France officielle: pourquoi cette grande mansuétude à l’égard de la négrophobie?

Nous touchons le fond d’un racisme bon teint-bon genre en France… Plus la force de s’énerver, de s’en indigner… Il est pathétique et consternant à la fois, surtout lorsque cette négrophobie crasse émane d’une famille politique à laquelle nous avons souvent pu nous reconnaître, voire nous identifier, à un moment de nos vies respectives.

Si Mme Rossignol peut se permettre d’être ouvertement négrophobe, voire islamomophobe – son droit comme dirait un certain inconscient politique – Qu’en est-il de la ministre de la république française, de surcroît chargée des Droits des femmes?

En effet sans se perdre dans les interminables et médiatiques réactions d’indignations, de condamnations, et autres « recadrages » officiels…les propos de la ministre enfoncent largement les portes du révisionnisme d’un crime contre l’Humanité. Car l’esclavage des noirs est un crime contre l’humanité reconnu en Droit International.

Mme Rossignol en a-t-elle vraiment eu conscience? On peut sérieusement en douter au regard de ses approximations historiques, et surtout du parallèle malheureux qu’elle établit entre l’esclavage des noirs – qui serait prolongé par leurs descendants; avec le port volontaire ou subi du voile en France par certaines femmes sur des lieux jusqu’ici autorisés par la loi.

Il faut juste espérer que les organisations de défense de la mémoire de l’esclavage – notamment aux États-Unis d’Amérique – s’empareront de ce dérapage raciste de trop, et vont poursuivre la ministre pour révisionnisme d’un crime contre l’humanité devant les juridictions compétentes. Car Mme Rossignol a tenu – peut-être sans le savoir – des propos tombant sous le coup de la légalité internationale.

C’est l’occasion de constater et de regretter une fois de plus que le révisionnisme voire le négationnisme de l’esclavage puis de la colonisation soient ainsi devenus une posture fréquente très prisée au sein de la classe politique française. Leurs auteurs s’exposent d’ailleurs rarement à des condamnations dans leurs familles politiques respectives. Ailleurs, dans tant d’autres grandes et vieilles démocraties, des propos similaires à ceux tenus ce jour par Mme la Ministre Rossignol entraîneraient purement et simplement son exclusion définitive de la vie publique.

Allez donc comprendre le pourquoi de cette étrange mansuétude française à l’égard de certains négrophobes et négationnistes assumés de sa classe politique!

Joël Didier Engo

logo-npb.jpg

 

Les « nègres » vous emmerdent !

 Photo de Patrick Kouoh.
Par Claude Ribbe

Le 30 mars 2016, quelques jours après le lancement d’une campagne invitant les Français à s’unir contre le racisme, quelques jours aussi après la diffusion d’images choquantes montrant un jeune lycéen roué de coups par la police, parce que sa couleur de peau, peut-être, équivalait à une autorisation de frapper, Laurence Rossignol, une ministre de la République, comparait le port du voile par les femmes musulmanes qui font librement ce choix aux « nègres qui étaient pour l’esclavage ».

Tandis que la ministre, croyant se rattraper, évoquait par la suite une prétendue « faute de langage », certains s’empressaient de parler de «dérapage».

« Il y avait des nègres afric… Des nègres américains qui étaient pour l’esclavage ! » : tels sont les propos de Laurence Rossignol, tenus en direct sur RMC, l’une des radios les plus écoutées de France.

Si le mot «nègre» a parfois été utilisé par des Afro-descendants, c’était pour dénoncer l’esclavage et le racisme qui en fut le ciment. Mais à celui qui le traitait de nègre, Césaire répondait aussitôt : « Le nègre vous emmerde ! »

Quels sont donc ces « nègres afric…», pardon, ces « nègres américains » qui étaient « pour l’esclavage » ? Nat Turner ? Harriet Tubman ? Frederick Douglass ? Henry Bibb ? Solomon Northup ? Toussaint Louverture ? Louis Delgrès ? Solitude ? Flore Gaillard?

À quelques semaines de la commémoration de l’abolition de l’esclavage, qu’une loi votée en 2001 déclare crime contre l’humanité, la déclaration de cette ministre et l’absence de réactions officielles immédiates conduisent, hélas, à se poser des questions.

En 2012, les descendants de ces « nègres » dont certains auraient, selon la ministre, été favorables à leur propre déshumanisation, à leur propre martyre, à leur propre génocide, ont majoritairement porté François Hollande à la présidence de la République, espérant que le nouveau quinquennat permettrait de contribuer à éradiquer le racisme, à donner plus de sens au mot « fraternité », espérant que les promesses électorales – suppression immédiate du mot « race » de la constitution, création d’un centre de mémoire pour les descendants d’esclaves – seraient honorées.

Beaucoup se sont interrogés durant ce quinquennat. Et pas seulement lorsque François Hollande l’inaugurait en déposant une gerbe pour honorer Jules Ferry, l’homme qui déclarait à la chambre des députés : « Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. »

Le 10 mai 2015, Manuel Valls s’est publiquement déclaré favorable à l’ouverture d’un centre Dumas à Paris, dans les locaux vacants de l’hôtel Gaillard, place du général-Catroux (17e), là où, tous les ans, l’esclavage est dignement commémoré. Pas une cabane bambou, ni un centre commercial. Non, un lieu de culture, de mémoire et d’histoire pour combattre l’ignorance et le déni. Un endroit qui empêcherait les ministres de faire des « fautes de langage ».

Manuel Valls a prôné un dialogue avec la banque de France, propriétaire des lieux. La banque de France, institution portée sur les fonts baptismaux de l’esclavage en 1800 par une poignée de négriers.

Certains se sont étonnés que le nouveau gouverneur de la banque de France, nommé par le Président de la République, après s’être déclaré incompétent, ait déclaré que la banque de France n’avait rien à voir avec l’esclavage et que l’hôtel Gaillard, grâce à des fonds publics, serait affecté à un musée à la gloire de la finance, destiné aux élèves collèges et des lycées, dirigé par le frère de M. Strauss-Kahn.

Glorification de la finance, accusations portées contre les « nègres » d’avoir été « pour l’esclavage » : est-ce donc là le bilan de ces quatre années où, de manière rituelle, le président de la République, presque tous les 10 mai, derrière les grilles closes du jardin du Luxembourg, semblait pourtant considérer que l’esclavage fut un crime et que les victimes ne doivent pas être confondues avec les bourreaux ?

Laurence Rossignol a parlé de « faute de langage ». Plus qu’une faute, les propos qu’elle a tenus sont peut-être une erreur, une très grave erreur politique.

 

Claude Ribbe

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s