Cameroun, mon Cameroun, havre de bonheur ou mouroir?

liberations_otages_francais_s.jpg

«Je suis très heureux d’être de retour en France, c’est un grand moment. Après, on retournera également au Cameroun, qui est un très beau pays où on se plaît beaucoup», paroles émouvantes prononcées aujourd’hui par le père de la famille française Tanguy Moulin-Fournier, après deux mois de captivité au Nigéria.

Pourtant nombreux sont les ressortissants du Cameroun à l’étranger qui ne pourraient en dire autant. Et pour cause!

Il n’empêche, j’apprécie de voir des français se plaire au Cameroun, voulant y retourner malgré l’épreuve inhumaine d’une prise en otage de deux mois.

Peut-être auront-ils dès leur retour au Cameroun, une pensée toute particulière pour certains d’entre-nous (Camerounais ou ressortissants du Cameroun), qui n’ont plus eu l’occasion d’apprécier la « beauté » de leur pays parfois depuis une trentaine d’années: contraints ou à l’exil (politique, économique, humanitaire, alimentaire, sanitaire…) à l’étranger; ou au bagne perpétuel dans les prisons-mouroirs du dictateur et Président à vie Paul BIYA.

À titre personnel, au regard des positions prises contre ce régime, je ne pense pas raisonnablement pouvoir envisager un retour aussi « tranquille » au Cameroun, comme monsieur Tanguy Moulin-Fournier, même si j’en meurs d’envie. Drôle d’impression tout de même, sur mon pays: repoussoir répressif et morbide pour ses propres ressortissants; havre de bonheur et de prospérité économique pour de nombreux expatriés occidentaux (français notamment).

À quand la réciprocité???

L’indéniable prégnance du complexe colonial ou du colonisé
Une question (à laquelle nous n’aurons certainement jamais la réponse) qui a certainement taraudé les esprits devant ces images de la télévision camerounaise (CRTV): mais pourquoi Paul BIYA et son épouse ne se sont jamais montrés aussi amènes, heureux, serviables et à l’écoute de leurs compatriotes du Cameroun, qu’ils le paraissent avec Laurent Fabius, les Moulins-Fournier, ou tous ces occidentaux (d’origine caucasienne) qui séjournent au Cameroun?
Quelle est donc la prégnance de ce complexe colonial ou du colonisé qui empêcherait un chef de l’État, y compris quand il est illégitime depuis plus de trente (30) années, de porter un simple regard d’humanité sur son peuple, tenu éternellement à très bonne distance de ses cortèges et de ses palais?

Joël Didier Engo

Pour comprendre le Cameroun d’aujourd’hui, lire notamment:

– l’écrivain Patrice NGANANG: « LES CAMEROUNAIS PEUVENT-ILS ETRE LIBERES PAR L’OCCIDENT ? »

l’agrégé de philosophie Franklin Nyamsi: Le Cameroun se réveillera, soyons prêts! (http://www.franklinnyamsi.com)

l’économiste Thierry AMOUGOU, Enseignant-chercheur à l’université catholique de Louvain, Belgique: Le Cameroun à pas de sénateurs vers la resquille politique : motion de censure d’une économie politique de la misère

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s