Paul Biya, le dictateur à temps partiel

Biya_fache170908275.jpg Portrait au vitriol du dictateur camerounais, dressé par l’Hebdomadaire satirique «Le Canard Enchâiné»
300px-350px-Logo-Canard-Enchaine.png
Par Jean-François Julliard, Le Canard Enchaîné

Pour le président sortant du Cameroun, il est plus intéressant de diriger le pays que d’y croire. Le suspense est à peine humain : Paul Biya, président sortant du Cameroun, 78 ans, sera-t-il réélu pour la 5e fois, le 9 octobre ? Chef de l’Etat depuis 1982, officiellement sacré en 1984 avec 99 % des voix, Biya n’a fait semblant qu’en 1992. Dans le sillage du mouvement de démocratisation africaine, il l’a joué pluraliste et, avec 40% des voix, (le scrutin est à un tour ), n’a devancé que de 4% son éternel opposant, John Fru Ndi.

Aux trois autres présidentielles, il a enregistré des scores sans réplique (88% en moyenne). Sa victoire est si routinière que, en 2004, Chirac l’a félicité avant même que les résultats ne soient publiés ! Et, en 2008, Biya a cassé la constitution qui l’empêchait de se représenter. Avec l’approbation de Paris : vingt-neuf ans, c’est si court pour agir…

Autant Biya s’accroche au fauteuil – il possède aujourd’hui la plus belle longévité d’Afrique francophone -, autant il a le tact de ne pas imposer sa présence aux camerounais. C’est un président saisonnier. Il peut résider à l’étranger – de préférence à l’hôtel Intercontinental de Genève ) jusqu’à quarante-quatre jours d’affilée. Soit la durée au-delà de laquelle la Constitution reconnaît la vacanse du pouvoir. Ce qui, au retour, permet aux railleurs d’évoquer un président « en court séjour privé dans son pays.

Du coup, Biya réunit rarement son Conseil des ministres et doit, parfois après un délai d’un an, se faire expliquer qui est cet inconnu paré du titre de ministre des Sports. Il a récemment nommé préfet un fonctionnaire décédé depuis six mois.

A boycotté la plupart des réunions de l’Union africaine, dont il est un des doyens. Et vient de passer vingt ans sans mettre les pieds à Douala, la capitale économique !

meeting_maroua_s.jpg Qui est donc cet intermittent capable de se maintenir trente ans au sommet d’un Etat délabré, classé 131e mondial à l’indice de développement de l’ONU, où l’espérance de vie n’est que de 52 ans ?

Dans ce « château d’eau de l’Afrique », où moins de 30% des habitants ont l’eau potable, ce pays comblé de richesses minières et de pétrole et pourtant ravagé par la misère ? Lui, la misère, il déteste. Amateur de golf et de suites de luxe, il a par exemple en 2009, dépensé 900.000 euros en trois semaines de séjour pour lui et les (nombreux) siens à La Baule.

Cet éloignement d’avec son peuple ne l’empêche pas de savoir le tenir. Le haut du pouvoir, il le fréquente depuis… 1962, chargé de mission à la présidence. Auparavant, ce catholique avait passé sept ans au séminaire, avant des études en France, dont Sciences-Po.

Arrêtons le char à Biya

Au contact du président Ahmadou Ahidjo, installé au palais d’Etoudi par les Français lors de l’indépendance de 1960, il voit s’achever une effroyable guerre civile. Elle a abouti à l’élimination, avec l’aide active de Paris, de l’UPC, puissant parti nationaliste. Le bilan dépasse sans doute 100 000 morts. Biya a retenu quelques recettes : s’appuyer sur une armée forte, savoir utiliser le tribalisme (centré sur son ethnie, les Bétis) éviter de s’opposer aux Français, qui tiennent toujours l’économie.
En 1982, à la surprise générale, Ahidjo démissionne et Biya lui succède. Mais il essuie, deux ans plus tard, une tentative de putsch appuyée par le démis, qui s’est ravisé. «La date est fondatrice, explique l’africaniste Albert Bourgi. Elle lui permet de renforcer, après épuration, ses partisans dans l’armée, l’un des trois grands piliers du régime. » le deuxième, c’est une pléthorique administration (200 000 fonctionnaires), dans laquelle il laisse se développer une corruption à tous les échelons, de l’école au tribunal en passant par le permis de conduire.

Cette culture de prédation va jusqu’à l’ubuesque. En 2004, raconte le récent ouvrage de fanny Pigeaud, « Au Cameroun de Paul Biya », des conseillers sont chargés d’acheter un avion présidentiel. Ils gardent l’argent pour eux et en retapent un vieux. Des pannes répétées, lors de l’«inauguration », dévoilent l’arnaque… Ces facéties n’empêchent pas l’efficacité du régime policier.

La répression des opposants est implacable. La lutte contre la corruption est souvent invoquée pour coffrer les prétendants trop ambitieux.

Troisième pilier du système, un réseau d’entreprises étrangères, aussi puissantes que discrètes. Au premier rang, les françaises, qui tiennent une partie des jeux et du PMU, des banques, des télécoms (Orange), des transports, des plantations (Bolloré, Compagnie fruitière) et, surtout, du pétrole où Total fait la loi.

En 2003, l’affaire Elf avait montré que le marchand d’or noir reversait au président un pourcentage sur chaque baril écoulé.

Comment s’étonner de la bienveillance de l’Elysée (de toute époque) pour le délicieux régime de Biya ?

En 2008, les militaires, tricolores ont donné un coup, de main secret pour l’aider à reprendre la presqu’île de bakassi aux Nigérians. Soucieux de parfaire sa « bonne gouvernance » , plusieurs conseillers du président – dont l’ancien ambassadeur Yvon Omnes, les communicants Stéphane Fouks ou Patricia Balme – sont français.

Silencieux sur les atteintes aux droits de l’homme au Cameroun, Paris se tait même lorsqu’elles touchent nos compatriotes. Comme l’homme d’affaires Thierry Atangana Abega, qui croupit depuis… 1997 en prison, accusé d’un détournement qu’il conteste. Ou Lydienne Yen-Eyoum, ex-avocate de l’Etat camerounais, incarcérée en janvier 2010 pour corruption. Peu convaincue, une juge française conduit une instruction sur ses conditions d’arrestation, qu’elle pense ordonnée en haut lieu, et de détention (torture à l’appui). Mais le parquet vient de s’y opposer. « le pouvoir ne tolère pas qu’on enquête et qu’on poursuive un chef d’Etat étranger, tonne Christian Charrière –Bournazel, avocat de l’avocate. Les ordres viennent de l’Elysée ! » Encore un peu et il évoquera la « Françafrique ». Et pourquoi pas, tant qu’il y est, les mallettes de billets ?

Le Canard Enchaîné 5 octobre 2011

Lire également:

Quand Le Monde diplomatique refuse de réaliser un supplément élogieux sur le Cameroun

« Génération Président-fondateur « , Chronique de l’humoriste Mamane, RFI jeudi 06 octobre 2011

Cameroun. Paul Biya Dictateur en campagne
, Quotidien L’Humanité 05 octobre 2011

Cameroun : une présidentielle gagnée d’avance, Matthieu COTINAT, Ouest-France

Scrutin pour rien au Cameroun, Par Vincent Hugeux, l’Express.fr

Cameroun – Présidentielle 2011: frontières fermées, circulation interdite, AFP

Cameroun: indifférence et scepticime pour la présidentielle, AFP

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s