Des excuses à géométrie variable, selon qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’Irak …


Le premier ministre irakien, Nouri al-Maliki.

N’est-ce pas le même ministre
des Affaires étrangères français Bernard Kouchner qui, non satisfait
des "regrets" officiellement exprimés par les autorités guinéennes à la
suite de l’incident de l’aéroport de Conatry, exigeait des excuses en
bonne et due forme???

Curieusement, il semble tout
à fait normal pour la diplomatie française de formuler des excuses à
l’adresse du Premier Ministre irakien. D’ailleurs les africains
seraient tout aussi en droit d’en exiger du Président de la République
Française Nicolas Sarkozy, après ses propos injurieux sur "l’homme
africain" tenus à l’université Cheick Anta Diop de Dakar; sans que
cette exigence ne soit nécessairement assimilée à un "acte
anti-français" ou à un "culte de la répentance"…


Car visiblement, la demande d’excuses de monsieur Nouri al-Maliki n’en serait pas un.

Je vous remercie

Irak : Kouchner formule des excuses
J.C. et V.F. (lefigaro.fr) avec AFP.
Publié le 26 août 2007

Le
premier ministre irakien Nouri al-Maliki a accusé le ministre des
Affaires étrangères français d’avoir réclamé son départ du gouvernement
d’union nationale.

Le ministre des Affaires étrangères français
Bernard Kouchner a présenté ses excuses lundi "pour avoir interféré
dans les affaires irakiennes". Dimanche, le premier ministre irakien
Nouri al-Maliki a dénoncé avec virulence des propos attribués à Bernard
Kouchner appelant à son départ du gouvernement et a exigé des excuses
de la France. Lundi sur RTL, Bernard Kouchner a clarifié la situation
en déclarant : "Si le premier ministre irakien veut que je m’excuse
pour avoir interféré dans les affaires irakiennes de façon aussi
directe, je le fais volontiers". Et de préciser : "il s’agissait des
propos de mes interlocuteurs, si j’ai été mal compris, j’en suis
désolé." Le ministre des Affaires étrangères met ce malentendu sur le
compte de l’incompréhension : "Je crois qu’il n’a pas compris" a-t-il
déclaré avant d’affirmer : "Je ne suis pas le seul qui fait des
critiques".

La polémique intervient quelques jours après la
visite inédite du ministre français des Affaires étrangères à Bagdad.
«Récemment nous avons reçu le ministre français. Nous étions heureux de
sa venue et nous étions optimises quant au fait que cette visite marque
le début d’une nouvelle relation», a déclaré Nouri al-Maliki. «D’un
coup, nous avons été surpris que le ministre fasse une déclaration qui
en aucune manière ne peut être qualifiée de diplomatie, quand il a
appelé au remplacement du gouvernement» irakien», a-t-il ajouté.

«Écoutez, il doit être remplacé»

Nouri
al-Maliki réagissait apparemment à une interview du ministre français
publiée par l’hebdomadaire américain Newsweek du 24 août dans laquelle
le «French doctor» est cité comme favorable à un changement à la tête
du gouvernement irakien. «Beaucoup de gens pensent que le premier
ministre devrait être changé. Mais je ne sais pas si cela va se
produire, parce qu’il semble que le président (George W.) Bush est
attaché à M. Maliki. Mais le gouvernement ne fonctionne pas», dit
Bernard Kouchner.

Interrogé sur l’existence d’un «fort
sentiment» en Irak en faveur d’un départ de M. Maliki, il ajoute: «Oui.
Je viens d’avoir (la secrétaire d’Etat) Condoleezza (Rice) au téléphone
il y a dix ou quinze minutes et je lui ai dit: ‘écoutez, il doit être
remplacé’».

Le premier ministre irakien s’est ensuite engagé
dans une critique générale de la politique de la France en Irak,
l’accusant de se ranger du côté des partisans de l’ancien dictateur
Saddam Hussein. «Par le passé, vous avez soutenu l’ancien régime (de
Saddam Hussein, ndlr). Aujourd’hui nous étions satisfaits et c’est le
moment que vous choisissez pour apporter votre soutien aux partisans de
l’ancien régime. Nous exigeons des excuses du gouvernement français»,
a-t-il clamé.

Clinton et Levin dans le collimateur

Dimanche
après-midi, le ministère français des Affaires étrangères a cherché à
minimiser la portée des propos de Bernard Kouchner en assurant qu’il
avait fait "référence aux débats en cours" en Irak. L’opposition
socialiste française a elle dénoncé dimanche "l’amateurisme" de Bernard
Kouchner. M. Kouchner "a gravement dégradé notre crédibilité à
l’étranger après son absence dans le dossier des infirmières bulgares
et cette nouvelle grave erreur diplomatique", a encore déclaré Faouzi
Lamdaoui, secrétaire national du PS à l’égalité, conseillant au
ministre de "davantage travailler ses dossiers et moins rechercher la
lumière médiatique".

Le ministre français des Affaires
étrangères n’est pas le seul à faire l’objet de critiques de la part du
premier ministre irakien. Il a également protesté contre Hillary
Clinton et Carl Levin, un autre sénateur démocrate, qui ont réclamé son
remplacement à la tête d’un gouvernement d’union nationale, après
l’éclatement du cabinet de coalition. «Hillary Clinton et Carl Levin
sont des démocrates et devraient respecter la démocratie. Ils parlent
de l’Irak comme s’il s’agissait de leur propre bien», a dit le premier
ministre dans une conférence de presse.
Il a ajouté que les
deux sénateurs «n’avaient pas vécu dans leur propre vie des divergences
comme celles que nous connaissons en Irak. Quand ils font part de leur
jugement, ils ne savent pas ce que réconciliation signifie», a-t-il
ajouté.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s