Cameroun: opération «sauver le soldat Frank»

Cameroun: opération «sauver le soldat Frank»

En photo Frank BIYA le fils du dictateur camerounais, présenté comme son successeur éventuel à la Présidence de la République

Que l’on aurait aimé voir Cameroun Tribune organe de propagande officielle, se soucier avec une telle sollicitude de l’innocence (présumée) de nombreux (autres) accusés, pris dans les mailles de l’opération dite épervier au Cameroun!

Rappelons que la plupart de ces infortunés ont été jetés dans les prisons mouroirs du tyran Paul BIYA sans le moindre début d’information ni instruction judiciaire; mais uniquement à partir de rumeurs «officielles» sciemment répandues par ceux-là mêmes qui font aujourd’hui feu de tout bois pour sauver le soldat Frank BIYA.

Pourtant les faits allégués contre le fils du dictateur camerounais sont d’une extrême gravité, au regard des sommes avancées; sans aucune commune mesure avec celles jusqu’ici imputées aux accusés ou condamnés par la Justice camerounaise dans le cadre de sa prétendue lutte nationale contre la corruption.

Bien curieuse république que le Cameroun!

Où le fils du Président à vie Paul BIYA peut à la fois émarger au Trésor public en qualité de Conseiller Spécial (de son Président de père), tout en étant résident monégasque, principal exploitant forestier du pays; nonobstant le privilège d’une exclusivité presque monopolistique dans l’attribution de certains marchés publics. À tout cela viennent maintenant s’ajouter de forts soupçons de distraction d’au moins 100 milliards de Francs CFA dans une ténébreuse acquisition d’obligations du trésor à coupon zéro (OTZ), détenues sur des entreprises publiques…et pour lesquelles Frank BIYA a eu la primeur des (bonnes) informations, bénéficié de tous les passe-droits politiques et administratifs; obtenu toutes les facilités bancaires.

Le plus surprenant dans ce curieux mélange des genres, est de s’entendre dire quotidiennement: «circulez, y a rien à voir». Stratégie assez stupéfiante, précisément parce que nous sommes en présence d’une seule et même personne cumulant le trafic d’influence avec le délit d’initié, le détournement de biens publics, puis la corruption en bande organisée. Chacun de ces faits est un crime punissable dans n’importe quel état de droit; y compris au Cameroun où ils sont lourdement sanctionnés.

Cet arsenal juridique et judiciaire serait-il non opposable, donc applicable à Frank BIYA, «au nom du Père»?

La peur s’empare d’un petit microcosme camerounais

Mais de quoi ont-ils peur à Yaoundé? Si « une association basée à Paris », comme l’affirme Mme Marie-Claire Nana Directrice du Quotidien gouvernemental «Cameroun-Tribune» , a effectivement porté plainte contre Franck Emmanuel Biya; la procédure judiciaire suivra vraisemblablement son cours en toute impartialité, sans la moindre interférence politique; comme ce fut le cas pour le fils du Président de Guinée Équatoriale.

Celui qui est présenté comme un «brillant homme d’affaire» par la cour du dictateur camerounais Paul BIYA aura alors toute la latitude juridique pour se défendre, et surtout de démontrer l’origine des fonds qui justifieraient son train de vie…en Europe.

Petit conseil: qu’il n’élude aucune information, aucun détail sur l’origine réelle de ses revenus; et ne vienne surtout pas prétendre (lui, fils d’un Président de Pays Pauvre Très Endetté ou P.P.T.E) que ceux-ci proviennent de ses « affaires » (comme ils disent trivialement au Cameroun). En effet la trésorerie d’une entreprise n’est pas un puits sans fond où le dirigeant peut à loisir venir puiser, y compris pour régler ses menu dépenses.

Un peu de Droit des sociétés, puis des affaires, ne ferait pas de mal à notre Prince des tropiques…Parce qu’il devra se montrer précis, concis et transparent. Absolument rien à voir avec la flagornerie qui prévaut à Cameroun-Tribune.

Courage!

Joël Didier Engo

Sur le même sujet:

Cameroun,Franck BIYA et Vanessa Tchatchou : Deux figures, deux destins, deux Cameroun en guerre; par Thierry AMOUGOU, Université catholique de Louvain, Belgique

Affaire Franck Biya: La presse dénonce, l’assemblée s’agite, la justice se tait…, par Edouard KINGUE | Le Messager

Cameroun:Affaire Franck Biya et compagnie Malaise dans le sérail?, par Joseph Olinga| Le Messager

Cameroun, Guinée Equat., Centrafrique, Sénégal Déboires et casseroles des fils de présidents?, par Edouard KINGUE | Le Messager

Portrait: Franck (BIYA), sous l’ombre de Paul, par Joseph OLINGA | Le Messager
Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s