Cameroun de Paul BIYA ou l’art d’entretenir la gloriole

Cameroun de Paul BIYA ou l'art d'entretenir le gloriole VIDEO: Arrivée de Paul Biya à Paris…simplement pathétique!

On croirait parfois à la lecture des sites camerounais d’information en ligne que toute la France, le tout Paris, serait entrain de se « préparer » pour le séjour d’un « roi nègre », « fainéant«  de surcroît, qui demeure un illustre inconnu pour le commun des français et des franciliens.

Quelques-uns parmi ceux-ci pourront éventuellement se poser bien des questions la semaine qui vient, en voyant des « africains » agiter des banderoles devant certains édifices de la capitale française. Mais sans plus…Pas franchement de quoi agiter la blogosphère, les quotidiens d’information, ni d’ébranler le fonctionnement d’un pays où les gens vaquent à leurs occupations, et n’ont simplement rien à « branler » avec les mesquineries et chicaneries camerounaises.

De nos jours un Président du Mali, du Sénégal, ou du Benin susciterait bien plus d’intérêt, de respect officiel; voire d’attention des français et Franciliens…que le ferait un tyran octogénaire du Cameroun, dont les courtisans et partisans de France s’avèrent toujours incapables d’entériner le changement de ministre de la coopération français dans leur communiqué officiel, plus de huit (08) mois après l’arrivée de François Hollande à l’Élysée. C’est dire l’extrême marginalisation du régime de Paul BIYA dans notre monde intégré; pratiquement aux abonnés absents de l’agenda économique et diplomatique depuis presque trois décennies.

Il appartient aussi à la presse camerounaise, notamment privée, de savoir réserver un traitement plus proportionné à une « visite » qui, vue de France, sera davantage un parfait non-événement. À moins d’apprécier particulièrement l’esbroufe événementiel d’une dictature trentenaire à bout de souffle.

Une légitimité imaginaire

Cette visite dite de travail semble revêtir une importance « toute particulière » pour ce régime trentenaire…au point de tenir à la faire « vivre » par les camerounais « en interactif »?

Curieusement à Paris, ni les officiels, ni les parisiens ne semblent s’être aperçus de la présence de Paul BIYA et ses sbires. Pourtant les réseaux d’information ne manquent pas dans cette vaste agglomération française, y compris ceux qui sont détenus majoritairement par les grands opérateurs membres du MEDEF. Pas l’ombre d’une trace de Paul BIYA ou du Cameroun, ni sur BFM business, ni sur les chaînes de radios et de télévisions généralistes très écoutées par les français (Tf1, France 2, France inter, Europe 1, RTL…).

Peut-être trouveront-ils une oreille sur les chaînes périphériques comme Rfi ou France 24, TV5, Africa 24?

Tout de même cruel décalage dans la couverture de ce qui est un non-événement, vue de ce côté-ci de la méditerranée! j’ai pourtant entendu ce jour parler du sommet des chefs d’États africains à l’Union Africaine (UA), en présence du ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius, de l’aide de 6 milliards de dollars accordée par le Fmi à la reconstruction du Mali, en plus des quelques 500 millions et plus d’Euros déjà promis par le Japon et les autres…

Et le Gouvernement camerounais, combien de milliards lèvera-t-il de son « Forum Economique Cameroun France »? quels sont les investisseurs institutionnels qu’il aura su attirer…de Paris?

Le mensonge d’État est aussi devenu une des manières prisées par cette dictature de s’auto-attribuer une légitimité qu’elle n’a en réalité jamais eue, ni à l’intérieur, ni à l’étranger.

Nous Pas BougerPas Vouloir Bouger du Meurice!

Mais que fait encore Paul BIYA en France? Quel respect la France et ses dirigeants pourraient témoigner à ce chef inamovible d’un État qui a fini par élire domicile à Paris, où il était censé séjourner jusqu’au 02 février pour une visite dite de « travail »?

Ah « l’occident, la Suisse, la France.. », décidément notre roi nègre de 80 ans en est toujours aussi friand que lorsqu’il en avait 10, sous la colonisation.

Colonisé complexé, il l’est en réalité demeuré! peut-être pourrait-il inverser les rôles avec sa diaspora: lui s’installer définitivement à Paris ou à Genève; et  laisser enfin les camerounais de l’étranger retourner reconstruire ce Cameroun qui a tant besoin de leurs expertises bridées ou étouffées en occident.

Pauvre Cameroun!

Joël Didier Engo

Sur le même sujet: « Quand les images parlent: Les bons et mauvais amis-présidents africains de François Hollande »

par Boulou Ebanda nya B’bedi, Ph.D.

Professeur des universités et Directeur de recherche

Université d’Ottawa

www.lamacs.uOttawa.ca

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s