Quand la crise Post-électorale en Côte d’Ivoire fait tomber certains masques démocrates en Afrique

Qu’ils peuvent amuser le Monde…sans forcément être amusants, tous ces africains francophones qui poussent des cris d’orfraie contre «l’impérialisme et le néo-colonialisme des occidentaux», qui menaceraient l’Afrique après un des plus retentissants putschs constitutionnels qu’a connu ce continent!

Le président sortant Laurent Gbagbo.

Le président sortant de la Côte d’ivoire, Laurent Gbagbo.

Ce sont curieusement les mêmes qui ont fustigé (à raison) les différentes modifications constitutionnelles intervenues sur le continent, notamment celle qui a par exemple eu lieu au Cameroun en Avril 2008, lorsque le dictateur Paul BIYA (78 ans et 28 ans de règne) a fait sauter d’un trait de plume la limitation des mandats présidentiels, ouvrant la voie à sa réélection automatique en 2011, sa Présidence à vie.

On aimerait ainsi comprendre: quelle différence nos constitutionnalistes émérites africains, et nationalistes à leurs heures… font entre la légitimité issue d’un choix transparent du peuple de Côte d’Ivoire dans les urnes, et la légalité factice ou l’apparence de légalité que s’auto-confère un potentat par le biais d’une parodie de Conseil Constitutionnel à ses ordres?

On finirait presque par croire à l’instar de certains afro-pessimistes, que le supposé nationalisme africain comme la prétendue lutte contre l’impérialisme de l’occident ne sont plus que des variantes plus sophistiquées et intellectualisées de cet obscurantisme politique et de cette barbarie ou sauvagerie au Pouvoir, qui maintiennent une partie de l’Afrique francophone dans le sous-développement.

Ce qui ne serait pas entièrement faux… à mesure que la crise post-électorale en Côte d’ivoire fait chaque jour tomber certains masques démocrates en Afrique, notamment chez nombre d’intellectuels et universitaires originaires du continent. En lisant effectivement les diatribes généralement anti-occidentales de certains d’entre-eux sur la crise post-électorale ivoirienne, on peut craindre que la noble lutte contre l’impérialisme et le néo-colonialisme en Afrique ait perdu toute sa pertinence, sa résonance et sa crédibilité internationale dans un monde multipolaire. Précisément parce que certains de ces défenseurs proclamés de la Libération et de la Souveraineté des États africains ne sont plus que de simples, voire simplistes usurpateurs de la légitimité, sans réelle culture démocratique et internationaliste.

D’où l’urgence d’une intervention internationale en Côte D’ivoire…

En effet la communauté internationale (notamment le conseil de sécurité qui s’est réunie lundi 20 décembre à New York) attendra-t-elle des massacres à plus grande échelle en Côte d’Ivoire comme au Rwanda en 1994, pour décider d’interrompre (enfin) la folie meurtrière d’un despote et de son clan, hermétiques à tout appel au respect du suffrage universel? À moins une fois de plus de ne pas voir les crimes perpétrés sous leurs yeux, les forces de l’ONU ont aujourd’hui toutes les raisons humanitaires de recevoir un autre mandat que celui d’observation des violations des droits de l’Homme.

La triste réalité en Côte d’Ivoire ne commande pas une autre issue démocratique, que celle du départ (y compris par la force) du président sortant Laurent GBAGBO. Afin de ne surtout pas rééditer le mauvais souvenir du Rwanda; et à une moindre échelle le Zimbabwé (avec un Robert MUGABE qui continue de narguer la communauté internationale du haut de son trône inamovible, faisant jouer le mauvais rôle de «protégé des blancs/occidentaux au Premier Ministre en exercice, Morgan Tsvangirai), l’ONU risque n’avoir d’autre choix après les sanctions ciblées, que celui du recours au Chapitre VII en Côte d’Ivoire.

Je vous remercie

Joël Didier Engo

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s