Municipales: une défaite cuisante pour le PS, mais pas irréversible

Tant que le Parti Socialiste refusera délibérément de regarder la France telle qu’elle est, et non comme le voudraient les petites baronnies locales, c’est-à-dire dans toute sa diversité et son profond désir de renouvellement, tous ses Présidents élus et autres Premiers-Ministres ne suffiront pas à empêcher d’autres débâcles électorales.

En effet l’on peut évidemment se consoler pour le moment que Paris résiste à la « vague bleue » – voire « bleue marine »; mais l’abstention des classes populaires et moyennes dans des élections surtout locales vient rappeler que François Hollande ne peut être tenu pour seul responsable de la débâcle électorale de dimanche 30 mars 2014 aux municipales.

Sans être tous des idéologues forcenés, il est acquis qu’aucune autre politique économique responsable et réaliste ne peut être menée, que celle qui est imprimée par l’actuel locataire de l’Élysée, si l’on veut durablement redresser la France.

Mais au moins pourrions-nous raisonnablement espérer que les nécessaires ajustements/adaptations à apporter sur le terrain des inégalités sociales, des libertés, et de la démocratie interne ou locale accompagnent ce mandat présidentiel qui s’annonçait de toute évidence particulièrement délicat et difficile, pour des raisons bien connues par celles et ceux du camp d’en face – à Droite – qui célèbrent sans la moindre gêne leur « victoire » sur les plateaux de télévision.

Les grands démocrates sont aussi ceux qui savent tirer des enseignements des défaites électorales, fussent-elles cuisantes. Précisément parce qu’elles ne sont pas irréversibles. Bien au contraire…

Bonne chance au « Gouvernement de Combat »!

Je m’efforce évidemment de croire que Manuel Valls, Premier Ministre, ne réduira pas le nécessaire combat pour le redressement économique de la France, à une relégation systématique des réformes sociales et sociétales.

Soyons donc vigilants et exigeants, sans d’emblée instruire un procès en conservatisme (voire en néo-conservatisme) contre un Premier ministre qui arrive à peine, après précisément que le Peuple de Gauche ait signifié son refus catégorique et sans appel d’être l’otage en 2017 d’une gouvernance à laquelle il ne se serait jamais reconnu.

Il est permis d’espérer, y compris d’un homme politique qui s’est toujours voulu ou vu comme un socialiste transgressif.

Personne n’est parfait!

Joël Didier Engo

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s