Ma perception du PS aujourd’hui

Ma perception du PS aujourd'hui

Le sénateur Gaëtan Gorce fait certainement dans le quotidien le monde du 12 avril 2013, le constat le plus lucide et honnête que j’ai entendu jusqu’ici de la part d’un haut responsable socialiste:

« Le PS s’est affranchi des règles normales de fonctionnement d’un parti politique pour leur substituer un système d’arrangements entre des clans. »

En effet de la plus petite section socialiste jusqu’à ses instances nationales règne sans le dire un clanisme; qui peut dans certaines fédérations prendre la forme d’un véritable communautarisme très sexuellement orienté (avec le risque d’être systématiquement accusé d’homophobe), allergique à toute critique, intolérant vis-à-vis de toutes les autres formes de différences (contrairement aux belles apparences), fermé à toutes les autres trajectoires humaines et professionnelles.

Quiconque s’en écarte, devient le mauvais militant, une sorte « d’ennemi de l’intérieur », soumis à tous les dénigrements, exposé à tous les chantages et chausse-trappes (y compris parfois dans sa vie intime).

Cette triste réalité-là brouille singulièrement (j’en ai conscience!) le message de justice sociale porté depuis tant de décennies par le Parti Socialiste (mon parti), à l’origine de tant de belles et grandes avancées sociales en France. Mais la «dérive clanique» et carriériste y est aujourd’hui si lourde et profonde, qu’elle a fini par phagocyter la réelle capacité d’innovation et d’ouverture à la société (au sens large) de ce parti.

Hélas oui!

Joël Didier Engo

 » On est socialiste à partir du moment où l’on se refuse à accepter la figuration actuelle des faits économiques comme nécessaire et éternelle, à partir du moment où l’on a cessé de dire : bah ! c’est l’ordre des choses, il en a toujours été ainsi et nous n’y changerions rien. A partir du moment où l’on a senti que ce soit disant ordre des choses était en contradiction flagrante avec la volonté de justice, d’égalité, de solidarité qui vit en nous. «  Léon BLUM (1872-1950)

 

L’analyse la plus pertinente que j’ai jusqu’ici lue sur l’affaire Cahuzac: « En avouant, M. Cahuzac a brisé un tabou de la caste politique » par Yves Charles Zarka (Philosophe, professeur à la Sorbonne, université Paris-Descartes, directeur de la revue « Cités » (PUF)), Le monde.fr 16 avril 2013

http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2013/04/16/en-avouant-m-cahuzac-a-brise-un-tabou-de-la-caste-politique_3160833_3232.html

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s