Monsieur Le Président de la France, Laissez La Mémoire de l’Esclavage à Celles et Ceux Qui l’Honorent Sincèrement

Monsieur Sarkozy, évitez à la mémoire de l’esclavage le suprême déshonneur de l’intérêt subit, opportuniste et politicien…

Elle ne le mérite pas, parce qu’elle a présisément pu et su s’en éloigner jusqu’à présent.

De grâce, Monsieur Le Président de la France, laissez la charge de sa commémoration à toutes les femmes et à tous les hommes (de toutes les origines et de toutes les races) qui la respectent effectivement, et l’honorent sincèrement partout dans le Monde.

Merci

Nicolas Sarkozy le 10 mai 2006 au jardin du Luxembourg. (Reuters)Nicolas Sarkozy le 10 mai 2006 au jardin du Luxembourg. (Reuters)

Esclavage: Sarkozy et les médias ont la mémoire courte

Par Sébastien Ledoux | Enseignant et chercheur | 12/05/2008 | Rue 89

Du Journal du Dimanche à Libération, en passant par Le Monde, Le Figaro
ou le Nouvel Observateur, la plupart des médias ont repris dans leur
titre "l’annonce" du président Sarkozy faite le 10 mai, à l’occasion de
la Journée de commémoration de l’esclavage:

"Sarkozy: l’esclavage enseigné à l’école" (JDD)

"L’histoire de l’esclavage sera enseignée à l’école primaire" (Le Monde) 

"Abolition de l’esclavage : Sarkozy : "cette histoire doit être enseignée à l’école" (TF1)

"L’esclavage enseigné en primaire dès la rentrée" (Nouvel Obs)

"La traite des Noirs enseignée en primaire, annonce Sarkozy" (Libération)

"L’histoire de l’esclavage enseignée en primaire" (Le Figaro)

Et pourtant, derrière ces annonces en fanfare faites au nom de la mémoire… l’oubli.
Oubliés les dizaines de milliers d’enseignants qui enseignent l’esclavage depuis plusieurs années; niés les programmes de 2002
du primaire, qui eux ont officiellement introduit cette page de notre
histoire comme jamais auparavant; nié l’effort entrepris par les
éditeurs des manuels tant du primaire que du secondaire pour
transmettre cet épisode à nos élèves; méprisé le travail de deux années
de la commission des programmes du collège qui vient de proposer pour
la première fois les traites et l’esclavage comme un thème d’histoire à
part entière en classe de 4e.

De l’ « immémoire collective »

Comme le rappelait Chris Marker il y a quelques temps déjà, notre
époque vit sans cesse de cette « immémoire collective » que l’actualité
construit chaque jour. Le président Sarkozy participe activement à
cette entreprise en se forgeant l’image du héros national ouvrant une
nouvelle page de l’histoire de France…et les médias suivent en cœur
cette mascarade, au mépris d’un patient et rigoureux travail mené
depuis maintenant plusieurs années.

Avec la loi Taubira de 2001, puis les polémiques de 2005 autour du
rôle positif de la colonisation, une véritable réflexion avait été
amorcée sur la transmission pédagogique de l’esclavage à l’école. Cette
réflexion s’est concrétisée et nourrie au travers de l’écriture des
programmes de l’enseignement primaire et secondaire, et des manuels
scolaires. De plus en plus de projets abordant cette histoire ont été
réalisés dans de nombreuses académies de France, notamment à Nantes,
Bordeaux, Rouen. Le monde scolaire dans son ensemble, en particulier
justement dans le primaire, a donc commencé à s’emparer de l’histoire
des traites, de l’esclavage et de leurs abolitions.

Il faut bien avouer que ce non-événement présidentiel a été facilité
par les revendications d’associations militantes qui n’ont pas vu ou
voulu voir ce travail effectué par l’école pour sortir l’histoire de
l’esclavage des marges de l’enseignement. C’est ainsi que SOS Racisme
vient de lancer une pétition intitulée "Appel pour l’enseignement de
l’histoire de la colonisation et de l’esclavage", tendant à faire
croire que l’occultation se poursuit. Or, il n’en est rien, et cette
méconnaissance de la part de militants engagés pour une juste cause
accrédite le geste du "prince".

A qui sert l’oubli ?

La journée du 10 mai 2008 restera une nouvelle illustration de la
fabrique de l’opinion sans mémoire. Les informations du monde inondent
notre vie pour s’oublier aussitôt. Les décisions ou déclarations
politiques s’appuient de plus en plus sur cet oubli pour mieux
s’imposer à nous, à un rythme qui s’accélère. Au terme d’un an de
pouvoir, la communication présidentielle s’évertue encore à créer
artificiellement des événements fondateurs. Hier avec la mémoire des
enfants exterminés pendant la Shoah que devaient endosser les élèves de
CM2, aujourd’hui avec l’esclavage au primaire, elle compte sur notre
amnésie collective pour brouiller le réel et faire croire que tout
commence avec son prestidigitateur.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s