Supreme Court Of Cameroon: The Court That Convicts Before Trial

Supreme Court Of Cameroon: The Court That Convicts Before Trial

cour suprême

When the Specialized Section of the Supreme Court sentenced the former Secretary General to the Presidency of Cameroon and Minister of State for Territorial Administration MARAFA HAMIDOU YAYA to 20 years imprisonment, after an overnight hearing, the Court Report of 17 and 18 May 2016 stated that:

« So judged and pronounced by the Specialized Section of the Supreme Court in its ordinary public hearing of three May two thousand and sixteen in the courtroom of the Court »

The reading of this Judgment (which was only available in February 2017), apart from gross distortions of the facts, leaves no doubt that MARAFA HAMIDOU YAYA’s verdict took place on 03 May 2016, i.e. two (2) weeks Before the hearing of 17 and 18 May 2016, during which the report by the counselor – rapporteur was read out, the pleadings of the Counsel for the Accused and the deliberations.

Unfortunately, the Supreme Court justices of Cameroon are only human, subject to the same pressure and temptations as any other humans who have been entrusted with great power: « Power corrupts and absolute power corrupts absolutely. » Over the years, Cameroonian’s judges have increasingly given in to the temptation to abdicate their power under political pressure. Marafa’s verdict, consequently, is an illustration of the contortions that some judges have taken to respond to the pressures exerted on them.

Indeed:

The ruling of 21 and 22 September 2012 rendered by the High Court of the Mfoundi, in flagrant violation of fair trial standards and in a heavily militarized courtroom, sentenced MARAFA HAMIDOU YAYA to 25 years’ imprisonment for « intellectual complicity « Misappropriation of public funds.

When the Courts of Cameroon passes judgment on laws, most people assume that the basis of the judgment is the Cameroonian Constitution. All such decisions are indeed couched in the language of constitutional interpretation, and are reported as « what the Constitution says » in the news. In the case of Minister of State Marafa, however, the Court has resorted to repealed legislation and foreign jurisprudence, using the opinions of foreign courts as precedents for judging the constitutionality of Cameroonian laws, regardless of the fact that judges in Cameroon are sworn to uphold the Cameroonian’s constitution.

As such, the conviction of MARAFA HAMIDOU YAYA by the High Court of Mfoundi was decried by all observers, both inside and outside Cameroon.

On the day of the opening of the trial of MARAFA HAMIDOU YAYA on 16 July 2012, the Government promulgated an opportunistic procedural law and voluntarily infringed the rights of the accused and the rules of fair trial. In particular, this law deprives him of the benefit of a second degree of jurisdiction.

However, complying with the provisions of this new law, MARAFA HAMIDOU YAYA appealed against this judgment.

While this law stipulates that the investigation and judgment of the appeal by the Specialized Section of the Supreme Court are to take place within six (6) months, it is only on 22 March 2016, i.e. 42 months (Three and a half years) after the judgment that the examination of the appeal of MARAFA HAMIDOU YAYA began.

After two (2) useful cross-references, the Court set out to open the hearing at the hearing on 03 May 2016. But on that day, MARAFA HAMIDOU YAYA found herself in the courtroom in the presence of her Successor to the General Secretariat of the Presidency of the Republic, Jean Marie ATANGANA MEBARA. The latter had lodged an appeal with the Specialized Section of the Supreme Court in another case concerning him, the examination of which was curiously scheduled on the same day as the appeal filed by MARAFA HAMIDOU YAYA.

However, the same Specialized Section of the Supreme Court, composed strictly identical, issued a judgment on 6 January 2016, that is to say only four (4) months earlier, endorsing the conviction of Jean Marie ATANGANA MEBARA for attempting to misappropriate the same sums that MARAFA HAMIDOU YAYA is accused of allegedly diverting two (2) years ago.

Hence, given the concomitant presence in the courtroom of Jean Marie ATANGANA MEBARA and MARAFA HAMIDOU YAYA, could this Court condemn the latter after having confirmed the conviction of the first for the same facts? Or will it dare to quash the judgment of the High Court of Mfoundi having condemned MARAFA HAMIDOU YAYA and pronounce its acquittal?

Faced with this situation, after first opening the hearing on the appeal filed by MARAFA HAMIDOU YAYA, the President of the Court, visibly embarrassed, gave the floor to the Advocate General who, contrary to expectations, at the third hearing, requested that the case be referred for alleged « pre-trial proceedings »! Thus, at the request of the Public Prosecution, the hearing is suspended and postponed until May 17, 2016.

At the hearing on 17 May 2016, the Adviser-Rapporteur will read a report which grossly distorts the facts. Counsel for the accused sought a reference to prepare a useful response to this lengthy report. The Court refused to give a favorable opinion. After a night spent on pleadings and deliberations, the Court delivered on 18 May 2016 in the early morning a ruling breaking and quashing the judgment of 21 and 22 September 2012 of the Mfoundi Court of First Instance, for violation of the law, Thus giving reason to those whom this judgment had indignant.

Evoking and ruling again, the Court sentenced MARAFA HAMIDOU YAYA to 20 years’ imprisonment.

On reading this Judgment, which was available only on February 23, 2017, nine (9) months later, it is stated that:

« So judged and pronounced by the Specialized Section of the Supreme Court in its ordinary public hearing of three May two thousand and sixteen in the courtroom of the Court »

However, on 03 May 2016 the hearing did not take place due to the presence in the room of MARAFA HAMIDOU YAYA and Jean Marie ATANGANA MEBARA, as described above.

As a result, on 18 May 2016 the Court delivered the sentence drawn up before the evocation, which it had already adopted and planned to pronounce on 3 May 2016. Thus, the public hearing of 17 and 18 May 2016 was a grotesque staging and a mock trial.

The Specialized Section of the Supreme Court therefore sentenced MARAFA HAMIDOU YAYA on 03 May 2016 before judging it on 17 and 18 May 2016!

The Supreme Court thus confirms the Opinion adopted by the United Nations Working Group on Arbitrary Detention at its 75th session held in New York from 18 to 27 April 2016, according to which the detention of MARAFA HAMIDOU YAYA « is arbitrary and that the Government has an obligation to terminate it and to grant the victim appropriate redress. « 

The Commitee for The Liberation of Political Prisonners (CL2P)

Marafa-Hamidou-Yaya

French version-Version Française

Par Arrêt des 17 et 18 mai 2016, après une audience qui aura duré toute une nuit, la Section Spécialisée de la Cour Suprême a condamné l’ancien Secrétaire Général à la Présidence du Cameroun et Ministre d’État de l’administration territoriale MARAFA HAMIDOU YAYA à 20 ans d’emprisonnement ferme et a conclu en ces termes:

« Ainsi jugé et prononcé par la Section Spécialisée de la Cour Suprême en son audience publique ordinaire du trois Mai deux mille seize en la salle des audiences de la Cour »

La lecture de cet Arrêt (qui n’a été disponible qu’en février 2017), outre de grossières dénaturations des faits, ne laisse aucun doute que la condamnation de MARAFA HAMIDOU YAYA est intervenue le 03 mai 2016, soit deux (2) semaines avant l’audience des 17 et 18 mai 2016 au cours de laquelle ont eu lieu la lecture du rapport par le conseiller – rapporteur, les plaidoiries des Conseils des accusés et le délibéré.

Cet Arrêt est l’illustration des contorsions auxquelles se livrent certains juges pour donner suite aux pressions exercées sur eux.

En effet:

Par jugement des 21 et 22 septembre 2012, en violation flagrante des normes au procès équitable et dans une salle d’audience fortement militarisée, le Tribunal de Grande Instance du Mfoundi a condamné MARAFA HAMIDOU YAYA à 25 ans d’emprisonnement ferme pour « complicité intellectuelle » de détournement de deniers publics.

Pour ce faire, le Tribunal a eu recours à des textes de loi abrogés et à une jurisprudence étrangère à la cause.

La condamnation de MARAFA HAMIDOU YAYA par le Tribunal de Grande Instance du Mfoundi a été décriée par tous les observateurs, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Cameroun.

Le jour de l’ouverture du procès de MARAFA HAMIDOU YAYA le 16 juillet 2012, le Gouvernement a promulgué une loi de procédure opportuniste et volontairement attentatoire aux droits de l’accusé et aux règles du procès équitable. En particulier, cette loi le prive du bénéfice d’un deuxième degré de juridiction.

Se conformant néanmoins aux dispositions de cette nouvelle loi, MARAFA HAMIDOU YAYA a formé un pourvoi contre ce jugement.

Alors que cette loi dispose que l’instruction et le jugement du pourvoi en cassation par la Section Spécialisée de la Cour Suprême se font dans un délai de six (6) mois, ce n’est que le 22 mars 2016, soit 42 mois (trois ans et demi) après le jugement, que l’examen du pourvoi de MARAFA HAMIDOU YAYA a débuté.

Après deux (2) renvois utiles, la Cour s’est apprêtée à ouvrir les débats à l’audience du 03 mai 2016. Mais, ce jour là, MARAFA HAMIDOU YAYA s’est retrouvé dans la salle d’audience en présence de son successeur au Secrétariat Général de la Présidence de la République, Jean Marie ATANGANA MEBARA. Ce dernier avait formé un pourvoi auprès de la Section Spécialisée de la Cour Suprême dans le cadre d’une autre affaire le concernant, dont l’examen a été curieusement programmé le même jour que celui du pourvoi formé par MARAFA HAMIDOU YAYA.

Or, la même Section Spécialisée de la Cour Suprême, composée de manière rigoureusement identique, avait rendu un arrêt le 6 janvier 2016, c’est-à-dire seulement quatre (4) mois plus tôt, entérinant la condamnation de Jean Marie ATANGANA MEBARA pour tentative de détournement des mêmes sommes que MARAFA HAMIDOU YAYA est accusé d’avoir prétendument détourné deux (2) années auparavant.

Dès lors, devant la présence concomitante dans la salle d’audience de Jean Marie ATANGANA MEBARA et de MARAFA HAMIDOU YAYA, cette Cour pouvait-elle condamner ce dernier après avoir entériné la condamnation du premier pour les mêmes faits? Ou osera-t-elle casser et annuler le jugement du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi ayant condamné MARAFA HAMIDOU YAYA et prononcer son acquittement?

Face à cette situation, après avoir ouvert en premier l’audience relative au pourvoi formé par MARAFA HAMIDOU YAYA, le Président de la Cour, visiblement embarrassé, a passé la parole à l’Avocat Général qui, contre toute attente, alors que nous sommes rendus à la troisième audience, demande le renvoi de la cause pour une prétendue « mise en état du dossier de procédure »! C’est ainsi qu’à la demande du Ministère Public, l’audience est suspendue et renvoyée au 17 mai 2016.

À l’audience du 17 mai 2016, le Conseiller-Rapporteur donnera lecture d’un rapport dénaturant grossièrement les faits. Les conseils des accusés ont sollicité un renvoi pour préparer une réponse utile à ce long rapport. La Cour a refusé d’y donner une suite favorable. Après toute une nuit consacrée aux plaidoiries et au délibéré, la Cour a rendu le 18 mai 2016 au petit matin, un arrêt cassant et annulant le jugement des 21 et 22 septembre 2012 du Tribunal de Grande Instance du Mfoundi, pour violation de la loi, donnant ainsi raison à ceux que ce jugement avait indignés.

Évoquant et statuant à nouveau, la Cour a condamné MARAFA HAMIDOU YAYA à 20 ans d’emprisonnement ferme.

À la lecture de cet Arrêt qui n’a été disponible que le 23 février 2017, soit neuf (9) mois plus tard, il est stipulé ce qui suit :

« Ainsi jugé et prononcé par la Section Spécialisée de la Cour Suprême en son audience publique ordinaire du trois Mai deux mille seize en la salle des audiences de la Cour »

Or, le 03 mai 2016 l’audience n’a pas eu lieu en raison de la présence dans la salle de MARAFA HAMIDOU YAYA et de Jean Marie ATANGANA MEBARA, comme décrit ci-dessus.

Il en découle que la Cour a prononcé, le 18 mai 2016, la sentence rédigée avant l’évocation, qu’elle avait déjà arrêté et prévu de prononcer le 03 mai 2016. Ainsi, l’audience publique des 17 et 18 mai 2016 n’aura été qu’une grotesque mise en scène et un simulacre de procès.

La Section Spécialisée de la Cour Suprême a donc condamné MARAFA HAMIDOU YAYA le 03 mai 2016 avant de l’avoir jugé les 17 et 18 mai 2016!

La Cour Suprême confirme ainsi l’Avis adopté par le Groupe de Travail des Nations Unies sur la détention arbitraire à sa 75ème session tenue à New York du 18 au 27 avril 2016 et selon lequel la détention de MARAFA HAMIDOU YAYA « est arbitraire et que le Gouvernement a l’obligation d’y mettre fin et d’accorder à la victime une réparation appropriée ».

Marafa Cour Suprême

jugementmarafa

jugementmarafa1

jugement mebara2

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

http://www.cl2p.org

logoCL2P

Publicités
Cet article, publié dans Actualités et politique, Non classé, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s