Le Cameroun et sa diaspora ostracisée

Cameroun, diaspora, Paul BIYA, encéphalogramme plat, ostracisme

Si pour Michel Michaut Moussala, Directeur du journal camerounais «Aurore Plus», la seule diaspora représentative et légitime de son pays se résume à Manu Dibango, Calixte Beyala, et autre Marie Roger Biloa …En dépit du respect que nous devons à certains de ces aînés qui n’ont pas démérité (loin de là!), nous sommes en droit de penser qu’ils deviennent aussi « has been »….que Paul BIYA (qui a fêté ses 80 ans le 13 février dernier, après 30 années ininterrompues de Présidence).

Pour s’en convaincre il lui suffirait pourtant de sortir de sa bulle réactionnaire camerounaise, et d’aller enfin à la rencontre dans les grandes métropoles mondiales de tous ses compatriotes anonymes, qui ont parfois été contraints d’acquérir les nationalités de leurs pays d’accueil. Nul doute qu’il réalisera le scandale grandeur nature représentée par cette incapacité presque chronique du régime trentenaire de Paul BIYA à mettre toutes ces expertises extérieures au service du développement endogène d’un pays qui en manque cruellement.

Parce que « critiquer Paul BIYA », surtout quand on est de la diaspora, est encore considéré comme un crime de lèse majesté au Cameroun

Mais qui d’autre que le Cameroun pâtit le plus de cet ostracisme? et se condamne par la même à la marginalisation sur la scène internationale, et singulièrement africaine? Quand, dans le même temps, on note un réel fléchissement chez d’autres régimes autoritaires par rapport au regard et à l’attention qu’ils portent sur leurs diasporas respectives.

C’est notamment le cas du Congo Brazzaville où, malgré les critiques acerbes entendues ce matin (vendredi 15 février 2013) sur les ondes de la Radio «France inter» à l’encontre du régime dictatorial de Dénis Sassou Nguesso et sa gestion «très familiale» des ressources pétrolières, il est aussi honnête de dire que c’est ce gouvernement qui a autorisé et accompagné l’organisation du «Festival Etonnants Voyageurs» sous le patronage des éminents éveilleurs des consciences que sont Alain Mabanckou, Emmanuel Dongala, ou la camerounaise Léonora Miano…Ils ont pu livrer sur un médium français leurs analyses sur la situation socio-économique de ce pays, sans en aucun moment être inquiétés ni suspectés d’antipatriotisme.

Tout le contraire du Cameroun, où l’encéphalogramme doit demeurer plat.

Joël Didier Engo

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s