«Le Blues» collerait-il désormais à la peau d’OBAMA?

Évidemment les interprétations journalistiques peuvent être variées suivant les motivations, voire les intentions des auteurs.
barack-obama-salue-la-foule-devant-le-bus-qui.jpg
Tout de même, les reporters n’ont visiblement pas suivi la même tournée du Président américain dans le Midwest.

Car Barack OBAMA que les américains viennent d’observer, parfois de rencontrer, est un homme détendu et qui semble ravi de sortir (enfin) du cocon politicien de Washington. Il apparaît jovial et toujours aussi affable, que lors de la campagne des primaires et présidentielle de 2006-2008.

Les lecteurs pourraient aisément le vérifier en cliquant sur: « The Caucus | Obama Bus Tour Wraps Up »

Il n’empêche, ses détracteurs du camp d’en face en déduiront bientôt que « OBAMA a le blues », parce que ce « rythme doit naturellement lui coller à la peau »…Ce qui ne serait pas plus injurieux que les allusions grotesques et déplacées qu’ils ont colportées ces derniers mois sur lui.

Nous ne sommes donc pas au bout de « l’obamaphobie » entretenue par les ultra-conservateurs et les extrémistes du Tea Party; qui semble trouver un échos dans une certaine frange de la vieille droite française.

Un véritable OBAMA BASHING

Cela prend parfois les allures d’un « OBAMA BASHING », qui déborde largement les frontières de l’opposition politique et idéologique, pour devenir une véritable « chasse à l’Homme », de très triste mémoire dans l’histoire troublée des États-Unis d’Amérique…

Car les extrémistes et réactionnaires du parti républicain ont juré d’abattre OBAMA, ils useront ainsi de toutes les armes pour y parvenir. Que grand bien leur fasse!

Mais il appartient précisément aux chroniqueurs sur l’Amérique d’apporter l’analyse la plus exhaustive sur les critiques formulées à l’endroit de l’actuel locataire de la Maison Blanche. Car critiquer par exemple un Président américain qui s’accorde (à ses frais) des vacances sur l’île de Martha’s Vineyard, serait risible si cela ne faisait pas remonter un mauvais passé ségrégationniste. Celui d’une époque pas si lointaine que cela, où les maîtres à penser des Newt Gingrich, Mitt Romney et autre Sarah Palin…trouvaient incongru que le révérend Martin Luther King (parce ce que descendant d’esclave, noir et pasteur noir, de surcroît favorable à la généralisation des droits civiques…) apprécie lui-aussi les villégiatures à Martha’s Vineyard.

D’où la nécessité d’avoir en permanence une double lecture (politique et personnelle) sur l’ opposition frontale livrée aux Etats-Unis par certains républicains contre la Présidence et l’Homme Barack OBAMA . Pourtant ce dernier n’est pas le premier président américain à s’accorder des vacances en pleine crise économique, encore moins à s’offrir une telle escapade onéreuse à Martha’s Vineyard.

Il peut largement se permettre, ayant reçu un petit pactole sur la vente de ses livres. D’ailleurs on peut dores et déjà parier qu’il battra tous les records de gains une fois son mandat présidentiel terminé (à l’instar du très fortuné retraité Bill Clinton, devenu multimillionnaire en dollars après 2001).

C’est aussi cela la démocratie en Amérique!

Joël Didier Engo

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s