, au pire de ne pas passer ,malgré les bons sondages, le premier tour de l’élection présidentielle, au mieux, d’être battue largement par Nicolas SARKOZY et/ou François BAYROU au second tour.

Car, disons-le franchement, Ségolène ROYAL, sans l’apport des compétences internes au Parti Socialiste, ne représente effectivement qu’elle-même, c’est-à-dire une Rastignac en jupon.

Politiques

Ségolène Royal reprend sa «liberté»
Hier soir, elle a retrouvé les accents de sa campagne interne et contré Bayrou sur le thème du changement.

Par David REVAULT D’ALLONNES
QUOTIDIEN : vendredi 16 mars 2007

La candidate qui tient ses promesses. C’est ce rôle qu’a endossé
Ségolène Royal, hier soir sur France 2, lors de l’émission
A vous de juger. «Dans une campagne très longue, où chacun prend
le temps de réfléchir, il faut être dans la logique de la
preuve, 
diagnostiquait un de ses proches avant le rendez-vous.
Convaincre les gens pour qu’ils se disent : "Banco, on y
va."» 
Et c’est bien sur la corde de la conviction qu’a joué la
socialiste. D’abord, en tentant de préserver le monopole du
changement et de résoudre la question de la concurrence de François
Bayrou et de Nicolas Sarkozy.
«Les Français ont besoin et envie d’un changement profond. Ils
ont le choix entre un candidat qui prolonge ce qui existe, le
candidat de l’UDF dont on attend le programme et la candidature que
je représente.»

Un renouveau qu’elle incarne jusque dans son parcours et son
investiture par les militants du PS :
«Ma désignation était imprévue, ce n’était pas dans la logique
du PS», 
n’a pas manqué d’expliquer Royal, qui a martelé que
«les nouveaux adhérents sont comme les Français : ils ont soif
de changement». 
Elle a voulu préserver une de ses principales
ressources : celle de la nouveauté, qui, ces derniers temps,
semblait l’avoir délaissée.
«J’ai eu beaucoup de liberté dans le débat interne. J’ai été
moins libre parce que je suis appuyée par une organisation
politique. […] Je suis dans la dernière ligne droite. Je reprends
toute ma liberté.»

Convaincre, donc, non sans dramatiser, de la gravité de la
situation :
«C’est une campagne difficile, très difficile. […] C’est très
rude, mais cette rudesse est à la hauteur de l’enjeu. Je veux que
les Français aient un vrai choix. Il ne faut pas se tromper.» 
De
sa capacité à incarner la confiance, face à la défiance des
électeurs :
«Je crois que les Français cherchent. Ils observent, regardent,
écoutent. Ils ne veulent pas se laisser avoir une nouvelle fois. Il
y a eu en politique tant de promesses faites et non tenues
!» 
Ségolène Royal, elle, sera tenue
«par la parole donnée». 
«Votre vote ne sera pas instrumentalisé», a-t-elle promis aux
électeurs. Et de préfigurer ce que pourrait être sa méthode :
«Je veux un Etat sobre et un Etat modeste», a expliqué la
députée des Deux-Sèvres, qui entend
«en rabattre sur le caractère un peu monarchique de l’exercice
du pouvoir» 
et assurer une
«réduction du train de vie de l’Etat». Elle a indiqué qu’elle
disposait de
«plusieurs hypothèses» pour Matignon.

«Aujourd’hui, on ne peut plus faire de la politique comme
avant», 
a-t-elle répété.Mais elle reste néanmoins, comme elle le
dit, une
«socialiste fidèle à [son] histoire». Qui, aussi,
«porte sur le monde un regard neuf» et se veut
«une femme solide». Comme à son habitude, elle a évoqué la
«vie extraordinaire» de son héroïne, Jeanne d’Arc, laquelle
«a transgressé l’interdit en mettant un habit d’homme». Et
«tenté de sauver la France». 
© Libération

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s