France: intégration de l’homme africain au PS ou à l’UMP…, Vaste Programme!

blog+-Desir+ricane_UMP+demande+avis+mili

Lu sur le site d’information en ligne camerounais «Camer.be»: « Les élections municipales auront lieu en France les 23 et 30 Mars 2014 et de nombreux Français d’origine africaine ont déposé leurs candidatures, mais peu d’entre eux sont investis par les grands partis UMP et PS qui préfèrent les utiliser comme agents de sécurité ou colleurs d’affiches… »

Bien triste constat que celui-ci, qui mériterait néanmoins d’être relativisé au regard de la liberté de choix reconnu à chacun, du militantisme effectif, de la culture politique, de la profondeur des convictions, ou du mode de promotion propre à chaque formation politique.

Il n’en demeure pas moins que les Français d’origine africaine semblent régulièrement cantonnés – y compris lorsqu’ils sont militants de longue date et parfaitement aptes à postuler puis à conduire des listes électorales- à des fonctions de sécurité ou de figuration au sein des partis dits de gouvernement en France. Certains pourraient y déceler la prévalence d’une vieille ségrégation héritée d’un modèle colonial encore ancré dans un inconscient politique, quand bien même les discours et les déclarations officielles rivalisent toutes de bonnes et généreuses intentions en matière d’intégration, de laïcité, de tolérance, ou d’égalité républicaine (qui ne peut se réduire uniquement à une égalité homme-femme).

Et si progrès il y a finalement, peut-être réside-t-il dans la possibilité réelle désormais reconnue à ces français de seconde zone, de pouvoir s’affranchir de cette bipolarité partisane (très réductrice et infantilisante), pour se tourner résolument ou vers l’immense société civile française, ou vers d’autres formations politiques, ou vers de nouvelles formes de militantisme et d’engagements citoyens. Même si précisément il n’est pas rare de voir ou d’entendre cet affranchissement assimilé à de la «désertion» républicaine, ou à de la trahison des « grandes familles » socialiste ou conservatrice… Et ce sont curieusement les mêmes maîtresses et maîtres qui les ont cantonnés dans des fonctions d’agent de sécurité, de colleurs d’affiches, ou de « grands frères » pour ghettos ethniques …qui s’empressent de répandre l’idée de leur immaturité politique, de leur illégitimité naturelle auprès d’un électorat français (entendu de souche) qui -prétendent-ils – ne serait sociologiquement pas encore prêt à accepter un maire, un député, un sénateur, ou un Président de la République…noir d’origine africaine.

Ainsi va l’intégration de l’homme Africain (certains diraient du « mâle africain » et assimilés) au sein des partis dits de gouvernement en France…
Encore regardés comme des éternels immatures, naturellement incompétents, pathologiquement incapables de porter, représenter, ou défendre valablement et de manière articulée – sur un plan local ou national – le PS ou l’UMP.

Nous en sommes encore là en France. Et heureusement pour les Français d’origine africaine que le monde économique évolue (malgré ses inégalités et imperfections) à rebours de cette division raciale et très ethnicisée du travail, telle qu’elle est reflétée par les grandes écuries politiques. Et l’on peut même parfois détecter ici ou là des petites avancées démocratiques, en terme de figuration ou de présence colorée sur les listes électorales, même si cela tient encore précisément de l’exception. Monsieur Koffi Yamgnane devenu secrétaire d’État du temps de François Mitterrand (en raison de sa légitimité locale) en était une. Il n’y en a pas eu d’autres de même rang au sein de l’exécutif français depuis. Et l’on pourrait même remarquer qu’en matière de représentativité institutionnelle de la diversité en France, les conservateurs semblent avoir une longueur d’avance sur les progressistes. Pour tout dire, de nos jours le conservateur ou le progressiste n’est plus toujours celui que l’on croit!

Les grands partis assument ainsi de manière quasi officielle une régression républicaine et démocratique. Les quelques «heureux élus» d’origine africaine qu’ils brandissent à la Presse sont généralement le prix soit d’une cooptation hiérarchique moyennageuse; soit d’une allégeance ou d’une servilité caractérisée vis-à-vis d’un baron ou d’une baronne local(e), d’un parrain ou d’une marraine national(e), voire d’un groupe communautaire institutionnellement établi et organisé.

Une triste réalité qui vaut à la France et à ses Français d’origine africaine des railleries dans tant de démocratures africaines. D’auilleurs pourquoi s’en priveraient-elles?

Joël Didier Engo

Pape Diouf candidat à la mairie de Marseille Bravo!!!

France: « La connivence des élites »… »Une culture de l’entre-soi »…Heureusement que ce n’est pas un « niakoué » qui le constate, mais Pascal Boniface, Directeur de l’IRIS.

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1145958-le-grand-journal-de-canal-plus-un-axe-aphatie-hortefeux-contre-pape-diouf.html

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s