Dieudonnisation et Dévoiement du Pluralisme Politique

Manuel Valls François Hollande

François Hollande soutient l’initiative de Manuel Valls contre l’humousriste controversé Dieudonné. (Reuters)

François Hollande, Président de la République Française: « Il faut approuver et soutenir le gouvernement, et le Ministre de l’intérieur par rapport à des propos et des actes dont le caractère antisémite ne peut pas être nié ».

En démocratie le soutien au Gouvernement et au Ministre de l’intérieur ne se décrète pas, surtout quand une écrasante majorité y voit (peut-être à tort) une manœuvre maladroite de limiter ou de contrôler la liberté d’expression.

Plus grave encore, en filigrane de toute cette polémique dieudonesque, il ressort une volonté non avouée d’installer dans un certain inconscient électoral (notamment l’électorat dit de Gauche) une seule et unique confrontation politique, un seul et unique choix possible: celui du PS contre le FN. Au prix parfois, ou au risque parfaitement assumé d’une réelle banalisation, voire d’une généralisation du repli communautaire, du racisme et de l’antisémitisme… dans les couches populaires issues de l’immigration.

Mais bon, de cela les contradicteurs officiels de l’humoriste retranché dans son théâtre de la Main d’or, ne s’en préoccupent guère. Puisque les premières promesses présidentielles qui sont passées à la trappe du gouvernement, dont du ministre de l’intérieur Manuel Valls, sont précisément celles qui concernaient l’amélioration de l’intégration à la république française de cette frange de la population: c’est à dire la fin des contrôles de police au faciès et le vote des étrangers aux élections locales.

Je tairais volontiers le durcissement du droit des étrangers, pour ne pas soulever l’ire (silencieuse) des « grands camarades » très compatissants.

«Soutenir Dieudonné parce qu’il est noir», un raccourci bien simpliste!

J’espère que les lecteurs auront remarqué que je ne lui apporte un quelconque soutien (d’ailleurs il n’en demande pas): ni parce qu’il serait noir (ce qui aurait au passage dû l’astreindre à plus de tolérance envers les descendants de ceux qui ont vécu comme ses ancêtres les pires abominations humaines); ni parce qu’il serait victime d’un bannissement médiatique (assumé par ses détracteurs les plus fervents)…mais d’abord et uniquement sur le fondement des principes républicains, qui veulent que l’antisémitisme comme le racisme soient des délits (et pas des opinions) punissables devant les tribunaux.

Il appartient donc aux juridictions et à elles seules de condamner, voire de suspendre les représentations de Dieudonné; et non à un ministre ou à quelles que personnalités des médias, qui ne sont pas si irréprochables sur la question de la stigmatisation des noirs de France ou d’autres minorités (les Roms notamment), quand elles ne rivalisent pas parfois d’ingéniosités pour empêcher l’intégration de toutes ces populations à la république.

En ce sens désigner Dieudonné comme « l’ennemi public numéro 1 » est une escroquerie morale, et ne mérite pas que l’on se laisse distraire par cette polémique très politicienne. Alors qu’au quotidien ceux qui l’accablent aujourd’hui ne font rien, absolument rien pour empêcher le repli communautaire, en finir avec les contrôles de police au faciès, ou mettre un terme au fameux plafond de verre à la tête des institutions de la République

Voilà le fond de ma pensée: cantonner définitivement les pitreries antisémites de Dieudonné dans la rubrique judiciaire.

Joël Didier Engo

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s