Sommet USA-Afrique: « Cameroun: Chantal BIYA, la communicante à la crinière modulable de Paul BIYA »

Je reprends volontiers ce billet écrit en septembre 2010 sur la communication relativement efficace de Mme Chantal BIYA, l’épouse du Président à vie du Cameroun; après la lecture de l’article suivant du Washington post du 04 août de la journaliste Helena Andrews:

« The first lady of Cameroon and her hair have touched down in D.C. » http://www.washingtonpost.com/world/national-security/africa-summit-brings-leaders-with-close-us-military-relations-to-washington/2014/08/02/ea6c0644-19a0-11e4-85b6-c1451e622637_story.html

Il faut au moins concéder un mérite à la première dame du Cameroun: avec ou grâce à sa crinière modulable, elle semble avoir tout compris à la communication moderne. En effet l’essentiel consiste à se singulariser des autres, par un signe distinctif (qui peut être ostentatoire dans son cas), mais semble efficace pour une visibilité toute circonstancielle.

Au moins on parle d’elle, et de Paul BIYA son dictateur d’époux, en mal certes , mais on en parle…quand même. Cela lui vaut d’ailleurs bien des railleries dans la presse internationale et les commentaires acerbes des lecteurs , mais rend néanmoins son dictateur d’époux visible, donc fréquentable par les grands de ce monde.

C’est le but visiblement recherché, et atteint jusqu’ici.

Malheureusement « la com » d’une première dame ne suffit pas, à elle seule, pour changer l’image particulièrement ternie sur l’échiquier mondial d’un pays tel que le Cameroun, qui agonise depuis 32 longues années dans une dictature implacable.

Il en faut vraisemblablement plus à l’Heure du tout numérique et de l’information instantanée et mondialisée. Tous les drames encours au Cameroun, comme l’épidémie de choléra (toujours là), les attaques de Boko Haram dans l’extrême Nord du pays… qui y sévissent en ce moment, sont immédiatement relayés à l’étranger. Et cela Chantal BIYA, malgré son rôle de première communicante de Paul BIYA, n’y change(ra) rien.

Tant mieux!

Joël Didier ENGO

The Story Behind the Hair: Contemporary, Repressive Cameroon, by , Attorney, foreign policy blogger
http://www.huffingtonpost.com/kevin-a-lees/the-story-behind-the-hair-chantal-biya_b_5657031.html?utm_hp_ref=tw

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s