CAMEROUN: PRISONNIERS POLITIQUES, EMBLÈMES DE L’ARBITRAIRE SOUS LA DICTATURE DE PAUL BIYA (84 ANS, 35 ANNÉES DE RÈGNE)

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) sera inlassablement là pour rappeler au dictateur Camerounais Paul BIYA (84 ans, 35 de règne) au premier devoir d’un «démocrate»: laisser autant libre ses opposants comme ses concurrents dans leurs choix; prendre le risque de les affronter dans des élections libres et transparentes. Nul besoin de les éliminer en instrumentalisant la justice.

prisonniers politiques au cameroun 2018

Devoir au quotidien présenter bien malgré nous la vraie nature dictatoriale d’un régime qui se présente à la face du monde comme un modèle de « démocratie apaisée », rappeler l’élimination judiciaire et carcérale que son créateur Paul BIYA réserve systématiquement à ses rivaux potentiels désignés comme des « prévaricateurs de la fortune publique » …n’est hélas pas toujours un exercice facile sous un tintamarre de la propagande orchestrée par son régime et l’achat systématique des consciences au Cameroun. Mais nous continuons inlassablement de le faire. Parce que le silence est la pire des sentences pour un prisonnier d’opinion. Il participe largement à la banalisation du crime politique particulièrement au Cameroun.

MESDAMES, MESSIEURS,

Nous vous invitons à toujours mettre des noms et des visages derrières la propagande politique parfaitement huilée du régime en place au Cameroun depuis 34 ans, notamment lorsqu’il prétend mener une lutte sans merci contre la corruption et/ou le terrorisme, hélas souvent à tête chercheuse, faite d’accusations cousues de toutes pièces, de procès kafkaïens, et de condamnations arbitraires en cascade (les fameux procès à tiroirs).

POUR LE CL2P VOICI LES PRINCIPALES VICTIMES DE L’ARBITRAIRE POLITIQUE ET JUDICIAIRE AU CAMEROUN:

1. Marafa HAMIDOU YAYA

marafa_lettre_paul_biya_009_thn_475

2. Jean Marie ATANGANA MEBARA

Jean-MarieAtanganaMebara_0

3. Urbain OLANGUENA AWONO

Olanguena Awono

4. Aboubakary SIDDIKI

sidiki

5. Polycarpe ABAH ABAH

abahabah

6. Mohammed IYA

Iyamohamed

7. Zacchaëus FORJINDAM

fonjidam

8. Yves Michel FOTSO

yves_michel_fotso_ja_09032015_001_ns_500

9. Chief Ephraïm INONI

Inoni Ephräim

10. Achille ZOGO ANDELA

Achille_ZOGO_A.ANDELA

11. David EBOUTOU

Eboutou

12. Patrick SAPACK

Sapack

13. MANCHO BIBIXY, Le leader de la «Coffin Révolution»,

MANCHO BIBIXY

Ainsi que tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la république du Cameroun, à la suite de la rupture unilatérale du processus de dialogue sur la crise anglophone par le gouvernement de Paul BIYA.

Voici la liste actualisée des détenus anglophones incarcérés à la prison centrale de kodengui à Yaoundé – Membres du Parlement Anglophone – après la libération vendredi 01 septembre 2017 de 55 autres, puis la dernière vague d’arrestations arbitraires consécutives à la révolte pacifique du 01 octobre 2017 (Source: Patrice Nganang)

1. Mancho Bibixy Che
2. Penn Terrence Khan
2. Conrad Tsi
4. Ngalim Felix Safeh
5. Aselacha Martin
6. Tamngwa Malvin
7. Yah Emile Agwe
8. Kingah Valentine
9. Aaah Dzenyagha Thomas
10. Esono Wakemba
11. Elobwede Van Kingsly
12. Bezeng Marvin
13. Nyuforam Eugene
14. Anyangawei Nelly
15. Bayong Eugene
16. Tayo Livite
17. Njinou Titus
18. Numfor Godloze
19. Wirba Bruno
20. Ngwa Kingsley
21. Fonyu Terence
22. Ngwa Joseph N.
23. Ade Kenneth
24. Fabian Vishigwo
25. Ayuk Ottu C.
26. Awanatowo Zack
27. Lopte Jacob
28. Fung Calemba
29. Atanga Durand
30. George N. Tang
31. Tangem Thomas
32. Bossi Vincent
33. Ngwa Louis
34. Fun Luther
35. Martha Fomuyong (female)
36. Germaine Dzenjo (female)
37. Esua Norbert
38. Kwalar Marvin
39. Musa Benjamin
40. Fongod Richard
41. Any Divine
42. Sunday Justus
43. Dobgima Frederick
44. Aaah Rostand
45. Nchotu Stephen
46. Taminang Ephraim
47. Atoh Benjamon
48. Kama Jude
49. Soh Raoul
50. Zemo Collins
51. Yarayem Paul
52. Nsoh Binda
53. Ambe Ivo
54. Akongwi Charles
55. Ngwa Peter
56. Nah George
57. Peter Sullivan
58. Tse Bruno
60. Ngu Gabriel
61. Mofor Ngwa
62. Aaah Godlove
63. Wemjeh Jude
64. Kwateh Edmond
65. Tita Georges
66. Ndifor Richard
67. Dzekashu Protus
68. Bangu Collins
69. Tension Leonard
70. Kahn Marcel
71. Boma Anthony
72. Fun Leslie
73. Tse Clarence
74. Akuma Desmond
75. Owen Smith
76. Cyril Berinyuy
77. Lendzemol Platini
78. Soh Gabriel
79. Tse Noel
80. Kingsley Lekumzy
81. Nfam Ivo
82. Bah Paulinus
83. Yuka Edward
84. Tsimungu Emmanuel
85. Eric Yufenyuy
86. Akembom Divide
87. Vintar Bertrand
88. Windzerem Clifford
89. Tikum Moses
90. Jonson Babila
91. Tanye Eric
92. Zobou Jean Claude
93. Mbah Stephen
94. Ernest Lontum
95. Fon Evaristus
96. Ndamen Julius
97. Ndeucha Jean Flobbe
98. Kpuyuf Etienne
99. Babila Vena
100. Nji Victor Tembe
101. Bang Ramsey Jafara
102. Tabju Noel Bobga
103. Fomusoh Ivo Feh

104. Fri Christelle
105. Simon Nde Che
106. Elijah Che Nde

Principal prison

1. Acha Constantine Atolambai
2. Myalum Gangti Gilbert
3. Nyonbella Bakery Feh
4. Atanga Celestine Ngu
5. Fr. Andrew Ambeazieh Ofembe
6. Nche Benjamin Amuabo
7. Mbuh Rene Nsuh
8. Such Funwie Paul Vincent
9. Tabe Edward Fomdoh
10. Fomuki Fabian Fomusuro
11. Kisob Bertin
12. Asah Patrick Ndangoh
13. Divine Yuyuh Dzekem
14. Tanwum Kechawa Sylva
15. Ndasi Alfred Ngyah
16. Dr. Eric Mom Take
17. Che Chi Joseph
18. Afuh Nivelle Nfoh
19. Azah Levis Gob

Tous sont membres du Parlement Anglophone de Kondengui, à Yaoundé

Mancho Bibixy

Nous nous insurgerons toujours contre les relaxes sélectives et continuerons d’exiger la libération inconditionnelle de tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la dictature de Yaoundé – dont le leader de « Coffin Révolution » MANCHO BIBIXY – à la suite du vaste mouvement de désobéissance civile observé dans les deux régions anglophones du Cameroun depuis le 11 octobre 2016.

nous-sommes-anglophones

Au moment où la climat social est particulièrement tendu dans sa partie anglophone, et que le tribalisme devient le seul argument agité par le régime de Paul Biya pour pérenniser sa dictature trentaine au Cameroun – nous formulons le vœux d’une libération immédiate de tous ces prisonniers d’opinion, officiellement présentés comme des prisonniers de droit commun ou des terroristes dans ce pays, et qui rentrent tous dans les critères objectifs (http://cl2p.org/presentation/) établis à sa création par notre organisation.

Monsieur Le Président BIYA, Libérez tous les prisonniers politiques du Cameroun, et Laissez tous les candidats – qui le veulent – postuler librement à l’investiture suprême. Il reviendra alors aux seul-e-s Camerounais-e-s de choisir en toute transparence le prochain locataire du Palais de l’Unité.

NOTRE SILENCE PARTICIPERAIT À LA BANALISATION DU CRIME POLITIQUE AU CAMEROUN
Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

http://www.cl2p.org

crise anglophone

English version

Cameroon: Political Prisoners: Emblems of a Gerontocratic and Anachronistic arbitrary regime

The Committee for the Liberation of Political Prisoners (CL2P) vows to tirelessly remind the life-long president of Cameroon, Paul BIYA (84 years, 35 of reign) of his regime of permanent coup d’état through the perpetual practice of phony elections. The first duty of a « democrat » is to be more aggressive in ensuring free and fair elections; to greatly improve a flawed electoral system lays bare by the designation of legitimate political « competitors » as the country “fifth column.“ This much improved and bipartisan electoral system must be 100 percent free of the Biya’s regime large scope of voting suppression and fraud that reduce voter participation. This much needed improvement begins with ending Biya’s war of attrition against the political opposition through a well-oiled practice of rounding up and sequestering legitimate political opposition figures in order to anesthetize the political system.

Indeed, lifting the veil of dictatorship over the Biya‘s regime is a responsibility the CL2P did not seek. It is important to note, however, that this is a regime that consistently presents itself to the face of the world as a model of « appeased democracy.” The reality is that this regime has built up this “appeased democracy” brand through the systematic liquidation of the political opposition under the guise of manufactured charges such as « prevaricators of the public fortune, » therefore, rendering legitimate political opposition ineligible through legal despotism. In the process, highlighting how much Biya’s institutions are disconnected from ordinary Cameroonians and the necessity of a legitimate form of institutional resistance and consensual reality.

The CL2P participates in the building of this institutional resistance, even though, it recognizes that is not always a fair fight trying to confront the regime’s political drama amped up by a propaganda factory and its systematic purchase of consciences in Cameroon. The CL2P, however, continues the fight because of the recognition that silence is the worst sentence for a prisoner of conscience. Indeed, silence plays an important part in the rationalization and trivialization of political crime, particularly in Cameroon.

LADIES AND GENTLEMEN,

We invite you to always put names and faces behind the perfectly oiled political propaganda of the regime that has been in place in Cameroon for 34 years, especially when it claims to fight mercilessly against corruption, Alas, this anti-corruption fights always comes packaged with made up and completely sealed accusations, Kafkaesque trials, and arbitrary cascading condemnations (the famous trials with drawers).

1. Marafa HAMIDOU YAYA

2. Jean Marie ATANGANA MEBARA

3. Urbain OLANGUENA AWONO

4. Aboubakary SIDDIKI

5. Polycarpe ABAH ABAH

6. Mohammed IYA

7. Zacchaëus FORJINDAM

8. Yves Michel FOTSO

9. Chief Ephraïm INONI

10. Achille ZOGO ANDELA

11. David EBOUTOU

12. Patrick SAPACK

13. MANCHO BIBIXY, The leader of the «Coffin Révolution»,

And all his Anglophone colleagues, civil rights activists sequestrated in The Yaoundé Central Prison, including:

  1. Mancho Bibixy Che
    2. Penn Terrence Khan
    2. Conrad Tsi
    4. Ngalim Felix Safeh
    5. Aselacha Martin
    6. Tamngwa Malvin
    7. Yah Emile Agwe
    8. Kingah Valentine
    9. Aaah Dzenyagha Thomas
    10. Esono Wakemba
    11. Elobwede Van Kingsly
    12. Bezeng Marvin
    13. Nyuforam Eugene
    14. Anyangawei Nelly
    15. Bayong Eugene
    16. Tayo Livite
    17. Njinou Titus
    18. Numfor Godloze
    19. Wirba Bruno
    20. Ngwa Kingsley
    21. Fonyu Terence
    22. Ngwa Joseph N.
    23. Ade Kenneth
    24. Fabian Vishigwo
    25. Ayuk Ottu C.
    26. Awanatowo Zack
    27. Lopte Jacob
    28. Fung Calemba
    29. Atanga Durand
    30. George N. Tang
    31. Tangem Thomas
    32. Bossi Vincent
    33. Ngwa Louis
    34. Fun Luther
    35. Martha Fomuyong (female)
    36. Germaine Dzenjo (female)
    37. Esua Norbert
    38. Kwalar Marvin
    39. Musa Benjamin
    40. Fongod Richard
    41. Any Divine
    42. Sunday Justus
    43. Dobgima Frederick
    44. Aaah Rostand
    45. Nchotu Stephen
    46. Taminang Ephraim
    47. Atoh Benjamon
    48. Kama Jude
    49. Soh Raoul
    50. Zemo Collins
    51. Yarayem Paul
    52. Nsoh Binda
    53. Ambe Ivo
    54. Akongwi Charles
    55. Ngwa Peter
    56. Nah George
    57. Peter Sullivan
    58. Tse Bruno
    60. Ngu Gabriel
    61. Mofor Ngwa
    62. Aaah Godlove
    63. Wemjeh Jude
    64. Kwateh Edmond
    65. Tita Georges
    66. Ndifor Richard
    67. Dzekashu Protus
    68. Bangu Collins
    69. Tension Leonard
    70. Kahn Marcel
    71. Boma Anthony
    72. Fun Leslie
    73. Tse Clarence
    74. Akuma Desmond
    75. Owen Smith
    76. Cyril Berinyuy
    77. Lendzemol Platini
    78. Soh Gabriel
    79. Tse Noel
    80. Kingsley Lekumzy
    81. Nfam Ivo
    82. Bah Paulinus
    83. Yuka Edward
    84. Tsimungu Emmanuel
    85. Eric Yufenyuy
    86. Akembom Divide
    87. Vintar Bertrand
    88. Windzerem Clifford
    89. Tikum Moses
    90. Jonson Babila
    91. Tanye Eric
    92. Zobou Jean Claude
    93. Mbah Stephen
    94. Ernest Lontum
    95. Fon Evaristus
    96. Ndamen Julius
    97. Ndeucha Jean Flobbe
    98. Kpuyuf Etienne
    99. Babila Vena
    100. Nji Victor Tembe
    101. Bang Ramsey Jafara
    102. Tabju Noel Bobga
    103. Fomusoh Ivo Feh

104. Fri Christelle

105. Simon Nde Che

106. Elijah Che Nde

Principal prison

  1. 1.Acha Constantine Atolambai
    2. Myalum Gangti Gilbert
    3. Nyonbella Bakery Feh
    4. Atanga Celestine Ngu
    5. Fr. Andrew Ambeazieh Ofembe
    6. Nche Benjamin Amuabo
    7. Mbuh Rene Nsuh
    8. Such Funwie Paul Vincent
    9. Tabe Edward Fomdoh
    10. Fomuki Fabian Fomusuro
    11. Kisob Bertin
    12. Asah Patrick Ndangoh
    13. Divine Yuyuh Dzekem
    14. Tanwum Kechawa Sylva
    15. Ndasi Alfred Ngyah
    16. Dr. Eric Mom Take
    17. Che Chi Joseph
    18. Afuh Nivelle Nfoh
    19. Azah Levis Gob

    All of them are members of the so-called Anglophone Parliament in Yaoundé

The real task is to build a regime of consensual reality all Cameroonians can share rather than tribal reality where Cameroonians are forced to segregate themselves in tribal fiefdoms they trust and shut everyone else out.

TO FIGHT THESE SEGREGATED FIEFDOMS, WE CAN’T FORGET THE ENGLISH-SPEAKING ACTIVISTS SEIZED BY THE POWER OF PAUL BIYA IN THE YAOUNDE DETENTION CENTERS, ALL CONSIDERED AS PRISONERS OF OPINION BY THE POLITICAL PRISONERS ‘RELEASE COMMITEE (CL2P)

At a time when the social climate is particularly tense, especially in Anglophone Cameroon, and compounded with the regime’s active suppression of political transition and political alternatives. – After endless years of an implacable dictatorship – we wish An immediate release of all those prisoners of conscience officially presented as ordinary prisoners in that country, all of whom fall within the objective criteria established by our organization. Because we consider that no republic should prosper under systemic repression and permanent electoral theft and political segragation; nor can it resign itself to a culture of political crime for the perpetuation of a dictatorship.

Mr. President BIYA: Release all political prisoners from Cameroon, and Let all the candidates – who want to – apply freely for the supreme nomination. It will then be up to the Cameroonians to make a transparent choice of the next tenant of the Palais de l’Unité.

OUR SILENCE WOULD PARTICIPATE IN THE RATIONALIZATION AND BANALIZATION OF POLITICAL CRIME IN CAMEROON

The Commitee for the Liberation of Political Prisoners (CL2P)

http://www.cl2p.org

cl2p

Publicités
Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

CAMEROUN: MONSIEUR BIYA, LIBÉREZ MARAFA HAMIDOU YAYA AVEC TOUS LES AUTRES PRISONNIERS POLITIQUES. MAINTENANT

Jeannette-Marafa

Photo: Jeannette Noora Marafa, décédée à Paris le 25 août 2017 après avoir livré un long combat pour la libération de son mari Marafa Hamidou Yaya

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) sera inlassablement là pour rappeler au dictateur Camerounais Paul BIYA (84 ans, 34 de règne) au premier devoir d’un «démocrate»: laisser autant libre ses opposants comme ses concurrents dans leurs choix; prendre le risque de les affronter dans des élections libres et transparentes. Nul besoin de les éliminer en instrumentalisant la justice.

Quand enfin direz-vous NON? Non à une épuration politique menée sous le couvert d’une légitime lutte contre la corruption puis contre le terrorisme par «un pharaon valétudinaire et impotent; entouré d’un gouvernement de clowns, d’une société civile hélas malmenée, d’une opposition satellisée, d’un peuple plus fragmenté que jamais en tribus villageoises».

JOIGNEZ-VOUS À NOUS DANS LA MOBILISATION CONTRE LA DÉTENTION ARBITRAIRE DE MARAFA HAMIDOU YAYA ET DE TOUS LES AUTRES PRISONNIERS POLITIQUES AU CAMEROUN

Détention arbitraire: y compris l’avocat du Cameroun Me Akere Muna ne comprend pas pourquoi Marafa Hamidou Yaya est en prison

Ancien Ministre d’État chargé de l’administration territoriale et de la décentralisation, ancien Secrétaire général de la Présidence de la République, et sérieux prétendant à la Présidence du Cameroun. MARAFA HAMIDOU YAYA est incarcéré depuis le 16 avril 2012 dans la caserne de la Gendarmerie nationale située au Secrétariat d’État à la Défense (SED) de Yaoundé sous la fallacieuse accusation de «complicité intellectuelle de détournement de deniers publics». Le Département d’État américain, l’Internationale Socialiste, et plusieurs organisations de défense des droits de l’homme l’ont reconnu prisonnier politique et appellent à sa remise en liberté immédiate.

Vidéo de la campagne « FREE MARAFA NOW »:

Grâce à notre mobilisation collective depuis le 10 février, nous sommes parvenus à l’épuisement du volet interne de la procédure au Cameroun après cinq (05) longues années de paralysie. Redoublons notre mobilisation pour la libération effective du célèbre prisonnier politique MARAFA HAMIDOU YAYA après l’Avis contraignant rendu en ce sens par le Groupe de Travail sur la Détention Arbitraire de l’ONU, en interpellant directement les décideurs politiques et économiques du monde

1) Dès aujourd’hui prenez un selfie ou une photo de vous tenant une page de papier sur laquelle sera inscrit: Libérez Marafa maintenant / Free Marafa Now

2) Vous nous la faites parvenir par mail en pièce jointe à l’adresse suivante: freemarafa@gmail.com

3) Nous la publierons sur le site Instagram où nous avons ouvert un compte dédié à cette campagne (http://www.instagram.com/freemarafa/)

4) Avec toutes les photos de soutien que vous nous ferez parvenir, nous allons monter une frise qui sera rendue publique chaque début d’été sur le Parvis des Droits de l’Homme à Paris.

5) Nous partagerons notre action sur facebook, twitter, flickr et le site internet du Comité de Libération des Prisonniers Politiques (http://www.cl2p.org)

MARAFA HAMIDOU YAYA, BIEN QU’EMBLÉMATIQUE, N’EST ÉVIDEMMENT PAS L’UNIQUE PRISONNIER POLITIQUE AU CAMEROUN. SA LIBÉRATION SONNERAIT LE DÉBUT DE LA FIN D’UNE VÉRITABLE CULTURE DU CRIME POLITIQUE DANS CE PAYS D’AFRIQUE CENTRALE

prisonniers politiques au cameroun 2018

Nous vous invitons à toujours mettre des noms et des visages derrières la propagande politique parfaitement huilée du régime en place au Cameroun depuis 35 ans, notamment lorsqu’il prétend mener une lutte sans merci contre la corruption et le terrorisme hélas souvent à tête chercheuse, faite d’accusations cousues de toutes pièces, de procès kafkaïens, et de condamnations arbitraires en cascade (les fameux procès à tiroirs).

POUR LE CL2P VOICI LES PRINCIPALES VICTIMES DE L’ARBITRAIRE POLITIQUE ET JUDICIAIRE AU CAMEROUN:

1. Marafa HAMIDOU YAYA

marafa_lettre_paul_biya_009_thn_475

2. Jean Marie ATANGANA MEBARA

Jean-MarieAtanganaMebara_0

3. Urbain OLANGUENA AWONO

Olanguena Awono

4. Aboubakary SIDDIKI

sidiki

5. Polycarpe ABAH ABAH

abahabah

6. Mohammed IYA

Iyamohamed

7. Zacchaëus FORJINDAM

fonjidam

8. Yves Michel FOTSO

yves_michel_fotso_ja_09032015_001_ns_500

9. Chief Ephraïm INONI

Inoni Ephräim

10. Achille ZOGO ANDELA

Achille_ZOGO_A.ANDELA

11. David EBOUTOU

Eboutou

12. Patrick SAPACK

Sapack

13. MANCHO BIBIXY, Le leader de la «Coffin Révolution»,

MANCHO BIBIXY

Ainsi que tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la république du Cameroun, à la suite de la rupture unilatérale du processus de dialogue sur la crise anglophone par le gouvernement de Paul BIYA.

Voici la liste actualisée des détenus anglophones incarcérés à la prison centrale de kodengui à Yaoundé – Membres du Parlement Anglophone – après la libération vendredi 01 septembre 2017 de 55 autres, puis la dernière vague d’arrestations arbitraires consécutives à la révolte pacifique du 01 octobre 2017 (Source: Patrice Nganang)

1. Mancho Bibixy Che
2. Penn Terrence Khan
2. Conrad Tsi
4. Ngalim Felix Safeh
5. Aselacha Martin
6. Tamngwa Malvin
7. Yah Emile Agwe
8. Kingah Valentine
9. Aaah Dzenyagha Thomas
10. Esono Wakemba
11. Elobwede Van Kingsly
12. Bezeng Marvin
13. Nyuforam Eugene
14. Anyangawei Nelly
15. Bayong Eugene
16. Tayo Livite
17. Njinou Titus
18. Numfor Godloze
19. Wirba Bruno
20. Ngwa Kingsley
21. Fonyu Terence
22. Ngwa Joseph N.
23. Ade Kenneth
24. Fabian Vishigwo
25. Ayuk Ottu C.
26. Awanatowo Zack
27. Lopte Jacob
28. Fung Calemba
29. Atanga Durand
30. George N. Tang
31. Tangem Thomas
32. Bossi Vincent
33. Ngwa Louis
34. Fun Luther
35. Martha Fomuyong (female)
36. Germaine Dzenjo (female)
37. Esua Norbert
38. Kwalar Marvin
39. Musa Benjamin
40. Fongod Richard
41. Any Divine
42. Sunday Justus
43. Dobgima Frederick
44. Aaah Rostand
45. Nchotu Stephen
46. Taminang Ephraim
47. Atoh Benjamon
48. Kama Jude
49. Soh Raoul
50. Zemo Collins
51. Yarayem Paul
52. Nsoh Binda
53. Ambe Ivo
54. Akongwi Charles
55. Ngwa Peter
56. Nah George
57. Peter Sullivan
58. Tse Bruno
60. Ngu Gabriel
61. Mofor Ngwa
62. Aaah Godlove
63. Wemjeh Jude
64. Kwateh Edmond
65. Tita Georges
66. Ndifor Richard
67. Dzekashu Protus
68. Bangu Collins
69. Tension Leonard
70. Kahn Marcel
71. Boma Anthony
72. Fun Leslie
73. Tse Clarence
74. Akuma Desmond
75. Owen Smith
76. Cyril Berinyuy
77. Lendzemol Platini
78. Soh Gabriel
79. Tse Noel
80. Kingsley Lekumzy
81. Nfam Ivo
82. Bah Paulinus
83. Yuka Edward
84. Tsimungu Emmanuel
85. Eric Yufenyuy
86. Akembom Divide
87. Vintar Bertrand
88. Windzerem Clifford
89. Tikum Moses
90. Jonson Babila
91. Tanye Eric
92. Zobou Jean Claude
93. Mbah Stephen
94. Ernest Lontum
95. Fon Evaristus
96. Ndamen Julius
97. Ndeucha Jean Flobbe
98. Kpuyuf Etienne
99. Babila Vena
100. Nji Victor Tembe
101. Bang Ramsey Jafara
102. Tabju Noel Bobga
103. Fomusoh Ivo Feh

104. Fri Christelle
105. Simon Nde Che
106. Elijah Che Nde

 

Principal prison

1. Acha Constantine Atolambai
2. Myalum Gangti Gilbert
3. Nyonbella Bakery Feh
4. Atanga Celestine Ngu
5. Fr. Andrew Ambeazieh Ofembe
6. Nche Benjamin Amuabo
7. Mbuh Rene Nsuh
8. Such Funwie Paul Vincent
9. Tabe Edward Fomdoh
10. Fomuki Fabian Fomusuro
11. Kisob Bertin
12. Asah Patrick Ndangoh
13. Divine Yuyuh Dzekem
14. Tanwum Kechawa Sylva
15. Ndasi Alfred Ngyah
16. Dr. Eric Mom Take
17. Che Chi Joseph
18. Afuh Nivelle Nfoh
19. Azah Levis Gob

Tous sont membres du Parlement Anglophone de Kondengui, à Yaoundé

Mancho Bibixy

Nous nous insurgerons toujours contre les relaxes sélectives et continuerons d’exiger la libération inconditionnelle de tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la dictature de Yaoundé – dont le leader de « Coffin Révolution » MANCHO BIBIXY – à la suite du vaste mouvement de désobéissance civile observé dans les deux régions anglophones du Cameroun depuis le 11 octobre 2016.

nous-sommes-anglophones

Au moment où la climat social est particulièrement tendu dans sa partie anglophone, et que le tribalisme devient le seul argument agité par le régime de Paul Biya pour pérenniser sa dictature trentaine au Cameroun – nous formulons le vœux d’une libération immédiate de tous ces prisonniers d’opinion, officiellement présentés comme des prisonniers de droit commun ou des terroristes dans ce pays, et qui rentrent tous dans les critères objectifs (http://cl2p.org/presentation/) établis à sa création par notre organisation.

Monsieur Le Président BIYA, Libérez tous les prisonniers politiques du Cameroun, et Laissez tous les candidats – qui le veulent – postuler librement à l’investiture suprême. Il reviendra alors aux seul-e-s Camerounais-e-s de choisir en toute transparence le prochain locataire du Palais de l’Unité.

NOTRE SILENCE PARTICIPERAIT À LA BANALISATION DU CRIME POLITIQUE AU CAMEROUN
Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

http://www.cl2p.org

cl2p

Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Élection 2018: Cannibalisme d’État et Prisonniers politiques / Election 2018: State Cannibalism and political prisoners

Élection 2018: Cannibalisme d’État et Prisonniers politiques

Biya Vote

Par Olivier Tchouaffe, PhD, Porte-parole du CL2P

Alors que Paul Biya prépare son prochain couronnement politique à travers une autre élection volée et avec l’aide d’une fausse opposition idiote et masochiste, le CL2P plaide en faveur des Camerounais et Africains que l’organisation reconnaît comme des prisonniers politiques. Jusqu’à présent, le régime de Yaoundé s’est targué avoir réussi à récupérer seulement 3% de l’argent supposé volé. Les prétendus « prévaricateurs de la fortune publique » – ce qui d’ailleurs est un crime de droit commun, pas un crime politique – ne sont même pas mis dans une logique de contribution. Leurs peines longues, illimitées et illégales sont purement punitives et nullement correctives. De plus, il n’y a pas de pédagogie émanant du gouvernement, en termes de campagnes publiques d’éducation et de sensibilisation des Camerounais ordinaires sur les effets négatifs de la corruption.

C’est pourquoi le CL2P reconnaît que l ‘ « opération Epervier » est un rituel politique cannibale pour les Camerounais ordinaires qui ont commis un crime de lèse-majesté et certaines formes de régicide ou qui sont perçus comme une sorte de danger pour le président omnipotent.

Cette logique institutionnelle perverse suit de près la stratégie de Sun Tzu qui consiste à gagner la guerre sans se battre. L’art suprême de la guerre est de soumettre l’ennemi sans combattre. L’excellence suprême consiste à briser la résistance de l’ennemi sans se battre. Les guerriers victorieux gagnent d’abord et ensuite vont à la guerre. La meilleure victoire est quand l’adversaire se rend de son propre gré. Par conséquent, pour convaincre ainsi les adversaires que leur cause est sans espoir (de réussite) et qu’ils sont voués à la défaite en les mangeant.

Ici, la stratégie consiste à dévorer les opposants politiques désignés à l’intérieur d’un régime dictatorial, les privant aussitôt de leurs droits. La prison devient alors une structure cannibale où les gens croient être des opposants politiques consommés par le système cannibale gérontocratique. Michel Foucault écrit à ce propos dans «Anormal» que le despote est le hors-la-loi permanent, l’individu sans liens sociaux [. . .] quelqu’un qui, par son existence même et simplement par son existence, exécute le plus grand crime [. . .] une violation totale du pacte social par lequel le corps même de la société peut exister et se maintenir. [. . .] Le premier monstre juridique à émerger dans le nouveau régime de l’économie du pouvoir punitif [. . .] n’est pas le meurtrier, le transgresseur, ou la personne qui enfreint les lois de la nature, mais la personne qui brise le pacte social fondamental. Le premier monstre est le roi [despote].

Le despote est défini par son mépris total pour la société dont il exploite les membres. Il sera toujours plus détestable que les masses anthropophagiques parce qu’il commet ses atrocités, non par nécessité, mais par caprice. Il se tient à l’écart de la société, utilisant ses canaux pour se faire du bien, mais refuse de participer à la communion avec ses membres.

Aussi un tel environnement de cannibalisme ne convient qu’aux psychopathes et leurs vautours qui polissent les carcasses des victimes du régime et sont plein de merde. Dans ce système, vous devez vraiment croire intrinsèquement que vous méritez tout ce qui vous vient de positif … c’est votre dû. Votre consommation des autres ne s’est pas faîte par une nécessité, mais à travers un droit donné par Dieu.

Mais la vérité c’est que le mérite et le cannibalisme ne peuvent pas coexister.

Dans le monde réel, les politiciens doivent assurer, être performants, ou ils périssent. Un bulletin de vote honnête est un mécanisme auto correcteur et est une exigence fondamentale pour la démocratie. Comme Martin Luther King, l’arc de l’univers moral est long mais il penche inévitablement vers la justice, y compris au Cameroun.

Olivier Tchouaffe, PhD, Porte-parole du CL2P

prisonniers politiques au cameroun 2018

English version

Election 2018: State Cannibalism and Political prisoners

Biya2018

By Olivier Tchouaffe, PhD, Spokesman of the CL2P

As Paul Biya prepares his upcoming political coronation through another stolen election and with the help of an idiotic and masochistic fake opposition, the CL2P makes the case for Cameroonians the organization recognizes as political prisoners. So far, the regime of Yaoundé has managed to recover only 3% of the alleged stolen money. The alleged “prevaricators of the public fortune.” Which by the way is a common law crime not a political crime,” have yet to be put into a logic of contribution. Their long and illegal sentences is purely punitive and in no way corrective. More, there is no pedagogy coming from the government, in terms, of public campaigns to educate and sensibilize ordinary Cameroonians about the negative effects of corruption.

This is why the CL2P recognizes the “operation Epervier,” as a political ritual for ordinary Cameroonians which have committed crime of lese-majesty and some forms of regicide or perceived to be some kind of danger to the president.

This perverse institutional logic closely follows Sun Tzu’s strategy of winning the war without fighting. The supreme art of war is to subdue the enemy without fighting. Supreme excellence consists of breaking the enemy’s resistance without fighting. Victorious warriors win first and then go to war. The best victory is when the opponent surrenders of its own accord. Therefore, to convince opponents that their cause is hopeless and that they are doomed to defeat.

Here, the strategy is to devour political opponents thereby depriving them of rights. The prison becomes a cannibalistic structure where people believe to be political opponents are consumed by the gerontocratic cannibalistic system. Michel Foucault, in Abnormal, writes that the despot is the permanent outlaw, the individual without social ties [. . .] someone who, by his very existence and merely by his existence, performs the greatest crime [. . .] a total breach of the social pact by which the very body of society can exist and maintain itself. [. . .] The first juridical monster to emerge in the new regime of the economy of punitive power [. . .] is not the murderer, the transgressor, or the person who breaks the laws of nature, but the person who breaks the fundamental social pact. The first monster is the king [despot].

The despot is defined by his utter contempt for the society whose members he exploits. He will always be more detestable than the anthropophagic masses because he commits his atrocities, not from necessity, but from a whim. He stands outside society, using its channels to benefit himself but refusing to partake in communion with its members.

Therefore, this environment of cannibalism is only fit for psychopaths and their vultures full of shit. In that system, you truly have to believe intrinsically that you deserve everything positive that comes to you…it is your due. Your consumption of others is not a necessity, but a God-given right.

The thing is merit and cannibalism cannot co-exist. In the real world, politicians have to deliver or they perish. An honest ballot is a self-correcting mechanism and is a basic requirement for democracy. As Martin Luther King says, the arc of the moral universe is long but it bends toward justice.

Olivier

Olivier Tchouaffe, PhD, Spokesman of the CL2P

cl2p

Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe / Sovereignty, the Tribal state and the Desire for Catastrophe

Souveraineté, État tribal et Désir de catastrophe

Demonstrators carry banners as they take part in a march voicing their opposition to independence or more autonomy for the Anglophone regions, in Douala

Par Olivier Tchouaffe, PhD, Porte-parole du CL2P

La dernière interview de Patrice Nganang dans cameroon-info.net 1/5/2018 où il dépeint la présidence de Biya comme dominé par un énorme effort pour protéger les intérêts étroits d’un groupe démographique spécifiquement: le « G Bulu ». Mais aussi comment les marges se construisent toujours au centre du pouvoir dans les sociétés totalitaires comme le Cameroun.

Après, l’intervention de Joël Didier Engo, président du CL2P, en réaction à la conversion récente de Dieudonné Enoh Meyomesse à la politique réactionnaire en vigueur au Cameroun, posent le problème de la souveraineté de ce pays. Comment cette forme de «démo-gouvernementalité» intégrale produit des séries d’événements malheureux, dont l’accumulation ces dernières années, amplifient l’état d’exception du régime qui est devenu la norme avec une banalisation des situations de dégradation humaine. Cette dégradation humaine pose des défis singuliers aux théories politiques et juridiques de la souveraineté, de la légitimité, de l’autonomie individuelle et l’auto-détermination, puis de la démocratie.

En effet, au lieu d’accepter prima facie la banalité de l’exception et les moyens arbitraires que le régime a déployés pour dépouiller les Camerounais ordinaires de leurs droits inaliénables, l’attention doit porter sur la façon dont le régime de Biya utilise son pouvoir souverain comme une technologie à grande échelle pour diviser les Camerounais ordinaires entre tribus, ce que Michel Foucault décrit comme l’émergence du biopouvoir exercé comme droit de vie et de mort du souverain sur ses sujets. Et comment ce pouvoir conduit toujours directement à un désir de catastrophe avec la tentation hérétique du tyran de se prendre pour Dieu le père, ce qu’il n’est pas. Surtout dans cette forme de fatalité humaine où le pouvoir absolu a toujours corrompu absolument ses sujets.

Cela montre que le concept de souveraineté est encore très imprécis au Cameroun.

Car dans un pays normal, la souveraineté est divisée entre le parlement, le pouvoir judiciaire et la souveraineté populaire à travers le vote. Ainsi les positions de Nganang et Engo visent à démontrer que la souveraineté n’est pas le produit de la domination divine, comme le veut le régime de Biya. En pratique cela signifie que Biya ne peut pas convaincre les Camerounais ordinaires que la terre est plate. Aussi, les gens qui croient que Biya peut rendre la terre plate sont fous parce qu’ils ne comprennent pas le rôle que la fiction et l’idéologie jouent dans la citoyenneté.

Il faut dire et redire qu’une dictature prospère lorsque les gens ne comprennent pas leurs droits ou sont forcés de les abandonner, ce qu’ils ne devraient pas faire s’ils comprennent vraiment ce qu’est l’autonomie et l’autodétermination.

De plus, comment «la souveraineté est une notion spirituelle qui signifie: le lien ancestral avec la terre et comment nous y restons attachés, et nous y retournerons un jour pour être unis à nos ancêtres. Ce lien est la base fondé sur la propriété du sol, ou mieux, de la souveraineté. Il n’a jamais été cédé ou éteint, et coexiste avec la souveraineté de la république ce qui signifie que nous sommes tous camerounais, que Biya soit ou non président, donc nous avons le devoir d’aimer notre pays. À son tour, la souveraineté est auto-explicative: vous faites vos propres lois et vivez les vies que vous avez choisi en toute liberté

Il est entendu que les Camerounais ordinaires ont été désavantagés à plusieurs reprises, notamment par la dictature actuelle. Maintenant, la tribu est l’une des dimensions les plus insidieuses de la vie camerounaise. Être camerounais vous donne à la fois la citoyenneté et la sujétion. Cependant, plutôt que de se concentrer sur un concept particulier comme la souveraineté, l’État ou la gouvernementalité, nous devons penser d’une manière toujours ouverte à ce qui est en train d’émerger et à ce qui est en cours de transformation. En particulier, les transformations dans les configurations contemporaines de souveraineté, citoyenneté, et droits où le corps est devenu un lieu crucial pour revendiquer des droits, donnant naissance à ce que le penseur français Didier Fassin appelle la «biolégitimité» où l’existence et la vie se mélangent à la biologie avec le mantra «Je suis quelqu’un» et «Je sais que je suis vivant» qui sont l’expression du soi souverain.

En ce sens, nous pouvons généralement considérer, en ce qui concerne la dynamique individuelle de l’État, que le corps est la dernière frontière matérielle entre le public et le privé. En effet, son histoire est celle forcément non linéaire de l’incidence des pouvoirs régulateurs en elle. C’est donc le dernier champ de bataille entre l’autonomie privée et, actuellement, la régulation étatique.

Comment «la biolégitimité» introduit le concept important de l’économie morale.

Dans «Compassion et répression: l’économie morale des politiques d’immigration», Didier Fassin étudie les transformations de l’asile politique au cours desquelles les «revendications humanitaires» – éclairées par les besoins de santé – sont privilégiées par rapport aux revendications politiques. Ainsi, une pratique pour mettre en avant la dimension morale de la vie humaine et de l’action sociale. Et des ressources altruistes qui éclipsent les économies politiques pour une expression ouverte d’empathie et de souci de réguler la vie sociale. Par conséquent, face aux désordres du monde, les préoccupations morales ont fourni une base solide pour le développement de politiques internationales et locales; mais aussi « une force puissante de notre monde » qui est globale et pourtant inégale. Cette nouvelle économie morale humanitaire, dans laquelle l’attention est «concentrée sur la souffrance et le malheur», suscite la réponse du «gouvernement humanitaire» qui donne à la souffrance une voix et la compassion une pratique. Ainsi, comment la force productive de la vie elle-même est exploitée pour devenir un puissant indicateur de significations et de valeurs.

Cependant les Camerounais ordinaires doivent comprendre que le régime est limité par des traités et des accords qu’il a volontairement signés. Cela explique pourquoi Nganang a été libéré parce que la liberté de parole reflète le développement impressionnant du droit international et des droits humains universels qui ont placé des contraintes politiques importantes sur la souveraineté de l’État.

En tant que tel, l’ethno-fascisme ne peut être une motivation appropriée ou une politique démocratique.

En effet, compte tenu de nos origines diverses dans ce pays qu’est le Cameroun, suggérer qu’il y a une sorte d’identité camerounaise authentique, en excluant les deux régions anglophones, est simplement une forme choquante de mystification. Car la race et la fausse conscience sont à la racine de tout le populisme actuel, de manière profonde, constante, et assez complexe. Et si vous ne pouvez pas déconstruire cela, vous devenez un idiot utile et facilement un partenaire mineur de la coalition qui sombre actuellement dans une dérive génocidaire au Cameroun.

Celui qui n’est pas prêt à discuter de la dictature de Biya devrait également garder le silence sur l’ethno-fascisme

Olivier Tchouaffe, PhD, Porte-parole du CL2P

Ambazonia Fighters1

English version

Sovereignty, the Tribal state and the Desire for Catastrophe

By Olivier Tchouaffe, PhD, Spokesman of the CL2P

Patrice Nganang latest interview in cameroon-info.net 1/5/2018 where he depicts the Biya’s presidency has dominated by a huge effort to protect the narrow interests of one particular demographic group: the “G Bulu. » and, how margins are always built at the center of power in disciplinary societies like Cameroon.

More, Joel Didier Engo’s, president of the CL2P, to complicate that with his latest response to Dieudonne Enoh’s recent turn into reactionary politics pose the problem of sovereignty in Cameroon. How this form of integral “demo-governmentality” produces a series of unfortunate events, whose accumulation in recent years in Cameroon, amplify the regime’s state of exception which has now become the norm with a trivialization of situations of human degradation. Human degradation which poses unique challenges for political and legal theories of sovereignty, personal autonomy and self-determination, legitimacy, and democracy. Instead of accepting prima facie the banality of the exception and the arbitrary ways the regime stripped, ordinary Cameroonians of their inalienable rights, carrying attention to ways in which the Biya’s regime uses its sovereign power as a large scale of technology to divide ordinary Cameroonians between valuable and invaluable lives which Michel Foucault describes as the emergence of biopower in contrast with sovereign power, exercised with a basis on the right to life and death of the sovereign over his subjects. And how that power always leads straight into a desire for catastrophe with the heretic temptation of the tyrant seduced into playing God that he is not. Especially, with this human fatality where absolute power has always corrupted his subjects absolutely.

It shows that the concept of sovereignty is still very imprecise in Cameroon.

In a normal country, sovereignty is divided between the parliament, the judicial court and popular sovereignty through the vote. Thus, what Nganang and Engo aim to achieve is to demonstrate that sovereignty is not the product of divine rule as the Biyas’s regime wants us to believe. In practice, it means that Biya cannot convince ordinary Cameroonians that the earth is flat. Hence, folks who believe that Biya can make the earth flat are crazy because they do not understand the role that fiction and ideology play in citizenship right. Hence, a dictatorship thrives when people do not understand their rights or are forced to give them up which they should not do if they really understand what autonomy and self-determination are all about.

More, how “sovereignty is a spiritual notion which means: the ancestral tie with the land and how we remain attached thereto, and must one day return thither to be united with our ancestors. This link is the basis of the ownership of the soil, or better, of sovereignty. It has never been ceded or extinguished, and co-exists with the sovereignty of the republic which means that we are all Cameroonians whether or not Biya is the president, therefore, we have the duty to love our country. In turn, sovereignty is self-explanatory: you make your own laws and live the lives they choose.

It is understood that ordinary Cameroonians have been disadvantaged many times over, not least by the current dictatorship. Now, tribalism is one of the most insidious dimensions of Cameroonian’s life. Being Cameroonian give you both citizenship and subjection, however, rather than fix on a particular concept like sovereignty, the state, or governmentality, we need to think in ways that are always open to what is emerging and what is under transformation. Particularly, transformations in contemporary configurations of sovereignty, citizenship and rights where the body has become a crucial site for claiming rights, giving rise to what the French thinker Didier Fassin aptly calls “biolegitimacy” where existence and living comes together mixing biology with biography with the mantra “I am somebody,” and “I know that I am Alive” which are expression of the sovereign self.

As so, we can generally consider, regarding the State – individual dynamics, that the body is the ultimate material frontier between public and private. In effect, its history is the non-linear history of the incidence of the regulating powers into it. It is thus the last battlefield between private autonomy and, currently, State´s regulation. How “biolegitimacy” introduces the important concept of the moral economy. In « Compassion and Repression: The Moral Economy of Immigration Policies », Didier Fassin investigates the ways in which political asylum has undergone a transformation in which « humanitarian claims »—informed by health needs—are being privileged over political claims. Thus, a practice to foreground the moral dimension of human life and social action. And altruistic resources that eclipse political economies for an open expression of empathy and concern to regulate social life. Therefore, in the face of the world’s disorders, moral concerns have provided a powerful ground for developing international as well as local policies. Thus, “a potent force of our world” that is global and yet uneven. This new humanitarian moral economy, in which attention is “focused on suffering and misfortune,” elicits the response of “humanitarian government” that gives suffering a voice and compassion a practice. Thus, how the productive force of life itself are harnessed to become powerful indicator of meaning and values.

More, ordinary Cameroonians, however, have to understand that the regime is bounded by treaties and agreements it voluntarily signed. This explains why Nganang was released because freedom of speech which reflect the impressive development of international law and international human rights that have placed significant political constraints on state sovereignty.

As such, Ethno-fascism cannot be a proper motivation or democratic politics.

Therefore, in view of our diverse background in this country that is Cameroon, to suggest that there is a kind of an authentic Cameroonian identity, in including the two English-speaking regions, is simply the stuff of mystification and shocking. Race and false consciousness is at the root of all present populism in a deep and quite complex way. If you cannot deconstruct that, you become a useful idiot and easily a minor partner in coalition with genocidal mania is it here or in Cameroon.

Whoever is not prepared to discuss Biya’s dictatorship should also remain silent about ethno-fascism

Olivier

Olivier Tchouaffe, PhD, Spokesman of the CL2P

Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Cameroun – Crise anglophone: Les détenus anglophones de la société civile, Tous des prisonniers d’opinion

crise anglophone

Crise anglophone: La Position du CL2P

Les faucons du régime dictatorial de Yaoundé qui ont orchestré la stratégie du pourrissement de la crise anglophone touchent peut-être enfin à leur but: faire des populations et des leaders de la société civile anglophone -jusqu’ici séquestrés sans motif valable dans des cellules souterraines à Yaoundé – des terroristes ou des complices de terroristes.

Messieurs les sécurocrates du régime Biya, vous avez appelé et rêvé des terroristes anglophones de vos vœux, ils sont bien là désormais!

Et le Cameroun, qu’est-ce qu’il y gagnera? On peut craindre que dans cet affrontement asymétrique qui s’engage entre deux extrêmes, notre pays s’achemine inéluctablement vers un autre front d’instabilité (un de plus et peut-être un de trop) qui pourrait le mener à cette partition que nous redoutions, et que nous refusons.

C’est précisément parce que nous refusons la partition du Cameroun que nous condamnons toutes les formes de terrorismes – terrorisme d’État sur les populations civiles anglophones comme celui des mouvements sécessionnistes sur les édifices publics – et en appelons encore au dialogue national ouvert, franc et direct, au besoin sous une médiation internationale.

Mancho_Bibixy_au_Tribunal_M

Les détenus de la société civile, Tous des prisonniers d’opinion

Bien que nous déplorions et condamnions fermement les meurtres des forces de sécurité camerounaises, puis continuons inlassablement à appeler au règlement pacifique de la crise anglophone dans le cadre d’un dialogue national inclusif, nous réaffirmons que Tous les membres de la société civile anglophone interpellés puis séquestrés sont des prisonniers d’opinion.

En effet conformément aux critères objectifs édictés par notre organisation, tous les membres et leaders de la société civile anglophone interpellés puis séquestrés dans les geôles de la république du Cameroun – à la suite de la rupture unilatérale par le gouvernement du processus de dialogue – sont des prisonniers d’opinion.

Voici la liste actualisée des détenus anglophones incarcérés à la prison centrale de kodengui à Yaoundé – Membres du Parlement Anglophone – après la libération vendredi 01 septembre 2017 de 55 autres, puis la dernière vague d’arrestations arbitraires consécutives à la révolte pacifique du 01 octobre 2017 (Source: Patrice Nganang)

1. Mancho Bibixy Che
2. Penn Terrence Khan
2. Conrad Tsi
4. Ngalim Felix Safeh
5. Aselacha Martin
6. Tamngwa Malvin
7. Yah Emile Agwe
8. Kingah Valentine
9. Aaah Dzenyagha Thomas
10. Esono Wakemba
11. Elobwede Van Kingsly
12. Bezeng Marvin
13. Nyuforam Eugene
14. Anyangawei Nelly
15. Bayong Eugene
16. Tayo Livite
17. Njinou Titus
18. Numfor Godloze
19. Wirba Bruno
20. Ngwa Kingsley
21. Fonyu Terence
22. Ngwa Joseph N.
23. Ade Kenneth
24. Fabian Vishigwo
25. Ayuk Ottu C.
26. Awanatowo Zack
27. Lopte Jacob
28. Fung Calemba
29. Atanga Durand
30. George N. Tang
31. Tangem Thomas
32. Bossi Vincent
33. Ngwa Louis
34. Fun Luther
35. Martha Fomuyong (female)
36. Germaine Dzenjo (female)
37. Esua Norbert
38. Kwalar Marvin
39. Musa Benjamin
40. Fongod Richard
41. Any Divine
42. Sunday Justus
43. Dobgima Frederick
44. Aaah Rostand
45. Nchotu Stephen
46. Taminang Ephraim
47. Atoh Benjamon
48. Kama Jude
49. Soh Raoul
50. Zemo Collins
51. Yarayem Paul
52. Nsoh Binda
53. Ambe Ivo
54. Akongwi Charles
55. Ngwa Peter
56. Nah George
57. Peter Sullivan
58. Tse Bruno
60. Ngu Gabriel
61. Mofor Ngwa
62. Aaah Godlove
63. Wemjeh Jude
64. Kwateh Edmond
65. Tita Georges
66. Ndifor Richard
67. Dzekashu Protus
68. Bangu Collins
69. Tension Leonard
70. Kahn Marcel
71. Boma Anthony
72. Fun Leslie
73. Tse Clarence
74. Akuma Desmond
75. Owen Smith
76. Cyril Berinyuy
77. Lendzemol Platini
78. Soh Gabriel
79. Tse Noel
80. Kingsley Lekumzy
81. Nfam Ivo
82. Bah Paulinus
83. Yuka Edward
84. Tsimungu Emmanuel
85. Eric Yufenyuy
86. Akembom Divide
87. Vintar Bertrand
88. Windzerem Clifford
89. Tikum Moses
90. Jonson Babila
91. Tanye Eric
92. Zobou Jean Claude
93. Mbah Stephen
94. Ernest Lontum
95. Fon Evaristus
96. Ndamen Julius
97. Ndeucha Jean Flobbe
98. Kpuyuf Etienne
99. Babila Vena
100. Nji Victor Tembe
101. Bang Ramsey Jafara
102. Tabju Noel Bobga
103. Fomusoh Ivo Feh

Principal prison

1. Acha Constantine Atolambai
2. Myalum Gangti Gilbert
3. Nyonbella Bakery Feh
4. Atanga Celestine Ngu
5. Fr. Andrew Ambeazieh Ofembe
6. Nche Benjamin Amuabo
7. Mbuh Rene Nsuh
8. Such Funwie Paul Vincent
9. Tabe Edward Fomdoh
10. Fomuki Fabian Fomusuro
11. Kisob Bertin
12. Asah Patrick Ndangoh
13. Divine Yuyuh Dzekem
14. Tanwum Kechawa Sylva
15. Ndasi Alfred Ngyah
16. Dr. Eric Mom Take
17. Che Chi Joseph
18. Afuh Nivelle Nfoh
19. Azah Levis Gob

Tous sont membres du Parlement Anglophone de Kondengui, à Yaoundé

Mancho Bibixy

Nous nous insurgerons toujours contre les relaxes sélectives et continuerons d’exiger la libération inconditionnelle de tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la dictature de Yaoundé – dont le leader de « Coffin Révolution » MANCHO BIBIXY – à la suite du vaste mouvement de désobéissance civile observé dans les deux régions anglophones du Cameroun depuis le 11 octobre 2016.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

http://www.cl2p.org 

cl2p

Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

France, Dossier Libyen: symptomatique des insuffisances d’une grande démocratie

Sarkozy Kadaffi

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, le 12 décembre 2007 à l’Elysee AFP/Archives/STEPHANE DE SAKUTIN

Le dossier Libyen est symptomatique des efforts que la grande démocratie française doit encore faire en matière de transparence et d’équité judiciaire.

J’ose en effet imaginer que si nous étions aux États-Unis d’Amérique, il y a longtemps qu’un procureur spécial aurait déjà inculpé les différents acteurs, quand bien même il y aurait un ancien chef de l’État parmi eux, et qu’ils auraient été jugés.

Et sans doute que l’assassinat de l’ancien président Libyen (quand bien même c‘était un dictateur sanguinaire) en violation flagrante de la résolution onusienne, puis la déstabilisation de ce pays et de toute la sous région avec la prolifération des armes, du terrorisme, de l’esclavage des migrants africains, etc…auraient constitué des circonstances aggravantes. De nature au moins à nous épargner les remontrances et leçons de morale sur la laïcité d’exclusion, de la part d’un célèbre philosophe auteur s’il en est de tout ce fiasco, qui jette ainsi en permanence (sans la moindre preuve) de la suspicion sur l’adhésion d’une frange ciblée de la population française aux idéaux républicains.

Bref parfois je me dis que la « démocratie en Amérique » a bien plus qu’une longueur d’avance sur celle de notre grande et belle Patrie dite des Droits de l’Homme, notamment sur tous ces scandales qui ont trait ou sont en lien avec l’Afrique.

Cela doit clairement changer!

Joël Didier Engo, Président du CL2P

cl2p

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.

Alexandre Djouhri dans la tribune du Parc des princes, à Paris, en avril 2014.

Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté à l’aéroport de Londres-Heathrow, à la sortie d’un vol en provenance de Genève, a deux passeports : français et algérien. C’est oublier qu’Alexandre Djouhri, 58 ans, ne se contente pas de deux nationalités. L’homme d’affaires, recherché dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen présumé de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, a aussi été gabonais. Selon plusieurs sources, il a ainsi détenu plusieurs passeports diplomatiques d’Etats pétroliers d’Afrique centrale qui furent un tremplin dans la carrière de cet ancien caïd de la banlieue parisienne devenu intermédiaire international de haut vol.

Trois jours plus tard, l’homme d’affaires a obtenu de la justice britannique une libération sous caution, dans l’attente de son audience d’extradition. La France avait en effet émis, en décembre 2017, un mandat d’arrêt européen pour « fraude » et « blanchiment », des accusations lourdes selon le procureur britannique qui a réclamé son maintien en détention. Contre le versement d’une caution de 1 million de livres (1,13 million d’euros), il pourra s’installer dans la résidence londonienne de l’une de ses filles. Et peut-être même poursuivre à distance ses affaires africaines.

Au plus haut niveau du pouvoir gabonais

Habitué aux hôtels et résidences de luxe de Libreville, M. Djouhri veut croire que le président Ali Bongo, qui lui donne du « mon frère » depuis des années, ne le laissera pas tomber. Car, au cœur de ce pouvoir dynastique souvent accusé de pratiques corruptives, Alexandre Djouhri s’est toujours senti à l’aise. Il sait aussi pouvoir compter sur Frédéric Bongo, l’un de ses amis fidèles et demi-frère du chef de l’Etat. Le titre officiel de ce dernier est pompeux : directeur général des services spéciaux de la Garde républicaine. Ce saint-cyrien a la haute main sur le renseignement et la sécurité nationale. Lui et Alexandre Djouhri ont autrefois écumé les boîtes de nuit de Paris et de Londres.

Lire aussi :   Alexandre Djouhri, le petit caïd devenu l’encombrant ami de Sarkozy

D’ailleurs, « Fred » échangeait encore récemment avec celui qui se fait appeler « Monsieur Alexandre », alors que ce dernier était déjà recherché par la justice française, selon des sources proches des deux hommes. Au téléphone, ils aiment évoquer la politique française et la sécurité intérieure gabonaise. Frédéric Bongo partage ses doutes et ses envies, comme on peut le faire avec un grand frère. Il leur arrive de parler affaires, aussi, comme lorsque Djouhri lui demande d’organiser un rendez-vous avec le président. « Je sais comment augmenter le rendement sur le prix du baril. (…) C’est que bénef. C’est productif. Moi, quand je le vois, c’est pas contre-productif », s’était-il vanté, en mars 2013, au cours d’un appel intercepté par les enquêteurs.

Lire aussi :   L’encombrant bras droit d’Ali Bongo

Avant ce déplacement à Londres qui pourrait être la fin de sa cavale de luxe ou plutôt une étape, Alexandre Djouhri s’est fréquemment rendu dans la capitale britannique, et pas seulement pour retrouver ses filles qui y sont établies ainsi que son épouse, qui y réside une partie de l’année.

Il y est aussi venu au chevet d’un autre personnage clé du pouvoir gabonais, Maixent Accrombessi, d’origine béninoise, soigné à Londres pour un accident vasculaire cérébral qui l’a foudroyé en août 2016 alors qu’il était le tout-puissant directeur de cabinet d’Ali Bongo. Contactés, MM. Bongo, et Accrombessi n’ont pu être joints. En perte d’influence, ce dernier est désormais « haut représentant personnel du président de la République » et poursuivi en France pour « corruption passive d’agent public étranger ».

image: http://img.lemde.fr/2018/01/10/0/0/3600/2400/1536/0/60/0/6fa05f5_6157-1j1uf7h.f8zmh.jpg

A Libreville, après la réélection contestée dans la rue du président gabonais Ali Bongo le 1er septembre 2016.

Fêtes, contacts et business

Ses dernières aventures en Afrique centrale, l’intermédiaire les menait le plus souvent avec son « cher Bernard » Squarcini. Lorsqu’il était à la tête de la Direction centrale du renseignement intérieur (2008-2012) sous la présidence de Nicolas Sarkozy, il avait donné des ordres afin que M. Djouhri ne soit pas inquiété. Lui aussi est un familier de Frédéric Bongo, de Maixent Accrombessi et du Gabon, où son fils, Jean-Baptiste, est depuis 2011 chargé de mission à l’Agence nationale des parcs nationaux.

Lire aussi :   Financement libyen de la campagne de Sarkozy : l’enquête impossible

Reconverti dans le renseignement privé après avoir été évincé de son poste à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 2012, M. Squarcini vend ses services de conseil et d’intelligence dans la région. Comme au Congo-Brazzaville, frontalier du Gabon, lors de la campagne pour la réélection de Denis Sassou-Nguesso en mars 2016, espionnant pour plusieurs centaines de milliers d’euros des réseaux d’opposants au despote de 74 ans dont plus de trente-deux ans passés à la tête de l’Etat.

Début avril 2016, Bernard Squarcini s’était d’ailleurs rendu à Brazzaville en jet privé pour y rencontrer le président congolais tout juste réélu lors d’un scrutin contesté par la communauté internationale. Le climat politique était alors étouffant, la répression s’étant abattue dès l’annonce des résultats sur les rivaux de M. Sassou-Nguesso à la présidentielle.

« Bonimenteur »

Alexandre Djouhri, lui aussi, connaît bien Brazzaville, son palais présidentiel et les terrasses qui bordent le fleuve Congo. Au milieu des années 1990, le trentenaire ambitieux sorti du banditisme francilien gravite dans l’univers de la Chiraquie. Il fréquente à Paris des fils de présidents et de diplomates africains aux trains de vie extravagants.

Dans les palaces et discothèques, il est passé du statut de concierge de luxe chargé d’assouvir les lubies de clients du Golfe à celui de convive à part entière, autour de tables chargées de grands champagnes. Parmi ceux qui lui ont ouvert ce monde de plaisir et d’affaires, il y a l’affairiste sénégalais Fara M’Bow, dont le père a dirigé l’Unesco, ou encore des habitués du Keur Samba, mythique boîte de nuit parisienne où le jeune homme de Sarcelles côtoie le gotha de la Françafrique.

Lire aussi :   « Monsieur Kane », l’homme qui faisait danser la « Françafrique » et le tout-Paris

Dans le même temps, Alexandre Djouhri s’essaie au négoce de produits pétroliers avec l’ancien brigadier de police Daniel Léandri, l’un des « Messieurs Afrique » de Charles Pasqua. Le voilà apprenti trader à Brazzaville, où il force la porte du palais présidentiel de Pascal Lissouba. C’est l’époque où Denis Sassou-Nguesso tourne en rond dans un appartement parisien depuis sa défaite à la présidentielle de 1992.

image: http://img.lemde.fr/2018/01/10/0/0/5344/3562/1536/0/60/0/66e6aa6_15573-1yhvhli.gi7ol.jpg

Le président du Congo-Brazzaville, Denis Sassou-Nguesso à l’ONU en septembre 2017.

« C’était un bonimenteur qui voulait des mandats pour négocier des contrats pétroliers au nom du Congo », se souvient avec une certaine animosité Claudine Munari, directrice de cabinet de M. Lissouba. Il n’en a cure et se lie d’amitié avec le pétrolier Dominique Ngouabi Ossere, fils de l’ancien président Marien Ngouabi assassiné en 1977, également impliqué dans des opérations de diplomatie parallèle sur le continent et à ce moment-là à la recherche d’armement et d’hélicoptères.

En 1997, le président Lissouba est renversé par les miliciens de Denis Sassou-Nguesso, soutenu par la France de Jacques Chirac et l’Angola de José Eduardo dos Santos. La Françafrique et ses pratiques occultes reprennent de plus belle à Brazzaville. Alexandre Djouhri en profite pour développer ses affaires.

« C’est moi qui avais… qui avais pris à Jean François Hénin à l’époque au Congo », pavoise M. Djouhri en ligne avec M. Squarcini qui lui demande, en avril 2015, s’il a toujours des bons contacts chez Maurel & Prom. Cette junior pétrolière congolaise fondée par Jean-François Hénin avait démarré avec le rachat de permis au Congo-Brazzaville où M. Djouhri a aussi tissé sa toile au sein du clan politico-mafieux de Denis Sassou-Nguesso : ses cousins en charge de la sécurité et du renseignement, ses enfants pétrolier ou conseiller à la présidence. Le gabonais Frédéric Bongo l’y a aidé, lui qui est considéré comme un « proche et fidèle de Sassou ».

Les dictateurs d’Afrique centrale ont la réputation d’accueillir à bras ouverts les apporteurs d’affaires français qui savent les flatter, les payer et les distraire. D’autant plus lorsque c’est un « agent officieux de l’Elysée », comme se présente Alexandre Djouhri. Il s’aventure aussi en Guinée équatoriale, pays dirigé d’une main de fer par le père de Teodorin Obiang, son compagnon des folles nuits parisiennes. Des années plus tard, en octobre 2017, M. Obiang junior sera le premier condamné, à Paris, dans l’affaire dite des « biens mal acquis ».

Relation imaginaire de parenté avec M. Bouteflika

Parmi les nombreuses notes de renseignement perquisitionnées le 8 avril 2016 par les enquêteurs au domicile parisien de Bernard Squarcini, soixante-dix sont consacrées à Alexandre Djouhri. L’ancien grand flic se renseignait-il sur son acolyte, pour lequel il avait rédigé une attestation de bonne moralité le 19 décembre 2005, omettant son passé de braqueur et les règlements de comptes entre voyous dans lesquels il était impliqué ? Entendu par les enquêteurs, M. Squarcini a indiqué qu’il s’agissait de documents qui lui avaient été remis par des journalistes.

On y découvre les noms de ceux qui ont aidé M. Djouhri à ses débuts : Michel Roussin, l’ancien ministre de la coopération, Alfred Sirven et André Tarallo, deux hauts responsables d’Elf, au cœur du scandale de corruption qui éclata au début des années 2000. Dans ces notes apparaît également l’avocat Francis Szpiner qui a défendu Maixent Accrombessi dans ses dernières affaires de corruption en France. Selon les enquêteurs, Me Szpiner a présenté Alexandre Djouhri à Dominique de Villepin, bien avant qu’il devienne premier ministre. Une amitié qui a perduré, M. Djouhri et M. de Villepin ayant fait indirectement des affaires ensemble avec des magnats saoudiens et conversant régulièrement au téléphone, au moins jusqu’à la mi-2016.

Lire aussi :   Campagne pour la présidentielle de 2007 : Villepin entendu comme témoin

De l’Afrique, Alexandre Djouhri n’allait pas se satisfaire des pays au sud du Sahara. Lui, le fils d’immigré algérien, d’origine kabyle, retourne sur la terre de ses ancêtres avec un alibi en béton : il s’est inventé « une relation de parenté avec la famille du président algérien Abdelaziz Bouteflika », notent les enquêteurs français.

Un culot qui finit par lui ouvrir certaines portes au sein du régime algérien, même si nul n’est dupe. Là encore, il cherche des protecteurs bien introduits dans le système politico-militaire. Il y croise un autre intermédiaire ayant défrayé la chronique au début des années 2000 : Pierre Falcone, alors très en cour à Alger.

M. Djouhri se rend de plus en plus souvent dans la ville blanche. Il reçoit au Sheraton, déclaré aux autorités algériennes comme représentant de la société Tag Aéronautique Limited, liée à la famille du milliardaire saoudien Akram Ojjeh, marchand d’armes ayant beaucoup travaillé avec la France.

Selon une note de la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) versée à son dossier judiciaire, M. Djouhri compte aussi parmi ses relations algéroises un certain Philippe Moynier, présenté comme un ancien légionnaire français reconverti dans le recrutement de mercenaires en Afrique. Plus tard, il se rapprochera du général Larbi Belkheir, décédé depuis, et bénéficiera aussi du carnet d’adresses de Bernard Squarcini, avec qui il lui arrivera de s’y rendre par la suite.

De Chirac à Sarkozy

L’Algérie est compliquée, le pouvoir opaque et les affaires bien plus dures à sceller qu’en Afrique centrale. Un peu sur sa fin, Alexandre Djouhri scrute la Libye, où l’embargo a été levé le 12 octobre 2004. Jacques Chirac est d’ailleurs le premier président français à se rendre sous la tente bédouine de Mouammar Kadhafi à Tripoli, en novembre de la même année. Dans son sillage, Alexandre Djouhri multiplie les démarches dans le but de décrocher des contrats pour la France, selon une note de la DCRI datée du 15 avril 2005, n’hésitant pas à nouveau à mettre en avant des liens imaginaires avec l’Elysée.

image: http://img.lemde.fr/2018/01/10/0/0/1372/1572/1536/0/60/0/17aae2d_6201-m49t3f.wtcof.jpg

Le président libyen Mouammar Kadhafi en mars 2003.

Mais c’est bien sous Nicolas Sarkozy, après 2007, que l’intermédiaire va monter en puissance. Le voilà enfin officiellement recommandé par la présidence. En Libye, il courtise et séduit Bechir Saleh, directeur de cabinet de Mouammar Kadhafi et à la tête du fonds souverain le plus doté d’Afrique, le Libya Africa Investment Portfolio (LAP). Les affaires qu’ils mènent ensemble les rapprochent au point qu’en 2011, à la chute du régime Kadhafi, Alexandre Djouhri organise l’exfiltration de Bechir Saleh et le loge au Ritz de Paris, en puisant, pour payer la note, dans les comptes de riches saoudiens auxquels il a accès, selon les enquêteurs français.

Lire aussi :   Bechir Saleh, le Libyen qui en savait trop

M. Djouhri n’est pas le seul à aider la famille Saleh. Un certain Ahmed Kailan, ancien directeur de cabinet du président tchadien Goukouni Oueddei (1979-1982), a aussi œuvré à la libération de certains proches de M. Saleh, retenus par des Toubou dans le sud libyen. A Paris, Bechir Saleh est cajolé par ceux qu’il a longtemps fait vivre. L’homme d’affaires béninois Franck Houndété, un fidèle de Kadhafi et de Saleh, lui fournit ainsi un chauffeur de confiance. M. Houndété est par ailleurs soupçonné par la DGSE d’avoir transporté en France, pour le compte de Bechir Saleh, des valises d’argent destinées à la campagne Chirac avant la présidentielle de 2002.

« Djibouti Connection »

Lorsque la présence à Paris de Bechir Saleh s’ébruitera, c’est Alexandre Djouhri qui organisera son départ précipité vers l’Afrique du Sud via Niamey le 3 mai 2012. Le jet privé a coûté 94 700 euros et la facture est adressée à la société djiboutienne Datco représentée par un certain Me Mohamed Aref.

Ce Djiboutien né dans la ville portuaire de Tadjourah il y a soixante-cinq ans a acquis la nationalité française en 2011 et réside officiellement, comme M. Djouhri, en Suisse, à Chêne-Bougeries, coquette petite commune limitrophe de Genève. Les enquêteurs français le décrivent comme le « trésorier » de « l’organisation » Djouhri. Quant aux montages financiers occultes, ils sont confiés à Wahib Nacer, cousin germain de Mohamed Aref, Djiboutien lui aussi et menant grand train entre Genève et les quartiers huppés de Paris. Selon les enquêteurs, il possède une myriade de SCI et de villas en Normandie et à Marrakech.

Lire aussi :   La vente d’une villa de Mougins au cœur des soupçons

Fathia Khalifa, Libyenne de 55 ans vivant dans le XVIe arrondissement de Paris, aime à dire que c’est elle qui a présenté Wahib Nacer à Alexandre Djouhri. Ancien banquier chez Indosuez racheté plus tard par le Crédit agricole, M. Nacer, à la tête de la société AMEC, dont les bureaux genevois ont été perquisitionnés en mars 2015, gérait notamment les comptes des richissimes saoudiens Bugshan, soupçonnés d’être le « coffre-fort » de l’empire Djouhri.

Quelques mois plus tôt, le 22 août 2014, M. Nacer recevait un coup de fil intercepté par les limiers français. Il y est question d’une opportunité d’affaires avec le Congo-Brazzaville : une histoire de surfacturation pour permettre à des membres du clan du président Sassou-Nguesso de mettre à l’abri des millions de pétrodollars. « [L’Europe] ne veut plus de cet argent », constatent huit jours plus tard Wahib Nacer et son interlocuteur, songeant à créer une société écran à Dubaï. L’ancien banquier discute également, en septembre de la même année, de la vente de cliniques et de scanners au Congo-Brazzaville pour des dizaines de millions de dollars via des paradis fiscaux. « Le Congo-Brazza ils ont de l’argent… », lâche son partenaire d’affaires. M. Nacer acquiesce.

Lire aussi :   Le « coffre-fort » de richissimes Saoudiens mène à Djouhri, Guéant et Villepin

Et lorsque le Béninois Franck Houndété appelle Alexandre Djouhri parce qu’il cherche, pour un chef d’Etat africain, un avion présidentiel avec un budget limité de 32 millions d’euros, l’intermédiaire précise qu’il est « prêt à le repeindre aux couleurs du pays », qui n’est pas nommé. Efficace, il lui dit trois jours plus tard, avoir un rendez-vous pour « finaliser le truc ».

« Crémitude »

Convoqué le 7 septembre 2016 par les juges français pour être entendu dans le cadre de l’enquête sur le présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, Alexandre Djouhri ne donne pas suite et tourne le dos à la France où il ne peut plus remettre un pied sans risquer d’être arrêté. On le retrouve le mois suivant au bord de l’océan Indien, à Djibouti, où il s’entretient avec le gouverneur de la Banque centrale.

Entre ses déplacements au Qatar, aux Emirats arabes unis, en Russie ou encore à Genève où il a dîné en famille fin août 2017, M. Djouhri ne peut s’empêcher de revenir en Algérie, où il peut compter sur le soutien du patron des patrons, Ali Haddad.

En privé, l’intermédiaire s’est récemment vanté d’avoir coorganisé les visites en décembre 2017 du président Emmanuel Macron à Alger et à Doha. Il ment, s’amuse, aime à fasciner et à entretenir le doute chez ses interlocuteurs sur son influence fantasmée. C’est peut-être cela « la crémitude », ce sentiment d’impunité dont il a fait une de ses expressions favorites.

Comme l’a révélé Le Canard enchaîné, l’ambassade de France à Alger lui avait envoyé un carton d’invitation pour assister, le 6 décembre 2017, à la réception en l’honneur du président de passage. Désormais, c’est aux juges plutôt qu’aux diplomates français qu’il pourrait avoir affaire.

Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

CAMEROUN: NON À UNE ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE EN 2018 SOUS LA SÉQUESTRATION DE POTENTIELS CONCURRENTS

prisonniers politiques au cameroun 2018

Comment envisager en 2018 une élection présidentielle libre et transparente au Cameroun entre des « candidats » qui rusent en permanence avec des règles élémentaires de la démocratie, se complaisent depuis au moins deux décennies avec une épuration politique menée par le pouvoir en place contre les concurrents les plus crédibles de son propre camp, reproduisant dans leurs petites écuries le même culte de leur petite personne que le tyran Paul Biya à l’échelle nationale, rangeant comme lui par pertes et profits les exactions puis les massacres des populations civiles anglophones, les enlèvements suivis de séquestrations des activistes politiques, les maintiens en détentions arbitraires de prisonniers politiques dont la libération a clairement été demandée par des instances internationales comme l’ONU ou l’Union Africaine (UA)?

Biya Vote

Quelle crédibilité accorder à une telle élection dans un tel environnement politique criminel et criminogène, où les acteurs biaisent ouvertement avec l’équité, en se contentant d’offrir une posture de démocrate à un dictateur sanguinaire, puis de satisfaire leurs petits egos, parfois sous sa bienveillance?

Prisonniers Politiques Camerounais

NOUS DISONS ASSEZ DE CE « BAL DES FAUX-CULS »!

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P) sera inlassablement là pour rappeler au Président à vie du Cameroun Paul BIYA (84 ans, 35 de règne) et à ses opposants désignés au premier devoir du « démocrate »: «laisser autant libre tous les opposants comme les partisans dans leurs choix; prendre le risque d’affronter tous les «concurrents» politiques y compris les «adversaires» internes désignés dans des urnes transparentes. Nul besoin pour ce faire de séquestrer indéfiniment et de manière arbitraire les plus redoutés.

Devoir au quotidien présenter bien malgré nous cette vraie nature dictatoriale d’un régime qui se présente à la face du monde comme un modèle de « démocratie apaisée », rappeler l’élimination judiciaire et carcérale que son créateur Paul BIYA réserve systématiquement à ses rivaux potentiels désignés comme des « prévaricateurs de la fortune publique » ou des « terroristes »…n’est hélas pas toujours un exercice facile sous la manipulations des esprits par la propagande du régime de Yaoundé et l’achat systématique des consciences, y compris dans les rangs des opposants dits officiels.

Mais nous le faisons et continuerons inlassablement de le faire, notamment tout au long de cette année capitale de 2018. Parce que le silence est la pire des sentences pour un prisonnier d’opinion: il entérine son élimination sociale, politique, voire physique. Dans   le cas spécifique du Cameroun, il participe largement à la banalisation du crime politique.

MESDAMES, MESSIEURS,

Nous vous invitons à toujours mettre des noms et des visages derrières la propagande politique parfaitement huilée du régime en place au Cameroun depuis 35 ans, notamment lorsqu’il prétend mener une lutte sans merci contre la corruption et le terrorisme, hélas souvent à tête chercheuse, faite d’accusations cousues de toutes pièces, de procès kafkaïens, et de condamnations arbitraires en cascade (les fameux procès à tiroirs).

POUR LE CL2P VOICI LES PRINCIPALES VICTIMES DE L’ARBITRAIRE POLITIQUE ET JUDICIAIRE AU CAMEROUN:

1. Marafa HAMIDOU YAYA

marafa_lettre_paul_biya_009_thn_475

2. Jean Marie ATANGANA MEBARA

Jean-MarieAtanganaMebara_0

3. Urbain OLANGUENA AWONO

Olanguena Awono

4. Aboubakary SIDDIKI

sidiki

5. Polycarpe ABAH ABAH

abahabah

6. Mohammed IYA

Iyamohamed

7. Zacchaëus FORJINDAM

fonjidam

8. Yves Michel FOTSO

yves_michel_fotso_ja_09032015_001_ns_500

9. Chief Ephraïm INONI

Inoni Ephräim

10. Achille ZOGO ANDELA

Achille_ZOGO_A.ANDELA

11. David EBOUTOU

Eboutou

12. Patrick SAPACK

Sapack

13. MANCHO BIBIXY, Le leader de la «Coffin Révolution»,

MANCHO BIBIXY

Ainsi que tous les activistes anglophones séquestrés dans les geôles de la république du Cameroun, à la suite de la rupture unilatérale du processus de dialogue sur la crise anglophone par le gouvernement de Paul BIYA.

nous-sommes-anglophones

Au moment où la climat social est particulièrement tendu dans sa partie anglophone, et que le tribalisme devient le seul argument agité par le régime de Paul Biya pour pérenniser sa dictature trentaine au Cameroun – nous formulons le vœux d’une libération immédiate de tous ces prisonniers d’opinion, officiellement présentés comme des prisonniers de droit commun ou des terroristes dans ce pays, et qui rentrent tous dans les critères objectifs (http://cl2p.org/presentation/) établis à sa création par notre organisation.

Monsieur Le Président BIYA, Libérez tous les prisonniers politiques du Cameroun, et Laissez tous les candidats – qui le veulent – postuler librement à l’investiture suprême. Il reviendra alors aux seul-e-s Camerounais-e-s de choisir en toute transparence le prochain locataire du Palais de l’Unité.

NOTRE SILENCE PARTICIPERAIT À LA BANALISATION DU CRIME POLITIQUE AU CAMEROUN
Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques (CL2P)

http://www.cl2p.org

cl2p

Publié dans Actualités et politique, Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire