Poursuites de la veuve du dictateur Pinochet, Un heureux précédent…

Chapeau au juge espagnol Baltazar Garzon qui n’éteint pas les charges graves, notamment d’enrichissement personnel illicite, qui pèsent sur la Famille Pinochet. A défaut de condamnations pénales du fait du décès d’Auguto Pinochet, ses proches doivent au moins indemniser les victimes de sa sanglante dictature au Chili.


Le dictateur camerounais et son épouse Chantal BIYA

Du même coup, on se prend à rêver en Afrique que ceci devienne une jurisprudence internationale. En conséquence les femmes et autres proches des dictateurs africains auraient aussi à répondre le moment venu des crimes commis par leurs tyrans de maris et bienfaiteurs "pères de la nation" .

A l’évidence Baltazar Garzon a parfaitement compris comment faire rendre gorge aux dictateurs et à leurs proches: les toucher aux portefeuilles.

L’efficacité immédiate est garantie …


Je vous remercie


Garzon réclame des comptes à la veuve de Pinochet 


Diane Cambon, à Madrid
Le Figaro.fr 01/12/2009 | 

Avec ce nouveau front judiciaire, Baltasar Garzon espère clore l'affaire Pinochet et indemniser les victimes.
Avec ce nouveau front judiciaire, Baltasar Garzon espère clore l’affaire Pinochet et indemniser les victimes.
Crédits photo : AFP

Le juge espagnol poursuit Lucia Hiriart pour blanchiment d’argent et demande 51 millions.

À l’origine de l’arrestation d’Augusto Pinochet à Londres en 1998, le juge espagnol, Baltasar Garzon,
a décidé de poursuivre la veuve de l’ancien dictateur chilien pour
avoir détourné et blanchi une somme d’argent considérable. Trois autres
personnes seraient impliquées dans cette affaire : l’avocat de la
famille et exécuteur testamentaire de Pinochet, Oscar Custodio Aitken
Lavanchy et deux anciens responsables de la banque commerciale, Banco
de Chile.

La justice ibérique estime le pécule volé à
77 millions de dollars, soit 51 millions d’euros. C’est cette coquette
somme que le magistrat réclame aujourd’hui à la veuve, Lucia Hiriart.
Elle devrait servir à indemniser les victimes de la dictature. En
ouvrant ce nouveau front judiciaire, Garzon espère clore le chapitre
Pinochet. Il y a plus de dix ans, le magistrat avait été le premier à
confronter le dictateur chilien à la justice en obtenant sa détention
pour crimes de génocide, terrorisme et tortures. Alors qu’il s’était
efforcé vainement d’obtenir son extradition vers l’Espagne, Pinochet
avait retrouvé sa liberté en 2000 et pu rejoindre Santiago du Chili.
Placé en liberté surveillée à domicile, le dictateur est mort à 91 ans
dans son lit sans jamais avoir répondu de ses crimes.

Pour
le juge andalou, dont l’obstination n’est plus à démontrer, il n’était
pas question de rester sur un échec. C’est ainsi qu’il n’a pas hésité à
accepter la plainte de la Fondation espagnole président Allende. Cette
association est à l’origine d’une enquête au Chili sur la provenance de
la fortune de l’ancien dictateur après la découverte de centaines de
comptes bancaires lui appartenant.

Embargo et comptes gelés

Le
magistrat avait donné dix jours à Lucia Hiriart à compter du 26 octobre
pour fournir cette «caution solidaire». On ne sait aujourd’hui si la
veuve a donné suite à la demande. En cas de non-paiement, la justice
pourrait procéder à l’embargo et au gel des comptes dans les banques
citées dans le dossier. Dans l’œil de mire de la justice, figurent
également l’ancien président du conseil d’administration de Banco de
Chile, Pablo Granifo Lavin, et l’ancien gérant de la filiale bancaire à
New York, Hernan Donoso Lira. Banco de Chile et ses deux filiales sont
décrites comme «responsables civiles secondaires» dans le supposé
blanchiment d’argent. La Fondation Allende se fonde sur un rapport
antérieur de la brigade d’investigation du blanchiment d’actifs, de la
police chilienne. Baltasar Garzon a bien l’intention cette fois d’aller
jusqu’au bout. Il a lancé une commission rogatoire au Chili pour que la
veuve de Pinochet et les trois autres inculpés comparaissent devant la
justice. Et pour ne pas perdre une miette de l’affaire, il a déjà
annoncé qu’il se rendrait en personne à Santiago pour assister aux
interrogatoires.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s