Monsieur BIYA, faîtes preuve d’humanité…

En ces moments sombres de notre histoire et face à la
gravité de la situation qui y prévaut actuellement, nous ne pouvons être indifférent aux revendications sociales légitimes et aux crimes perpétrés par les forces de l’ordre dans les rues,
les quartiers et les villes du Cameroun …

Notre devoir de citoyen(s) camerounais et du monde est d’appeller les autorités politiques et administratives du Cameroun à faire preuve d’humanité… notamment le Premier d’entre-eux:
le Président Paul BIYA

Monsieur Paul BIYA,

– Retirez unilatéralement votre projet de révision de l’article 6 al2 de la Constitution de 1996 du Cameroun ;

– Convoquez immédiatement des assises républicaines de reconciliation nationale;


et (r)assurez le peuple camerounais sur la fin effective de votre régime
et/ou de votre règne en 2011, terme légal de votre mandat présidentiel;

Tel
est le préalable réaliste et raisonnable pour un retour à l’apaisement social et
politique au Cameroun dans les jours, les mois et les années qui
viennent.

Il est irresponsable et illusoire de penser que ce
peuple, qui crie famine dans les rues de Douala, Yaoundé, Kumba, Nkongsamba, Bamenda, Bafang, Dschang….acceptera dans une certaine résignation, dans un certain fatalisme et à
la force des armes le fait du prince.

Montrez-vous, Monsieur le Président de la République du Cameroun, pour une fois à la hauteur de la fonction que vous occupez depuis 25 longues années.

Je vous remercie

CAMEROUN

Après Douala, les émeutes gagnent Yaoundé

Provoquées
par les prix élevés des carburants et des denrées alimentaires, ces
manifestations, les plus importantes depuis quinze ans, ont fait au
moins six morts depuis quatre jours dans l’ouest du pays, bastion de
l’opposition.

Emeutes et scènes de pillage à Douala (Reuters)

Emeutes et scènes de pillage à Douala (Reuters)

Parties le week-end dernier du
port de Douala, les émeutes contre la cherté de la vie et le maintien
au pouvoir du président Paul Biya se sont propagées mercredi 27 février
à Yaoundé, la capitale du Cameroun.

Provoquées par les prix élevés des carburants et des denrées
alimentaires, ces manifestations, les plus importantes depuis quinze
ans, ont fait au moins six morts depuis quatre jours dans l’ouest du
pays, bastion de l’opposition.

Dans la capitale, les émeutiers ont érigé des barricades, brûlé des
pneus et du bois de charpente et jeté des pierres sur les policiers,
qui ont riposté à coups de gaz lacrymogène, rapportent des témoins.

"On en a marre !"

Une partie des manifestants scandaient des slogans hostiles à Biya,
qui, au pouvoir depuis 25 ans, a annoncé le mois dernier qu’il
entendait s’y maintenir au-delà de son mandat actuel qui expire en
2011. "Biya va trop loin, il doit partir", criait l’un d’entre eux.

A Douala, capitale économique et commerciale du pays, quelque 2.000
manifestants ont défilé pour réclamer une baisse des prix des denrées
de base en criant "On en a marre!". Là encore, les policiers ont fait
usage de gaz lacrymogènes.

Les émeutes avaient éclaté samedi à Douala, où des affrontements entre
manifestants hostiles à Biya et policiers ont fait un mort.

Elles sont poursuivies lundi et mardi lorsqu’une grève des chauffeurs
de taxis contre la hausse des prix de l’essence a dégénéré en batailles
de rue et scènes de pillage, faisant au moins quatre morts.

Le port de Douala paralysé

Le gouvernement a décidé mardi soir de réduire marginalement les prix
du carburant pour tenter de mettre fin à l’agitation mais cela n’a
visiblement pas suffi à calmer la colère des manifestants.

Le port de Douala, l’un des plus importants du continent, par où
transitent les exportations de cacao du Cameroun, quatrième producteur
mondial, restait mercredi paralysé.

A Yaoundé comme à Douala, les taxis étaient toujours en grève, de
nombreux commerces avaient baissé le rideau et rares étaient les
véhicules particuliers qui s’aventuraient dans les rues.

Des députés d’opposition ont accusé le gouvernement d’avoir réagi
brutalement face aux manifestants, qui dénoncent également la fermeture
de la chaîne de télévision privée Equinoxe.

Celle-ci a diffusé ce mois-ci une interview d’un dirigeant
d’opposition, John Fru Ndi, accusant Biya de vouloir gouverner à vie.
(Reuters)

Emeutes: Le président de la République s’adresse à la Nation ce soir a 20h

Click to jump to 'Cameroon-Info.Net'YAOUNDE – 27 FEVRIER 2008
© Cameroon-Info.Net

La CRTV et Canal2 annoncent une intervention imminente du Chef de l’Etat, Paul Biya…
 


On
croyait le calme revenu dans les grandes villes du Cameroun après
l’accord obtenu entre le gouvernement et le syndicat des transporteurs
qui ont décidé de suspendre la grève.

Ce matin les habitants de Yaoundé ont repris leurs activités sans
souci, mais aux environs de 10 heures, des mouvements de violence ont
subitement éclaté dans la capitale. Les voitures brulées, des boutiques
incendiées. Les forces de l’ordre aux aguets ont cependant réussi à
mater ces violences qui ont duré quelques heures, en usant entre autres
des gaz lacrymogènes. Toujours est-il qu’il n’était pas question de
reprendre sa voiture pour rentrer chez soi.

A l’heure actuelle, personne ne sort. La situation à Douala ne s’est pas améliorée, la capitale économique est une ville morte.

Cette situation pour le moins instable oblige le Président de la
République à sortir de son silence dans une allocution radio télévisée
annoncée ce mercredi soir, a 20 heures (heure de Yaounde).

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s