« La descente aux enfers de Mugabe??? »

R. Mugabe prononce un discours à Harare le 13 août (Philimon Bulawayo/Reuters).

Et maintenant que va-t-il se passer au Zimbabwe?

Après avoir indéfiniment attendu la proclamation des résultats
officiels, l’opposition l’a précédée en annonçant la victoire à la
l’élection présidentielle de Morgan Tsvangirai .

Ladite victoire sera-t-elle reconnue par la communauté
internationale, avant que le camp de Robert Mugabe parachève (enfin) son
propre décompte des voix?

Peut-on espérer que ce dernier fasse enfin preuve de responsabilité
en reconnaissant purement et simplement sa défaite dans une élection
qui a été, de l’avis général, démocratique?

Quand est-ce que les dirigeants africains sauront dignement quitter le
pouvoir, sans nécessairement précipiter leurs peuples dans des affrontements
partisans ou multi-ethniques, prenant ainsi le risque d’encourir des poursuites pénales internationales?

Autant de questions dont seul Robert Mugabe détient encore la réponse aujourd’hui.

En attendant, nous pouvons dores et déjà souhaiter que le Zimbabwe
redevienne effectivement ce symbole de la Libération Africaine, chantée
par Bob Marley….comme il l’a été autrefois avec ou grâce à un certain
Robert Mugabe.

Je vous remercie



Au Zimbabwe, l’opposition proclame sa victoire finale à la présidentielle, selon ses propres résultats


LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 02.04.08 |

Depuis Harare, l’opposition zimbabwéenne du Mouvement pour le
changement démocratique (MDC) a revendiqué sa victoire finale, dès le
premier tour, aux élections législatives et présidentielle de samedi,
en s’appuyant sur ses propres résultats. Cinq jours après les
élections, les résultats officiels n’ont toujours pas été annoncés.

"D’après nos propres calculs, nous pouvons dire que le président du
MDC, Morgan Tsvangirai, a remporté la présidentielle", avec 50,3 % des
voix contre 43,8 % à Robert Mugabe, a affirmé, mercredi 2 avril, le
secrétaire général du MDC, Tendai Biti. Après avoir annoncé la victoire
avec la majorité absolue de M. Tsvangirai à l’élection présidentielle,
M. Biti a ajouté que son parti avait également remporté la majorité
absolue au Parlement avec un total de 110 sièges, dont 11 emportés par
des candidats d’une faction dissidente du MDC, contre 96 sièges à
l’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (ZANU-PF) de
Robert Mugabe.



L’OPPOSITION PREND SES "DÉSIRS POUR DES RÉALITÉS"

Tendai Biti a en outre affirmé qu’en dépit de ces résultats, le MDC
était prêt à affronter Robert Mugabe lors d’un second tour. "Les médias
d’Etat ont déjà commencé à préparer la population à la tenue d’un
second tour (…). Si c’est le cas, le parti participera au second
tour", a-t-il lancé, faisant référence au quotidien gouvernemental The
Herald qui a rapporté, mercredi, qu’aucun candidat n’avait obtenu de
majorité au premier tour et qu’un second tour, organisé d’ici trois
semaines, serait nécessaire.

Le ZANU-PF a immédiatement condamné la revendication de
l’opposition, estimant qu’elle prenait ses "désirs pour des réalités"
et aurait dû attendre les résultats officiels, les bulletins étant
encore comptabilisés par la Commission électorale. Interrogé par la
chaîne britannique Sky News, Bright Matonga, vice-ministre de
l’information, a par ailleurs ajouté que Robert Mugabe, que beaucoup
donnaient en fuite ou en négociation pour quitter le pouvoir, n’allait
"nulle part".


ELECTIONS AU ZIMBABWE

L’opposition remporte une majorité de sièges au Parlement

NOUVELOBS.COM | 02.04.2008 |

La
Commission nationale électorale a annoncé que le parti au pouvoir a
perdu sa majorité au Parlement, à l’issue des élections générales de
samedi.

Le chef de file des opposants zimbabwéens, Morgan Tsvangirai

Le chef de file des opposants zimbabwéens, Morgan Tsvangirai
(c) Reuters

Le
parti au pouvoir au Zimbabwe a perdu sa majorité au Parlement à l’issue
des élections générales de samedi, selon des résultats annoncés
mercredi 2 avril par la Commission nationale électorale.

L’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF) du
président Robert Mugabe ne peut plus atteindre la majorité absolue,
puisque le Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition)
a obtenu 105 des 210 sièges de députés, un autre ayant été remporté par
un candidat indépendant. La Zanu-PF n’a conservé que 93 sièges, selon
ces résultats portant sur 199 sièges.

Attendre les résultats officiels

Plus tôt dans la journée, le gouvernement zimbabwéen avait
condamné la revendication de la victoire aux élections par
l’opposition, estimant qu’elle aurait dû attendre les résultats
officiels.

"Pourquoi se précipiter pour annoncer les résultats avant la Commission
électorale du Zimbabwe ? Laissons la terminer son travail", a déclaré
le ministre de l’Information, Ndlovu Sikhoanyiso.

L’opposition au chef de l’Etat zimbabwéen avait revendiqué la victoire
finale de son candidat Morgan Tsvangirai à l’élection présidentielle de
samedi, sans attendre les résultats officiels. Elle a également
revendiqué sa victoire finale aux élections législatives de samedi.

Majorité absolue au Parlement

"D’après nos propres calculs, nous pouvons dire que le président (du
MDC) Morgan Tsvangirai a remporté la présidentielle", a déclaré devant
la presse Tendai Biti, secrétaire général du parti, ajoutant qu’un
second tour ne serait pas nécessaire puisque Morgan Tsvangirai avait
obtenu la majorité absolue avec 50,3% des voix.
Le secrétaire général du MDC a ajouté que le parti avait obtenu la
majorité absolue également au Parlement avec un total de 110 sièges,
dont 11 emportés par des candidats d’une faction dissidente du MDC.
L’Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique (Zanu-PF, au pouvoir) a obtenu 96 sièges.
L’opposition s’est pourtant dite prête à affronter le chef de l’Etat Robert Mugabe dans un second tour à la présidentielle.

"Les médias d’Etat ont déjà commencé à préparer la population à la
tenue d’un second tour dans 21 jours (…) Si c’est le cas, le parti
participera au second tour", a déclaré Tendai Biti, le secrétaire
général du MDC.

Réactions

Mardi, les Etats-Unis avaient estimé que les électeurs zimbabwéens
avaient plébiscité le changement lors des élections présidentielle et
législatives du week-end dernier, et avaient exhorté les autorités à
annoncer les résultats promptement.

Le porte-parole du Conseil de la sécurité nationale de la Maison
Blanche, Gordon Johndroe, n’a pas affirmé que le président sortant,
Robert Mugabe, au pouvoir depuis 28 ans, avait perdu les élections,
mais a précisé que ses déclarations étaient basées sur des informations
émanant d’observateurs mandatés par les Etats-Unis et d’organisations
de la société civile du Zimbabwe.

Changement

"Il est clair que le peuple du Zimbabwe a voté pour le changement", a
déclaré Gordon Johndroe dans un communiqué. "Il est temps que la
Commission électorale zimbabwéenne confirme les résultats que nous
avons tous pu voir des bureaux de vote locaux et d’ONG respectées".

Le Département d’Etat a, quand à lui, déclaré par l’intermédiaire de
son porte-parole Tom Casey que les Etats-Unis "souhaitent voir (…)
que les résultats de ces élections et la volonté du peuple zimbabwéen
soient honorés, honorés et dans le dépouillement des bulletins, et par
la publication des résultats".

De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères David
Miliband a affirmé mercredi que le retard dans l’annonce des résultats
des élections au Zimbabwe s’apparente à une "tactique délibérée et
calculée" de la part des autorités.


Zimbabwe : les USA exigent l’annonce des résultats


NOUVELOBS.COM | 02.04.2008 |

Pour Washington, les électeurs ont plébiscité le changement lors
des élections présidentielles et législatives ; de son côté que le
quotidien officiel du Zimbabwe annonce qu’aucun des candidats à
l’élection présidentielle ne semble avoir obtenu de majorité absolue.

Les Etats-Unis ont estimé mardi 1er avril que les électeurs
zimbabwéens ont plébiscité le changement lors des élections
présidentielle et législatives du week-end dernier, et ont exhorté les
autorités à annoncer les résultats promptement.

Le porte-parole du Conseil de la sécurité nationale de la Maison
Blanche, Gordon Johndroe, n’a pas affirmé que le président sortant,
Robert Mugabe, au pouvoir depuis 28 ans, avait perdu les élections,
mais a précisé que ses déclarations étaient basées sur des informations
émanant d’observateurs mandatés par les Etats-Unis et d’organisations
de la société civile du Zimbabwe.

Changement

"Il est clair que le peuple du Zimbabwe a voté pour le changement",
a déclaré Gordon Johndroe dans un communiqué. "Il est temps que la
Commission électorale zimbabwéenne confirme les résultats que nous
avons tous pu voir des bureaux de vote locaux et d’ONG respectées".

Le Département d’Etat a, quand à lui, déclaré par l’intermédiaire
de son porte-parole Tom Casey que les Etats-Unis "souhaitent voir (…)
que les résultats de ces élections et la volonté du peuple zimbabwéen
soient honorés, honorés et dans le dépouillement des bulletins, et par
la publication des résultats".



Deuxième tour aux présidentielles

Par ailleurs, pour le quotidien d’Etat The Herald mercredi, aucun
des candidats à l’élection présidentielle au Zimbabwe ne semble avoir
obtenu de majorité absolue, alors que les résultats officiels se font
toujours attendre.

"La tendance des résultats du scrutin présidentiel montre qu’aucun
des candidats ne va recueillir plus de 50% des voix, ce qui implique un
second tour", écrit le Herald, voix officielle du régime.

Le président zimbabwéen, Robert Mugabe, 84 ans, s’était présenté
samedi devant les électeurs pour un sixième mandat à la tête de l’Etat,
face notamment au chef de l’opposition, Morgan Tsvangirai.

Depuis, la commission électorale a publié des résultats,
incomplets, pour le scrutin législatif qui se tenait en même temps,
mais n’a donné aucune indication concernant la présidentielle.

Lundi elle a juste appelé les Zimbabwéens à la patience, assurant
être "en train de recevoir" les résultats de chaque bureau de vote.

Le Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition) a
revendiqué dès lundi la victoire de Tsvangirai, son candidat, tout en
craignant que les retards de publication ne servent à manipuler les
résultats.

(AP)

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s